Tractions intermittentes instrumentales cervicales

Contrairement à la région lombaire, quelques écrits considèrent que les tractions cervicales, notamment dans les radiculopathies, pourraient être utiles.

Cela nécessite un investissement  matériel pas négligeable (en gros 3000 €), mais surtout une place pas négligeable dédiée à cet effet…

Procédure :

Les tractions sont appliquées à l’aide d’un Saunders 3D ActiveTrac ® ou d’une table Chattanooga Triton (DJO ®). Le patient est en décubitus. La traction à la tête du patient, se fait selon un angle de 15° de flexion, pouvant être modifié en fonction du confort du patient.

Sans titre

Des tractions intermittentes de 60 secondes sont entrecoupées de 20 secondes de relaxation.

Une force initiale de 5,5 kg est imposée, ajustée en fonction de la tolérance du patient et de la réponse des symptômes douloureux. La centralisation et la réduction maximales des symptômes sont recherchées. La force imposée lors de la phase de relaxation est de 50% de la force de traction.

Posologie :

Chaque séance de traction dure 15 minutes, le patient restant au repos 2 minutes en décubitus après la séance. Elle peut être réalisée avant ou après les exercices.
La posologie validée est de 10 séances réparties sur 4 semaines de traitement, à raison de 3 séances par semaine les premiers 15 jours, 2 séances par semaine les 15 derniers jours. Chaque séance dure au total 30 à 45 minutes.

Intérêt thérapeutique :

Sur des patients d’âge moyen, l’ajout de tractions cervicales instrumentales permet à 6 mois une différence de 13 IC95% [6 – 21] points au Neck Disability Index comparativement à un traitement par exercices isolés (renforcement isométrique des extenseurs, fléchisseurs du cou, muscles scapulaires). Elle reste significative à 12 mois  [1].

Une revue systématique italienne publiée sur Physical Therapy semble reconnaître à la traction cervicale un avantage thérapeutique comme adjuvant dans le traitement des radiculopathies comparativement à un traitement standard isolé. 5 études ont été incluses et ont indiqué un effet antalgique significatif sur les court et moyen-terme, sur les déficits à moyen-terme [2].


Références bibliographiques :

[1] Fritz JM et al. Exercise only, exercise with mechanical traction, or exercise with over-door traction for patients with cervical radiculopathy, with or without consideration of status on a previously described subgrouping rule: a randomized clinical trial. J Orthop Sports Phys Ther. 2014 Feb;44(2):45-57

[2] Pillastrini P et al. Cervical Radiculopathy: Effectiveness of Adding Traction to Physical Therapy. A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Phys Ther. 2018 Jan 5. doi: 10.1093/physth/pzy001. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s