Point-gâchette du trapèze supérieur : les traitements inutiles


two people dressed as ghost
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Inhibition, contracté-relâché, ou rien ?

Cette étude visait à comparer les efficacités cliniques de deux thérapies manuelles afin de déterminer l’approche la plus bénéfique pour le traitement de la cervicalgie présentant des points-gâchettes scapulaires. 

Méthodes

Il s’agissait d’une étude expérimentale randomisée et contrôlée pré-post-test qui comparait inhibition du point-gâchette du trapèze supérieur avec du contracté-relâché et une absence de prise en charge. 

Ces techniques ont été réalisées sur un échantillon de 45 patientes cervicalgiques de 21,49 ± 3,66 ans de moyenne d’âge. 

L’échelle visuelle analogique, le seuil de douleur à la pression, le NDI et des mesures au mètre-ruban ont été utilisés pour évaluer la douleur, la sensibilité musculaire, l’incapacité fonctionnelle et l’amplitude de rotation du cou des participants, aux jours 0, 1 et 5 après l’intervention et aux 10° et 15° jours de suivi. 

Tous les groupes ont reçu des conseils posturaux et des exercices à faire à la maison. 

Une analyse de variance avec répétition d’expérience a recherché si l’un des groupes présentait une différence dans ces indicateurs qui ne soit pas dûe au simple hasard de l’échantillonnage. 

Résultats

Les analyses intra-groupes ont montré une amélioration significative (p <0,05) de toutes les mesures de résultats aux jours 1 et 5 après l’intervention et aux jours 10 et 15 pendant le suivi pour tous les groupes. 

Les analyses entre les groupes ont confirmé des différences non significatives (p> 0,05) entre tous les groupes pour toutes les variables.

Conclusion des auteurs

L’inhibition du point-gâchette comme le contracté-relâché du trapèze supérieur sont également efficaces pour réduire la douleur et la sensibilité musculaire, ainsi que pour améliorer l’invalidité et la rotation du cou chez les patientes souffrant de cervicalgie non spécifique. 

Ma conclusion 

Ces deux techniques sont aussi efficaces que de ne rien faire. Cette étude démontre que prises isolément, elles ont aucune vertu thérapeutique. 

Références bibliographiques  

logo.pngKashyap R, Iqbal A, Alghadir AH. Controlled intervention to compare the efficacies of manual pressure release and the muscle energy technique for treating mechanical neck pain due to upper trapezius trigger points. J Pain Res. 2018 Dec 12;11:3151-3160. doi: 10.2147/JPR.S172711.

Articles en rapport avec le sujet

Inhibition, dry needling ou ionisation de cortisone ?

Le but principal de la présente étude était de comparer le «myofascial release» à l’ionisation de bétaméthasone et au dry needling dans le traitement du point-gâchette du trapèze supérieur.

Pour les anciens, le myofascial release c’est quand on maintient son gros pouce velu bien appuyé sur le point de Knapp au milieu trapèze supérieur jusqu’à ce qu’une petite larme apparaisse sur l’oeil ipsilatéral de la patiente.

C’est pareil, mais en anglais et ça ne s’apprend plus en techno de base K1 mais en K5.

Méthodes 

Soixante participants (moyenne d’âge 23,6 ± 2,1 ans), avec au moins un point déclencheur myofascial latent dans le muscle trapèze supérieur, ont participé à cette étude. 

Les sujets ont été répartis au hasard en trois groupes pendant deux semaines. 

L’intensité de la douleur, le seuil de pression de la douleur et l’amplitude des mouvements cervicaux actifs ont été évalués.

Résultats 

Une diminution significative de la douleur, une amplitude active du mouvement cervical et une augmentation du seuil de pression de la douleur ont été observées dans les trois groupes (p <0,001). 

Le dry needling et les ionisations montrent une amélioration plus significative par rapport au groupe de patients inhibés par l’appui du pouce (p <0,001). 

Il n’y avait pas de différence entre dry needling et phonophorèse.

Commentaire 

Si le dry needling du seul point-gâchette répertorié est aussi efficace qu’une ionisation réputée sans intérêt, le FIF-PL va pouvoir faire des économies sur les formations subventionnées…

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire.  

Références bibliographiques 

17304Tabatabaiee A, Ebrahimi-Takamjani I, Ahmadi A, Sarrafzadeh J, Emrani A. Comparison of pressure release, phonophoresis and dry needling in treatment of latent myofascial trigger point of upper trapezius muscle. J Back Musculoskelet Rehabil. 2018 Dec 14. doi: 10.3233/BMR-181302. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s