Parkinson : rééducation à la marche sur tapis roulant

Sans titre
Image provenant du catalogue kinestock. http://www.kine-stock.com

Une étude récente parue dans Gait & Posture [Ambrus 2019] semble indiquer que cette pratique permettrait de modifier de façon durable la relation entre la longueur du pas et la cadence chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Elle n’est pas en accès libre, mais une revue Cochrane récente sur le sujet l’est. 

Deux problèmes se posent concrètement au kinésithérapeute : 

  1. La posologie pour obtenir un résultat (combien de séances, de quelle durée à quelle fréquence, pour un résultat maintenu combien de temps ?)
  2. L’impossibilité de laisser un patient seul sur un tapis roulant…

Que dit Cochrane sur le sujet ?

La traduction française de son résumé, que vous trouverez à cette adresse ainsi que le lien vers la revue in extenso, indique que :

Sur 18 essais (633 sujets), l’entraînement sur tapis roulant a amélioré la vitesse de marche (différence moyenne de 0,09 m/s IC95 %[0,03 à 0,14] ; P = 0,001, preuves de qualité modérée) et la longueur de foulée (différence moyenne de 0,05 mètres IC95 % [0,01 à 0,09] ; P = 0,01, preuves de faible qualité), mais pas la distance de marche (différence moyenne de 48,9 mètres IC 95 %[‐1,32 à 99,14] ; P = 0,06, preuves de très faible qualité), ni la cadence (différence moyenne de 2,16 pas/minute IC95 %[‐0,13 à 4,46]  P = 0,07, preuves de faible qualité). 

Les événements indésirables n’étaient pas rapportés dans les études incluses.

Les auteurs estiment que ce type de traitement semble être plus bénéfique que la kinésithérapie sans entraînement sur tapis, sans risque accru. Ils estiment cependant la pertinence clinique faible à modérée et ne se prononcent pas sur la durée des améliorations.

Posologie 

Elle varie selon les études, mais on retrouve fréquemment des prises en charge de 4 à 8 semaines, pour des séances de 30 minutes, à raison de 3 fois par semaine. Tout à fait compatible avec nos pratiques, donc.

Reste le problème de la sécurité…Au Canada, les physiothérapeutes diagnostiquent et délèguent les actes à des thérapeutes en réadaptation physique. En France, nous venons de refuser la création d’un métier d’aide-kinésithérapeute.

Références bibliographiques 

Gait & PostureAmbrus M, Sanchez JA, Fernandez-Del-Olmo M. Walking on a treadmill improves the stride length-cadence relationship in individuals with Parkinson’s disease. Gait Posture. 2019 Feb;68:136-140. doi: 10.1016/j.gaitpost.2018.11.025.

Articles en rapport avec le sujet

Mehrholz J, Kugler J, Storch A, Pohl M, Elsner B, Hirsch K. Treadmill training for patients with Parkinson’s disease. Cochrane Database Syst Rev. 2015 Aug 22;(8):CD007830. doi: 10.1002/14651858

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s