Abord palpatoire du genou 


Palpation de la trochlée fémorale 

1

Surface articulaire avec la patella, la trochlée fémorale présente deux joues, la joue latérale (recouverte par le vaste latéral) étant plus saillante et plus large. Elles sont séparées par une gorge antéro-postérieure qui se termine dans le fond de l’échancrure intercondylienne et qui est surmontée de la fossette sus-trochléenne. Elle peut se palper lorsque le sujet est assis en bord de table, de même que la gouttière inter-trochléenne.  Le condyle latéral est plus haut que le médial. On peut déterminer à la pression s’il existe ou non des lésions cartilagineuses fémorales par la douleur que l’on provoque sur l’os sous-chondral.

Palpation de l’interligne du genou 

2

Glisser son genou sous le genou du patient. L’interligne du genou peut se palper de part et d’autre du tendon patellaire, à mi-distance de la tubérosité tibiale antérieure et de la patella, lorsque le genou est à 30° de flexion. Il peut être confondu avec la présence de la gouttière de passage du tendon réfléchi du demi-membraneux cravatant la tubérosité médiale du tibia et qui forme une dépression parallèle à lui. Il est encore plus souvent confondu avec les rebords des condyles fémoraux qui s’évasent latéralement.

BoussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs de cette palpation est faible [6]. 

Validité 

Comparaison avec  Se Sp RV+ RV- Références bibliographiques
arthroscopie  0,63 0,77 2,74 0,48 Hegedus 2007
arthroscopie 0,76 0,77 3,30 0,31 Cleland 2012 (Meserve 2008)
arthroscopie 0,83 0,83 4,88 0,20 Smith 2015
arthroscopie ou IRM 0,79 0,15 0,93 1,40 Décary 2017 (Solomon 2001)
arthroscopie ou IRM, radiographie, diagnostic clinique 0,76 0,29 1,07 0,83 Décary 2017 (Jackson 2003)

Palpation de la corne antérieure du ménisque médial

3

S’insérant sur le plateau tibial, elle s’avance lors d’une rotation latérale du tibia. Placer le pouce sur l’interligne tibial, le long du tendon patellaire. Une douleur à la pression sera majorée par la rotation latérale de jambe, sur un genou demi-fléchi [17]. 

Palpation du corps du ménisque médial 

4

Le corps du ménisque médial comble l’articulation lors de la rotation médiale du tibia et se rétracte lors de la rotation latérale [17]. Poser le genou du patient sur le genou du kinésithérapeute afin de le placer en demi-flexion. Placer les doigts dans le prolongement de l’interligne. La rotation médiale passive pied en appui sur la table fait saillir le ménisque. 

La douleur à la palpation de l’interligne articulaire est le signe reconnu d’une souffrance méniscale [35]. 

Auto-palpation du corps du ménisque latéral 

5

La conformation en « O » du ménisque latéral empêche la palpation de sa corne antérieure. Le corps du ménisque médial est palpable lorsque, jambes pendantes, vous placez vos doigts sur les parties latérales des interlignes articulaires et que vous faites ballotter vos jambes dans le plan frontal. Lors du varus / valgus ainsi provoqué vous pouvez ressentir les corps des ménisques.

Repérage de la graisse intra-articulaire 

6

Les deux nodosités saillantes de part et d’autre du tendon patellaire lors d’une extension active constituent le ligament adipeux du genou (corps de Hoffa). Ce n’est pas à proprement parler une structure ligamentaire ; elle n’est pas pathologique même si elle est volontiers plus proéminente lors d’une gonalgie.

Palpation des éléments postérieurs de l’articulation fémoro-tibiale

Les coques condyliennes ne sont pas palpables. L’artère poplitée, structure la plus profonde de la région, chemine contre la capsule articulaire ; elle est verticale. Son battement peut être (rarement) palpable au fond du creux poplité lorsque le genou est fléchi. Les noeuds lymphatiques poplités ne sont pas palpables chez le sujet normal. 

La présence de nodosités élastiques au pli du genou peut évoquer un «kyste» poplité. Il survient fréquemment lors de marches inhabituellement longues, le patient forçant sur l’extension passive pour économiser son quadriceps. Un bombement postérieur de l’articulation est consécutif à cette démarche anormale. Il peut devenir volumineux et entraîner une démarche antalgique avec le maintien de quelques degrés de flexion pour éviter sa mise en tension. Il inquiète volontiers le patient, son médecin traitant.

Palpation du ligament collatéral tibial 

7

L’ex-ligament latéral interne du genou est un épaississement de capsule. Le genou du patient en décubitus est posé sur le genou fléchi du patient. Le ligament est alors palpable lorsqu’il croise l’articulation : en longeant l’interligne en direction médiale, on peut ressentir un renforcement dû à sa présence. 

Variante 

Il peut être mis en tension plus nettement en plaçant le genou en crochet, pied sur la table, segment jambier en rotation latérale. Placer le genou en valgus tend le ligament qui devient alors palpable, parfois visible.

Palpation du ligament collatéral fibulaire

8

Le ligament fibulaire, ancien ligament latéral externe du genou est un véritable ligament, à distance de l’articulation, comme le ligament rond de la coxo-fémorale ; ce n’est pas un simple épaississement de capsule. 

Il se repère en accentuant le varus du genou préalablement fléchi à 90°. Demander au patient de poser sa jambe fléchie sur la jambe controlatérale. L’accentuation du varus fait saillir le ligament collatéral. Il a une direction parallèle à la diaphyse tibiale. Le biceps lui est perpendiculaire.

Palpation du semi-tendineux 

9

Sur un sujet en procubitus, demander une flexion du genou, ce qui fait saillir son tendon, le plus superficiel des tendons médiaux.

Palpation du semi-membraneux

10

Sur un sujet en procubitus, demander une flexion du genou. Son tendon, plus large que celui du semi-tendineux, apparaît de part et d’autre de celui-ci. Sa direction ischiatique le différentie du gracile. Son tendon réfléchi (antérieur) est parallèle à l’interligne médial du genou avec lequel on peut le confondre.

Palpation du biceps fémoral 

La longue portion se dirige en bas et en dehors ; elle peut-être mise en évidence à son origine, sujet en procubitus lorsqu’il effectue une rotation latérale et une extension de hanche. 

La courte portion, mono-articulaire, n’effectue que la rotation latérale : lorsque la coxo-fémorale est placée en flexion, l’attache ischiatique est relâchée lors de la rotation latérale.

Repérage de la patte d’oie

11

Sujet en décubitus. Longer du plat de la main la face antéro-médiale, osseuse du tibia, en direction crâniale. Lors de l’arrivée sur la patte d’oie, vous devez ressentir une légère sur-épaisseur, correspondant à l’insertion terminale des muscles la constituant.

Palpation des muscles de la patte d’oie 

Sujet assis en bout de table. Faire glisser la main en direction proximale sur la face osseuse antéro-médiale du tibia jusqu’à buter sur une sur-épaisseur correspondant aux insertions terminales. Les tendons du semi-tendineux et du gracile, arrondis, ne doivent pas être confondus avec celui du semi-membraneux, musculaire jusqu’à son insertion. Le tendon du semi-tendineux est le plus postérieur et inférieur. Au dessus de lui, le tendon du gracile peut être mis en évidence en demandant au sujet une rotation médiale, qui le fait saillir. Le semi-membraneux peut être palpé en profondeur entre les tendons du gracile et du semi-tendineux. 

Palpation des vastes 

12

Les vastes sont dénommés ainsi en raison de leurs dimensions considérables. Leur origine fémorale postérieure et leur terminaison antérieure leur confèrent un rôle de soutien de l’os fémoral lors du squat. 

Le vaste latéral, de part son volume important, a un rôle de tenseur du fascia lata : se contractant lors de la flexion du genou en charge, il repousse le fascia lata, permettant à celui-ci de lutter plus efficacement contre la traction latérale s’exerçant sur la corticale de l’os fémoral. Il doit donc être volumineux chez un sujet sain. Pour le mettre en évidence, demander au sujet en décubitus, genou en extension, de placer la hanche en flexion et rotation médiale.  

Moins large que le latéral mais tout aussi épais, le vaste médial présente une orientation terminale proche de l’horizontale, d’où les suppositions sur son rôle limitant la sub-luxation latérale de la patella. Pour le mettre en évidence, demander au sujet en décubitus, genou en extension, de placer la hanche en flexion et rotation latérale. 

Palpation du droit fémoral

Reposant sur le berceau des vastes, il est individualisable lors d’une palpation transversale appuyée qui le fait rouler sous la main. Son insertion d’origine est repérable grâce à la fossette située entre la fourche du tenseur du fascia lata (TFL) et du sartorius, observable à la racine de la cuisse lors d’une élévation jambe tendue. Elle traduit la plongée du muscle en direction de l’épine iliaque antéro-inférieure (EIAI).

Palpation du gracile

13

Muscle rubané et fort mince (d’où son nom de gracile), l’ex-droit interne de la cuisse s’étend du pubis à la patte d’oie. Il est plus postérieur qu’on ne l’imagine. Réaliser une abduction passive dans une position de flexion de hanche, genou tendu permet fréquemment de le mettre en évidence et en tension. Il est aisément palpable, voire visible, immédiatement en arrière du long adducteur. Sa palpation au genou est possible, mais il se confond facilement avec le demi-membraneux : seules leurs directions (pubienne ou ischiatique) permettent de les individualiser.

Palpation des ailerons patellaires

14

Ce sont les ailerons « chirurgicaux » et non les ailerons anatomiques que l’on palpe. Basculer la patella vers l’aileron à palper, ce qui le tend. Palper transversalement parallèlement au bord latéral de la patella. L’aileron patellaire médial est palpable transversalement. Le latéral est très peu consistant.

Palpation neurale


Références bibliographiques concernant l’abord préliminaire du genou

[1] Alghadir A et al. The reliability and minimal detectable change of Timed Up and Go test in individuals with grade 1 – 3 knee osteoarthritis. BMC Musculoskelet Disord. 2015 Jul 30;16:174

[2] Apley AG. The diagnosis of meniscus injuries. J Bone Joint Surg. 1947;29:78-84

[3] Benjaminse A, Gokeler A, van der Schans CP. Clinical diagnosis of an anterior cruciate ligament rupture: a meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther. 2006 May;36(5):267-88

[4] Chavoutier P et al. Reproductibilité et fiabilité des mesures périmétriques d’un membre inférieur sain. Annales de kinésithérapie.Vol. 27 No 1. 2000

[5] Cibere J et al. Reliability of the knee examination in osteoarthritis: effect of standardization. Arthritis Rheum. 2004 Feb;50(2):458-68

[6] Cleland J, Koppenhaver S. Examen clinique de l’appareil locomoteur. Tests, évaluations et niveaux de preuve. 2ème édition. Elsevier Masson. 2012.

[7] Cooperman J et al. Reliability and Validity of Judgments of the Integrity of the Anterior Cruciate Ligament of the Knee Using the Lachman’s Test. Physical Therapy 1990 70: 225-233.

[8] Danowski RG, J-C Chanussot. Traumatologie du sport. Masson. 1996.

[9] Deveci A et al. The arthroscopical and radiological corelation of lever sign test for the diagnosis of anterior cruciate ligament rupture. SpringerPlus 2015, 4:830

[10] Ekegren C et al. Reliability and Validity of Observational Risk Screening in Evaluating Dynamic Knee Valgus. J Orthop Sports Phys Ther 2009;39(9):665-674

[11] Faucher M. Poireaudeau S. Thoumie P et al. Evaluation des qualités métrologiques de deux indices algo-fonctionnels dans la gonarthrose. In Hérisson C. Codine P. Brun V. L’arthrose du genou. Masson 2004

[12] Gerster JC. Histoire naturelle de la gonarthrose. Rev Rum {Ed fr.] 2000 ; 67 Suppl 3 ; 157-61

[13] Hasselblad V et al. Physical Examination Tests for Assessing a Torn Meniscus in the Knee: A Systematic Review With Meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther. 2007;37(9):541-550

[14] Hegedus EJ, Cook C, Hasselblad V, et al. Physical examination tests for assessing a torn meniscus in the knee: a systematic review with meta-analysis. J Orthop Sports Phys Ther. 2007 Sep;37(9):541-50

[15] Herrington L et al. Intra and inter-tester reliability of the tuck jump assessment. Phys Ther Sport. 2013 Aug;14(3):152-5

[16] Hollman JH et al. Knee joint mouvements in subjects without knee pathology and subjects with injured anterior cruciate ligaments. Physical Therapy. 2002;82:960-72

[17] Hoppenfeld S. Examen clinique des membres et du rachis. Masson. 1990

[18] Karachalios T et al. Diagnostic accuracy of a new clinical test (the Thessaly test) for early detection of meniscal tears.  J Bone Joint Surg Am. 2005;87(5):955-962.

[19] Katz JN et al. Surgery versus Physical Therapy for a Meniscal Tear and Osteoarthritis. N Engl J Med 2013; 368:1675-1684

[20] Kelly A. et al. Gender differences exist in osteoarthritic gait. Clinical Biomechanics. Volume 22, Issue 4 , May 2007, Pages 400-409

[21] Lange T. Et al. The reliability of physical examination tests for the diagnosis of anterior cruciate ligament rupture – A systematic review. Man Ther. 2015 Jun;20(3):402-411.

[22] Lelli A et al. The « Lever Sign »: a new clinical test for the diagnosis of anterior cruciate ligament rupture. Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2014 Dec 25. Article en pré-publication.

[23] Logerstedt D et al. Knee Stability and Movement Coordination Impairments: Knee Ligament Sprain. J Orthop Sports Phys Ther 2010;40(4):A1-A37

[24] Madhusudhan TR et al. Clinical examination, MRI and arthroscopy in meniscal and ligamentous knee Injuries – a prospective study. Journal of Orthopaedic Surgery and Research 2008, 3:19 

[25] Maly M et al. Contribution of Psychosocial and Mechanical Variables to Physical Performance Measures in Knee Osteoarthritis. Physical Therapy 2005 85: 1318-1328.

[26] McMurray TP. The semilunar cartilages. Br J Surg. 1942;29:407-414

[27] Mulligan EP et al. Reliability and diagnostic accuracy of the Lachman test performed in a prone position. J Orthop Sports Phys Ther, 41 (2011), pp. 749–757

[28] Myer G et al. Utilization of Modified NFL Combine Testing to Identify Functional Deficits in Athletes Following ACL Reconstruction. J Orthop Sports Phys Ther 2011;41(6):377-387

[29] Perry J, Stiell I. Impact of clinical decision rules on clinical care of traumatic injuries to the foot and ankle, knee, cervical spine, and head. Injury, Int. J. Care Injured (2006) 37, 1157—1165 

[30] Piperno M. La mesure clinique de la gonarthrose. Rev Rhum [Ed fr.] 2000 ; 67 Suppl 3 : 143-8

[31] Rubinstein RA Jr et al. The accuracy of the clinical examination in the setting of posterior cruciate ligament injuries. Am J Sports Med. 1994;22(4):550–557.

[32] Sahrmann S. Movement System Impairment Syndromes of the Extremities, Cervical and Thoracic Spines. Mosby. 2011

[33] Schmitt L et al. Instability, Laxity, and Physical Function in Patients With Medial Knee Osteoarthritis. Phys Ther 2008 88: 1506-1516 

[34] Sihvonen R et al. Finnish Degenerative Meniscal Lesion Study (FIDELITY) Group. Arthroscopic partial meniscectomy versus sham surgery for a degenerative meniscal tear. N Engl Med J 2013;369;2515-24.

[35] Smith BE et al. Special tests for assessing meniscal tears within the knee: a systematic review and meta-analysis. Evid Based Med. 2015 Jun;20(3):88-97

 [36] Threlkeld A. The effects of manual therapy on connective tissue. Physical Therapy vol 72 n°12 1992

[37] Troisier O. Diagnostic clinique en pathologie ostéo-articulaire. Paris: Masson; 1990.

[38] Viel E. La marche humaine. Masson. 2000

[39] Viton JM et al. Mesure S. Modalités de transfert du poids du corps chez le patient gonarthrosique. Revue de chirurgie orthopédique et réparatrice de l’appareil locomoteur. 1998. 84/8. 705-711

[40] Waldén M et al. Three distinct mechanisms predominate in non-contact anterior cruciate ligament injuries in male professional football players: a systematic video analysis of 39 cases. Br J Sports Med. 2015 Apr 23.

[41] Weeks BK et al. Kinematic predictors of single-leg squat performance: a comparison of experienced physiotherapists and student physiotherapists. BMC Musculoskelet Disord. 2012. Oct 25;13:207

[42] Décary S et al. Diagnostic validity of physical examination tests for common knee disorders: An overview of systematic reviews and meta-analysis. Physical Therapy in Sport 23 (2017) 143-155 

[43] Ibrahim A, Singh DKA, Shahar S.‘Timed Up and Go’ test: Age, gender and cognitive impairment stratified normative values of older adults. PLoS One. 2017 Oct 3;12(10)

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s