La fasciite plantaire : savoirs, tests & techniques

1

Une mise à jour à partir du guide clinique du JOSPT [Martin 2014]. Il s’agit de la plainte podale la plus fréquente, au moins pour les kinésithérapeutes.

Généralités

Les aponévroses plantaires

Comme les palmaires, elle se divisent en moyenne, latérale et médiale. Comme les palmaires, elles sont adhérentes au plan profond a contrario des dorsales que l’on peut pincer et faire glisser par rapport au plan profond.

L’innervation 

Le nerf tibial, divisé en médial plantaire médial et latéral, peut être comprimé dans le tunnel du tarse. Cette topographie correspond à la souffrance habituelle du patient, en partie médiale du calcanéus.

Durée des symptômes

80% des plaintes se résolvent en 12 mois…

Évaluations  

Facteurs de risque 

La diminution de la flexion dorsale est contemporaine de la survenue de la fasciite plantaire. Les patients sont volontiers sédentaires, prenant de l’âge, fréquemment debout en appui au travail, avec un IMC au delà de 30kg/m2, portant des chaussures sans trop d’amortissement, limités en extension des orteils. 

Plainte du patient

La douleur survient dès le lever, à l’appui. Elle est susceptible de provoquer une esquive antalgique du pas. Le patient rapporte une augmentation d’activité, d’appui, de changement de travail ou de loisir les provoquant. 

Le patient ou le médecin évoquent une épine calcanéenne à la partie antéro-médiale plantaire du talon, opinion renforcée par une ossification débutante de l’aponévrose parfois visible à la radiographie de profil.

Radiographie 

2

Elle n’est pas nécessaire pour poser le diagnostic. Le radiologue cherche une épine calcanéenne, qui peut être parfois très spectaculaire (voir ci-contre), mais qui n’est pas un signe radiologique clé [Osborne 2006]. Elle impressionne le patient qui a effectivement l’impression de marcher sur une épine.

Des signes radiologiques se retrouvent de façon plus fréquente dans les fasciites (85% versus 46% chez des sujets asymptomatiques / Se 0.85 – Sp 95%) sur une vue de profil du pied en décharge, mais ce sont essentiellement l’épaisseur de l’aponévrose et les lignées graisseuses, l’épine proprement dite n’étant pas constamment retrouvée [Thomas 2008].

Échographie de la fasciite plantaire

L’échographie peut être considérée comme une technique d’imagerie fiable pour évaluer l’épaisseur de l’aponévrose plantaire, le suivi des effets des différentes interventions et le choix des orientations thérapeutiques [Mohseni-Bandpei 2014].

Diagnostic différentiel

La douleur est bilatérale

Une talagie bilatérale est pathognomonique de la PSR. 

Notion de chute massive récente

Une fracture du calcanéus récente est rapportée à une chute, s’accompagne de douleurs vives empêchant l’appui et d’une ecchymose plantaire (dite de Mondor) avec un hématome susceptible de couvrir toute la plante jusqu’aux orteils. 

Test de mise en tension du nerf tibial

3

C’est une piste reprise par Mickaël Schacklock sur son site. 

Les fasciites plantaires, épines calcanéennes, douleurs podales unilatérales médiales doivent être différentiées des souffrances neurales du nerf tibial et de ses branches terminales. 

Objectif 

Mettre en évidence une souffrance du nerf tibial dans le canal calcanéen. 

Réalisation du test 

La position de flexion dorsale du pied, en éversion, avec extension de tous les orteils, en décharge, maintenue 5 à 10 secondes, met en tension le nerf tibial et doit permettre de retrouver la douleur neurale évoquée par le patient lors de la mise  d’une percussion digitale du tunnel du tarse (signe de Tinel). 

Valeurs obtenues 

Qualitative binaire. La douleur et/ou les dysesthésies neurales sont présentes ou non. 

Fiabilité inter-opérateurs 

Elle ne semble pas avoir été recherchée dans l’article. 

Validité du test 

BoussoleLe test réalisé sur 50 sujets sains (100 pieds) et 37 patients (44 pieds) devant être opérés d’un syndrome du tunnel du tarse. Dans le groupe sain, aucun signe ni symptômes n’apparaissaient. Dans les 44 pieds symptomatiques, la douleur était augmentée chez 36 d’entre eux (Se 0.81, Sp 0.99, RV+ 82.73, RV- 0.19) et le signe de Tinel était plus prononcé chez 41 d’entre eux (Se 0.92, Sp 0.99, RV+ 84.07, RV- 0.08) [Kinoshita 2001] 

Une recherche sur cadavre citée par le JOSPT a montré que cette manoeuvre augmentait de façon significative la tension sur le nerf tibial, les nerfs plantaires latéral et médial. Un glissement distal du nerf de l’ordre de 7 mm survient (2 mm pour le nerf plantaire latéral) [Alshami 2007].

Il est à noter que cette manoeuvre augmente aussi significativement la tension sur l’aponévrose plantaire. 

Variante proposée par Schacklock 

Sur un patient en décubitus, le maintien de la position podale lors d’un Straight Leg Rising permet de faire une différentiation structurelle entre des douleurs musculo-squelettiques et des douleurs neurales : la flexion de hanche genou tendu peut majorer la douleur podale lors d’une souffrance neurale ; elle ne l’est pas lors d’une souffrance musculo-squelettique podale. 

Indicateurs de suivi du traitement 

  • Le PSFS [Stratford 1995]
  • Le périmètre de marche sans douleur, 
  • La douleur en appui unipodal, 
  • La flexion passive de cheville, 
  • Le test en flexion dorsale-éversion,
  • Le windlass test

Traitements

Electrothérapie 

Les kinésithérapeutes devraient préférentiellement se servir de thérapie manuelle, étirements, semelles orthopédiques, plutôt que d’électrothérapie. 

Low laser

Utilisable. 

Ultra-sons 

Leur usage ne peut pas être recommandé dans les fasciites plantaires.

Ionisations 

Des ionisations à la dexamethazone (0,4%) ou à l’acide acétique, au gel de ketoprophène, sont réputées permettre une diminution sur le court-terme (2 à 4 semaines) de la douleur et d’améliorer la fonction (preuves modérées). 6 séances améliorent sur le court-terme mieux qu’un traitement sans ionisations. Après 1 mois, il n’y a plus de différences.

Les infiltrations de cortisone ont le même effet, mais présentaient un risque majeur de rupture aponévrotique et de nécrose de la graisse sous-cutanée (une étude ancienne citée par le JOSPT fait état de 44 ruptures sur 122 patients infiltrés…)., qui n’est plus retrouvé aujourd’hui. 

Thérapie manuelle

Les mobilisations passives de l’arrière-pied, du 1° rayon, de la cheville, les massages des lieux susceptibles de provoquer une limitation du jeu neural, les glissements neuro-dynamiques sont recommandées (preuves théoriques).

Étirements 

Les étirements du triceps et/ou un étirement spécifique de l’aponévrose plantaire peuvent améliorer la douleur sur le court-terme (1 semaine à 4 mois). 

Posologie

2 à 3 fois par jour, maintenu 3 minutes ou intermittent sur 20 secondes (pas d’avantage à une méthode. Preuves modérées).

Les semelles orthopédiques

Standard ou adaptées au patient, les semelles permettent une réduction de la douleur sur le court-terme (3 mois). Il n’y a pas de différences entre les deux types. Il n’y a pas aujourd’hui de preuves pour une utilisation sur le long-terme (1 an) de ces semelles (recommandation basée sur de fortes preuves).

Les attelles nocturnes (night splint)

Sorte d’attelles releveurs fixées par sangles et portées sur le long terme, peu usuelles en France, elles peuvent être prescrites durant 1 à 3 mois.

Le dry needling

Il ne peut pas être recommandé.

Ondes de chocs

BoussoleUne étude se prononce en faveur de ce traitement, à raison de 3 séances en 3 semaines, sur des patientes de soixante ans (n=12), non obèses, souffrant depuis plus de 6 mois. Les douleurs comme la marche, mesurées 9 mois après le 1° traitement, sont améliorées [Hsu 2013].

Les chaussures amortissantes, les chaussures «à bascule»

4

Conseils  

  • Indiquer que le surpoids est un facteur favorisant, recommander de maigrir.
  • Conseiller des exercices luttant contre la pronation (tibial antérieur, tibial postérieur)

Le Low-Dye Taping

75

Procédure 

Il consiste à placer des bandes collantes sur la face plantaire, la bande partant de la tête du 2° métatarsien ou y revenir avec une fronde tractant le talon vers les orteils (en passant en caudal du tendon d’Achille pour ne pas l’irriter). 

Validité 

Améliore sur le court-terme (7 à 10 jours) la douleur (faibles preuves).


Références bibliographiques 

Alshami, A. M., Babri, A. S., Souvlis, T. and Coppieters, M.W. (2007) Biomechanical evaluation of two clinical tests for plantar heel pain: The dorsiflexion-eversion test for tarsal tunnel syndrome and the windlass test for plantar fasciitis. Foot & Ankle International, 28 4: 499-505. Résumé de l’article disponible en ligne 

Hsu WH, Lai LJ, Chang HY, Hsu RW. Effect of shockwave therapy on plantar fasciopathy: A biomechanical prospective. Bone Joint J. 2013 Aug 1;95-B(8):1088-1093.

Kinoshita M, Okuda R, Morikawa J, Jotoku T, Abe M. The dorsiflexion- eversion test for diagnosis of tarsal tunnel syndrome. J Bone Joint Surg Am. 2001;83-A:1835-1839. Article disponible en ligne

Martin R. Et al. Clinical Practice Guidelines. Heel Pain—Plantar Fasciitis: Revision 2014. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 2014, Volume: 44 Issue: 11 Pages: A1-A33

Mohseni-Bandpei MA, Nakhaee M, Mousavi ME, Shakourirad A, Safari MR, Vahab Kashani R. Application of ultrasound in the assessment of plantar fascia in patients with plantar fasciitis: a systematic review. Ultrasound Med Biol. 2014 Aug;40(8):1737-54. doi: 10.1016/j.ultrasmedbio.2014.03.001.

Osborne HR, Breidahl WH, Allison GT. Critical differences in lateral X-rays with and without a diagnosis of plantar fasciitis. J Sci Med Sport. 2006;9:231- 237. Résumé de l’article disponible en ligne

Stratford PW, Gill C, Westaway MD, Binkley JM. Assessing disability and change on individual patients: a report of a patient specific measure. Physiother Can. 1995;47:258-263. Article disponible en ligne

Thomas G. McPoil, Mark W. Cornwall, Dane K. Wukich, James J. Irrgang, Joseph J. Godges, RobRoy L. Martin. Heel Pain-Plantar Fasciitis. J Orthop Sports Phys Ther. 2008;38(4):A1-A18. Guide clinique disponible en ligne

Un commentaire

  1. Akhbari B. et al. The use of dry needling and myofascial meridians in a case of plantar fasciitis. Journal of Chiropractic Medicine 2014, 13(1):43-48.

    Al-Boloushi Z. et al. Comparing two dry needling interventions for plantar heel pain: a protocol for a randomized controlled trial. Journal of Orthopaedic and Surgery Research 2019, 14(1):8 pages.

    Barnes A. et al. Clinical and functional characteristics of people with chronic and recent onset plantar heel pain. PM&R 2017, 9(11):1128-1134.

    Brown C. Dry needling for plantar pain. Orthopaedic Physical Therapy Practice 2015, 27(1):62-64.

    Cotchett M. et al. Effectiveness of trigger point dry needling for plantar heel pain: study protocol for a randomised controlled trial. Journal of Foot and Ankle Research 2011a, 4:5-10 pages.

    Cotchett M. et al. Consensus for dry needling for plantar heel pain (plantar fasciitis): a modified Delphi study. Acupuncture in Medicine 2011b, 29(3):193-202.

    Cotchett M. et al. Effectiveness of trigger point dry needling for plantar heel pain: a randomized controlled trial. Physical Therapy 2014, 94(8):1083-1094.

    Dunning J. et al. Electrical dry needling as an adjunct to exercise, manual therapy and ultrasound for plantar fasciitis: A multi-center randomized clinical trial. PLoS One 2018, 13(10):24 pages.

    Eftekharsadat B. et al. Dry needling in patients with chronic heel pain due to plantar fasciitis: A single-blinded randomized clinical trial. Medical Journal of the Islam Republic of Iran 2016, 30:401-9 pages.

    Escaloni J. et al. Cupping with neural glides for the management of peripheral neuropathic plantar foot pain: a case study. The Journal of Manual & Manipulative Therapy 2019, 27(1):54-61.

    He C., Ma H. Effectiveness of trigger point dry needling for plantar heel pain: a meta-analysis of seven randomized controlled trials. Journal of Pain Research 2017, 10:1933-1942.

    Ortega R. et al. Active Muscle Trigger Points are associated with Pain and related Disability in Patients with Plantar Heel Pain. Pain Medicine 2019:7 pages.

    Radford J. et al. Effectiveness of calf muscle stretching for the short-term treatment of plantar heel pain: a randomised trial. BMC Musculoskeletal Disorders 2007, 8:36-8 pages.

    Rastegar S. et al. Comparison of dry needling and steroid injection in the treatment of plantar fasciitis: a single-blind randomized clinical trial. International Orthopaedics 2018, 42(1):109-116.

    Renan-Ordine R. et al. Effectiveness of Myofascial Trigger Point Manual Therapy Combined With a Self-Stretching Protocol for the Management of Plantar Heel Pain: A Randomized Controlled Trial. The Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2011, 41(2):43-50.

    Riel H. et al. Is “plantar heel pain” a more appropriate term than ‘plantar fasciitis’? Time to move on. British Journal of Sports Medicine 2017, 51(22):1576-1577.

    Zuil-Escobar J. et al. Prevalence of myofascial trigger points and diagnostic criteria of different muscles in function of the medial longitudinal arch. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation 2015, 96(6):1123-1130.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s