Dry needling du soleus : où piquer ?


Le soléaire est un muscle large, aplati et profond. Son épaisseur moyenne est de l’ordre de 2 cm, plus importante chez les hommes. 

Les adeptes du dry needling (DN) recherchent les points-gâchettes actifs ou latents, susceptibles de reproduire la douleur pour laquelle le patient vient consulter. Ils peuvent être en rapport avec les troubles du patient ou non, puisque des points-gâchettes latents sont retrouvés chez 15 à 25 % de sujets asymptomatiques, de patients souffrant d’arthrose des membres inférieurs. 

La thérapie manuelle a des effets bénéfiques sur des personnes souffrant de talalgies, douleurs au mollet, chez des athlètes amateurs, mais elle ne peut qu’aborder le soleaire par sa partie latérale juste en arrière du tibia. 

D’où la proposition d’insérer une aiguille filiforme solide dans le but d’inactiver les points-gâchettes potentiels. De part la profondeur du muscle, une aiguille de 40 ou 50 mm est généralement recommandée. 

Le problème majeur est lié à la situation du nerf tibial, car la traversée du muscle soléaire avec l’aiguille pourrait entraîner un traumatisme neural. Ce nerf est palpable voire visible au creux poplité, mis en tension par l’extension de genou en flexion de hanche puis disparait en distal. Vertical et médian il descend vers le versant postéro-médial de la cheville ou il redevient palpable, dans le canal tarsien.

 

L’endommagement potentiel du nerf est possible, d’autant qu’il est volumineux.

Il a été proposé de faire du DN sous échographie, ce qui complique les choses cliniquement. 


Personnellement et classiquement cela fait des décennies que j’utilise le passage des ultra-sons pour réveiller la douleur qui correspond aux symptômes du patient, motamment pour les douleurs au mollet. À un moment, le patient sursaute et me dit «ça y est, vous l’avez trouvé !». Du coup j’insiste sur le lieu, avec les ultra-sons en continu puis je développe mon arthrose trapézo-métacarpienne à l’aide de l’appui du pouce pour le masser le reste de la séance. Si le patient va mieux à la séance d’après, je me dis (et lui aussi) que cela lui a été bénéfique. Sinon, je fais autre chose. C’est pas du tout EBP et ça doit être franchement trop simple, en plus y’a pas de quoi prendre suffisamment de thunes comme formateur : difficile de tenir une semaine sur les pressions statiques du pouce, même en faisant le droit ET le gauche. 


Où repérer le soleus ?

Du coup, c’est plus compliqué :

Cette étude a été menée pour déterminer si les caractéristiques anthropométriques peuvent prédire la profondeur du muscle soléaire, telle qu’elle est évaluée par imagerie ultrasonore, chez un échantillon de personnes en bonne santé afin d’aider les cliniciens à faire du DN.

Une étude diagnostique visant à calculer la précision d’un modèle de prédiction de la profondeur du muscle soléaire, telle qu’évaluée par échographie, dans le tiers moyen et le tiers distal du mollet, sur la base de caractéristiques anthropométriques telles que l’âge, la taille, le poids, l’indice de masse corporelle (IMC), la longueur du mollet, le tiers moyen et le tiers distal de la circonférence du mollet, a été menée sur 48 sujets sains asymptomatiques (75% d’hommes) impliquant un total de 96 mollets.

Des analyses de régression linéaire multiple ont été utilisées pour déterminer quelles variables contribuaient de manière significative à la variance de la profondeur du muscle soléaire au tiers moyen et au tiers distal du mollet selon le sexe.

On a constaté que les femmes avaient un muscle soléaire plus profond que les hommes (p < 0,001).

Le poids, la taille, l’IMC et le périmètre du tiers moyen du mollet expliquent 69,9% de la variance chez les hommes, tandis que le périmètre du tiers moyen du mollet, la longueur du mollet, la taille et la circonférence du tiers distal du mollet expliquent 73% de la variance de la profondeur du tiers distal du soléaire chez les femmes (p < 0,001).

En outre, la circonférence et la longueur du tiers moyen du mollet expliquent 28,8% de la variance chez les hommes, tandis que le périmètre, la longueur et le poids du tiers moyen du mollet expliquent 67,8% de la variance chez les femmes de la profondeur du tiers moyen du soléaire (p < 0,001).

Cette étude a identifié des caractéristiques anthropométriques qui prédisent la profondeur du muscle soléaire, telle qu’évaluée par échographie, chez les individus asymptomatiques, mais ces caractéristiques sont différentes chez les hommes et les femmes. 


Là, c’est quand même franchement plus sérieux que le massage avec de la graisse à traire, non ? Mais tu m’étonnes que les gamins trouvent que 16,3€ c’est pas cher payé pour faire une formation en DN + une formation en échographie + le matériel à acheter + le supplément DN de l’assurance responsabilité professionnelle pour couvrir les risques d’embrocher le nerf tibial 🙂 🙂 🙂


Références bibliographiques 

usaespagneJuan Antonio Valera-Calero, Ladislao Laguna-Rastrojo, Fernando de-Jesús-Franco, Eduardo Cimadevilla-Fernández-Pola, Joshua A Cleland, César Fernández-de-Las-Peñas, José Luis Arias-Buría. Prediction Model of Soleus Muscle Depth Based on Anthropometric Features: Potential Applications for Dry Needling. Diagnostics (Basel). 2020 May 7;10(5):E284. doi: 10.3390/diagnostics10050284.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s