Effets neuro-biologiques de la thérapie par contrainte induite après AVC


cacher carton expression du visage expression faciale
Photo de Luis Quintero sur Pexels.com

La récupération de la fonction motrice après un accident vasculaire cérébral fait intervenir de nombreux biomarqueurs. 

Cette étude tente d’identifier les effets des biomarqueurs responsables de la récupération de la fonction motrice après l’utilisation de la thérapie du mouvement induit par la contrainte (CIMT) et de discuter de leurs implications pour la recherche et la pratique. 

Les études examinées ont permis d’identifier les effets des biomarqueurs suivants ** :

  • Amélioration de la perfusion des zones motrices et du métabolisme du glucose dans le cerveau,
  • Augmentation de l’expression des protéines, à savoir le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) et la protéine 43 associée à la croissance (GAP-43),
  • Diminution du taux d’acide gamma-aminobutyrique (GABA). 

Parmi les autres facteurs, sont cités l’augmentation de l’activation corticale, l’augmentation de la taille de la carte motrice et la diminution de l’inhibition inter-hémisphérique de l’hémisphère ipsi-lésionnel par l’hémisphère contra-lésionnel. 

Il est intéressant de noter que les effets de ces biomarqueurs sont bien corrélés avec l’amélioration de la fonction motrice. 

Cependant, certains effets des biomarqueurs n’ont pas encore été étudiés chez l’homme, et ils demandent à ce que la thérapie par contrainte induite soit entreprise précocément après l’accident vasculaire cérébral. 

En outre, une étude semble suggérer l’utilisation combinée de la CIMT avec d’autres techniques de réadaptation telles que la stimulation directe transcorticale (CDT) chez les patients souffrant d’un accident vasculaire cérébral chronique pour obtenir les effets des biomarqueurs. 

Il existe peu d’études chez l’homme qui ont mis en œuvre la CIMT au début de la période post-AVC. Il est donc important que davantage d’études soient menées chez l’homme afin de déterminer les effets des biomarqueurs de la CIMT, en particulier au début de la période post-AVC, lorsque les chances de guérison sont plus grandes. 

En outre, il convient de noter que ces effets se manifestent principalement lors d’accidents ischémiques cérébraux.

** pardon pour la traduction qui peut être inexacte de ma part, je ne suis pas du tout spécialisé dans le domaine et cette note est publiée uniquement parce que je suppose que des confrères peuvent être intéressés par cette publication.


Références bibliographiques 

belgiquenigeriaAuwal Abdullahi, Steven Truijen, Wim Saeys. Neurobiology of Recovery of Motor Function After Stroke: The Central Nervous System Biomarker Effects of Constraint-Induced Movement Therapy. Neural Plast. 2020 Jun 15;2020:9484298. doi: 10.1155/2020/9484298. 

(Article en accès libre) 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s