Kinésithérapie de la maladie de Parkinson


Photo de Domen Mirtiu010d Dolenec sur Pexels.com

Ce patient vient pour la rééducation d’une maladie de Parkinson. Aujourd’hui, que pouvez-vous lui faire pour l’aider au mieux ? Combien de séances planifier ? Quelle durée pour ces séances ? Quel indicateur devrait permettre de mesurer les progrès ? Que pouvez-vous espérer comme résultat ?

A la louche, une demi-heure de vélo ou de tapis de marche et une demi-heure de Kinect en surveillant le patient du coin de l’oeil, trois fois par semaine.

Marche sur tapis roulant, cycloergomètre

Indicateur 

Le test de marche de 6 minutes (6MWT)

Intensité 

L’intensité finale est modérée à élevée, le plus souvent entre 50 et 80 % de la réserve de fréquence cardiaque. 

Posologie 

30 à 50 minutes par séance, trois à cinq séances par semaine pendant 8 à 24 semaines.

Intérêt 

Amélioration du taux de consommation maximale d’oxygène de 2,9 ml/kg/min (IC à 95 % : 1,6 à 4,3). Atténuation des symptômes moteurs. Pas d’effet évident sur l’endurance de la marche, sur la qualité de vie.

Travail musculaire en résistance progressive

Indicateur 

TUG, vitesse de marche.

Posologie 

La plupart des programmes d’entraînement consistaient en 30 à 40 minutes d’exercices de résistance par session, deux à trois jours non consécutifs par semaine pendant 2 à 3 mois, bien que quelques études aient eu des durées d’entraînement plus longues, jusqu’à 24 mois. La résistance initiale était généralement fixée à 8 ou 12 répétitions maximales (RM), puis augmentée progressivement de 2 à 10 % si les participants étaient capables d’effectuer deux ou trois séries du même exercice à 8 ou 12 RM avec une relative facilité. La résistance cible finale à la fin de la période d’entraînement était généralement de 70 à 80 % de 1 RM. 

Intérêt 

Amélioration de la force des muscles anti-gravitaires, du TUG, de la vitesse de marche confortable et rapide, des symptômes moteurs. 

Le ré-entrainement des muscles de la respiration pourrait avoir un intérêt dans les troubles de la déglution et de la phonation (piste à confirmer).

Réalité virtuelle et exergames 

Matériel 

Nintendo Wii ou la Xbox Kinect. 

Posologie 

La plupart des essais ont duré 5 à 8 semaines (45 à 60 minutes par session, deux à trois séances par semaine). 

Intérêt 

Amélioration de la marche et de l’équilibre. Réduction possible du taux de chute sur le long-terme.

Entraînement sur tapis roulant 

Matériel 

Tapis roulant avec ou sans harnais pour sécuriser le patient avec ou sans charge additionnelle.

Modalités

De nombreuses études ont adopté une « approche vitesse « , dans laquelle la vitesse était fixée à la vitesse la plus élevée à laquelle le participant pouvait marcher en toute sécurité sans perdre l’équilibre D’autres études ont utilisé une vitesse de marche constante au cours de la même séance d’entraînement.

Posologie 

Le programme de marche sur tapis roulant durait généralement de 4 à 8 semaines, à raison de trois séances (30 à 45 minutes) par semaine. 

Intérêt 

L’entraînement sur tapis roulant améliorerait la vitesse de marche et la longueur des foulées, la cadence et la distance n’étant pas améliorées. 

Marche couplée à des repères sensoriels 

Les obstacles divers et variés sur le parcours de marche, des stimuli sensoriels, auditifs ou visuels, sont utilisés depuis longtemps dans cette rééducation. 

Posologie 

Les interventions consistent généralement en un entraînement de 30 à 60 minutes par séance, à raison de deux ou trois séances par semaine pendant une période de 4 à 12 semaines, bien que certaines études aient porté sur une période d’entraînement plus longue de 6 mois. 

Intérêt

Dans l’ensemble, les repères visuels et auditifs se sont avérés efficaces pour améliorer les paramètres cinématiques de la marche et l’exécution des virages, tout en réduisant les « freezing » et les chutes. Les indications visuelles améliorent uniquement la longueur de la foulée, les indications auditives améliorent également la cadence et la vitesse. 

Avec le développement des technologies portables (par exemple, les capteurs portables, le laser, la réalité augmentée par exemple via les lunettes Google), il y a beaucoup de place pour de futures recherches sur leur efficacité dans la réadaptation à la marche. 

Autres points thérapeutiques

Marche nordique 

Entraînement à la marche assisté par robot

Interventions pour réduire le freezing

Travail de la double tâche

Travail de l’équilibre

Posologie 

Les programmes d’entraînement duraient généralement de 4 à 12 semaines (40 à 60 minutes par séance, deux à trois séances par semaine), bien que quelques études aient impliqué une période d’entraînement plus longue. 

Intérêt

Amélioration de l’équilibre 😀 et la vitesse de marche mais pas la qualité de vie, pour les freezers comme pour les autres.

Danser

Type de danse 

 Tango, la danse irlandaise, la valse, le ballet, le Turo PD (une danse hybride de qigong), le Ballu Sardu (une danse folklorique sarde), la danse de salon, une danse-thérapie conçue spécialement pour traiter les symptômes). 

Posologie 

La plupart des programmes de danse-thérapie duraient de 8 à 13 semaines. Chaque séance durait généralement de 1 heure à 1,5 heure, avec une fréquence d’entraînement d’une à deux séances par semaine.

Intérêt 

L’exercice de danse a tendance à améliorer la vitesse de la marche avant et arrière et la longueur des foulées, mais les intervalles de confiance n’ont pas exclu la possibilité que les soins habituels soient légèrement supérieurs. 

Tai Chi, Qigong et yoga

Les exercices traditionnels chinois sont de plus en plus populaires dans la réadaptation neurologique.

Le Tai Chi implique l’exécution de mouvements corporels lents et contrôlés coordonnés avec une respiration diaphragmatique profonde. Le Baduanjin est une forme populaire de Qigong qui implique moins d’exercices et est plus facile à maîtriser que le Tai Chi.

L’étude de l’intérêt du yoga n’en est qu’à ses débuts et d’autres recherches sont nécessaires pour examiner ses bienfaits pour la santé.

Intérêt 

Le Tai Chi peut améliorer l’équilibre et la force musculaire. Son effet sur la vitesse de marche n’était pas concluant. L ‘effet de 6 mois de pratique du tai-chi a conduit à des effets soutenus pendant 3 mois.

Posologie 

La plupart des essais impliquaient une pratique régulière du Tai Chi pendant 30 à 60 minutes par séance, trois fois par semaine pendant 8 à 24 semaines. 


Références bibliographiques 

Marco Yc Pang. Physiotherapy management of Parkinson’s disease. J Physiother. 2021 Jul;67(3):163-176. doi: 10.1016/j.jphys.2021.06.004. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s