La biologie du Danger In Me et du Safety In Me ?


Trouvé dans Le Monde une note sur la découverte des propriétés de la neurotensine au sein de l’amygdale, donnée comme « la molécule qui trie les bons et les mauvais souvenirs ». Elle pourrait permettre de construire ainsi la mémoire du cerveau en fonction des émotions ressenties comme « bonnes » ou « mauvaises ». 

Ces perceptions contradictoires suivraient deux chemins neuronaux distincts à l’intérieur de l’amygdale, petite partie du cerveau fondamentale dans le traitement et la mémorisation de nos émotions. 

Des chercheurs auraient pu leurrer des souris en manipulant les circuits de récompense ou de punition, obtenant l’inverse du résultat habituel avec la manipulation. 

On n’est pas des souris ? Selon l’article du Monde et le chercheur interviewé, il n’y a pas de raison que l’on puisse fonctionner autrement. Selon lui, il est possible que la neurotensine joue un rôle plus important encore que la dopamine, la dopamine, accélérant la communication, la neurotensine jouant tout à la fois le rôle d’accélérateur et de frein, suivant sa concentration. 

Sur Danger In Me et Safety In Me, à lire absolument

Quel rapport avec la kinésithérapie ?

Nous ne manipulerions pas des émotions positives ou négatives quotidiennement, dans notre communication verbale et non verbale ? 


Références bibliographiques

L’article du Monde

Accès réservé aux abonnés.

L’article de Nature 

Article en accès libre en cliquant sur le lien 

Photo de Polina Tankilevitch sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s