Tests de poursuite oculaire (Smooth Pursuit Neck Test)


 

Il est avancé que les patients souffrant de cervicalgie attribuée à un fléau cervical présentent des altérations oculo-motrices. Les mettre en évidence cliniquement nécessite le recours à un équipement dédié, dont cet article se fait l’écho. Ca ne se fait pas sur un coin de table. Mais est-ce fiable et valide ?

Installation :

Elle est située dans un coin de pièce. Un triangle équilatéral, avec des côtés de 1 m de long, est marqué sur le sol. Un tabouret est placé au sommet du triangle, dans le coin de pièce. Deux bâtons sont enfichés dans des socles en polystyrène sur les autres sommet du triangle. Les deux bâtons ont des marqueurs de couleur (pinces à linge) qui peuvent être ajustés au niveau des yeux des participants.

L’appareil photo est positionné sur un trépied exactement au centre du triangle et peut être réglé au niveau des yeux. L’angle entre l’appareil photo et un côté du triangle est de 30 °, ce qui permet un changement de regard normalisé de 30 ° des deux côtés. Voir les photos [1].

Les tests :

L’ordre des 5 tests est standardisé. Ces cinq tests ont été effectués en position assise puis répétés en position debout les pieds joints.

Les marqueurs et l’appareil photo ont été placés au niveau des yeux des participants. Les participants ont reçu des instructions verbales et ont été invités à effectuer des déplacements aussi précisément et aussi rapidement que possible pendant les tests.

Chaque test a été enregistré sur vidéo pendant 10 secondes. Aucun temps de repos n’était autorisé entre les tests, sauf pour permettre un temps d’instruction court pour le test suivant. Les lunettes et les lentilles de contact sont portés comme d’habitude.

1- Mouvements oculaires à droite et à gauche tout en maintenant la tête dans la position neutre :

En position assise redressée, les marqueurs ajustés au niveau des yeux. Le sujet doit maintenir sa tête en position neutre tout en déplaçant ses yeux latéralement d’un marqueur à l’autre le plus rapidement possible pendant 10 secondes. Même procédé en position debout, avec marqueurs et appareil photo à hauteur des yeux.

2- Stabilité du regard :

Les sujets ont été invités à maintenir un regard stable sur l’appareil photo tout en déplaçant leur tête vers la gauche et vers la droite aussi loin et aussi vite que possible pendant 10 secondes. Même procédé en position debout, avec marqueurs et appareil photo à hauteur des yeux.

3- Mouvements séquentiels de la tête et des yeux :

« Déplacez vos yeux vers le marqueur droit tout en maintenant votre tête immobile, puis tournez la tête vers le même marqueur, en gardant le regard fixe, ensuite, déplacez vos yeux vers le marqueur gauche tout en gardant votre tête sur le côté droit, puis tournez votre tête vers le marqueur gauche, faites-le aussi précisément et aussi vite que possible, continuez pendant 10 secondes ». Même procédé en position debout, avec marqueurs et appareil photo à hauteur des yeux.

4 & 5 – Mouvements de la tête avec une rotation relative du cou de 45 ° vers la droite / gauche :

Le test des mouvements oculaires décrit précédemment, a été répété avec une rotation relative du cou de 45 ° vers la gauche et la droite dans les positions assise et debout. Les sujets sont assis sur la chaise à 45° vers la gauche et tournent la tête vers l’appareil photo, soit une rotation relative de 45°. Idem en assise à 45° vers la droite. Même procédé en position debout, avec marqueurs et appareil photo à hauteur des yeux.

Valeurs :

Une classification en trois grades, qualitative ordonnée, pour chaque test (voir l’article)
Il n’a pas été retrouvé de différences entre assis et debout.

Fiabilité inter-examinateurs :

Les kappas pondérés indiquent la plupart du temps une bonne concordance entre examinateurs (k > 0,7).

Validité :

Puisqu’il n’existait pas de test de référence pour la déficience du contrôle des mouvements oculomoteurs, les auteurs [1] ont calculé les rapports de cotes de diagnostic (DOR) pour les différentes valeurs-seuils, qui définissaient les associations entre les cotes et l’appartenance à un groupe (sujets sains / cervicalgiques chroniques). Le DOR est le facteur par lequel le risque de déficience est augmenté avec un résultat de test positif par rapport à un résultat négatif (NDR : ne m’en demandez pas plus…).

En tant que critère global, la courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) avec l’aire sous la courbe (AUC) a été calculée. Dans ce contexte, l’AUC est équivalente à la probabilité que le nombre de tests positifs soit plus élevé chez les sujets avec facultés affaiblies que chez les sujets en bonne santé.

Une dernière étude venant de paraître [2] s’est servie de l’électro-oculo-graphie comme examen de référence pour déterminer la validité de l’examen oculaire sur vidéo. Elle est définie comme l’enregistrement du potentiel cornéo-rétinien (reflet de l’activité des muscles oculo-moteurs ?), à l’aide de deux électrodes à chaque coin de l’oeil et une électrode frontale. Elle est couplé à la position relative de l’oeil. La validité apparait similaire à celle de l’étude précédente.

Tests de poursuite oculaire & cervicalgie

Commentaire :

Tout ceci apparaît valide, mais bonjour le temps passé…

Résumons-nous :

  • Les cervicalgiques présentent des perturbations oculo-motrices, notamment dans le cas de la cervicalgie attribuée à un fléau cervical
  • Ces anomalies oculo-motrices peuvent être analysées cliniquement mais au prix de bricolages peu compatible avec l’exercice clinique
  • Avec un peu de matériel, la mesure est plutôt fiable et valide

Et une fois qu’on aura observé ces perturbations, what else ? On sait si elles s’amendent avec la «guérison» de la cervicalgie attribuée à un fléau cervical ?


Références bibliographiques :

[1] Della Casa E, Affolter Helbling J, Meichtry A, Luomajoki H, Kool J. Head-eye movement control tests in patients with chronic neck pain; inter-observer reliability and discriminative validity. BMC Musculoskelet Disord. 2014 Jan 14;15:16.

Accès à l’article

[2] Daly L, Giffard P, Thomas L, Treleaven J. Validity of clinical measures of smooth pursuit eye movement control in patients with idiopathic neck pain. Musculoskelet Sci Pract. 2017 Oct 17;33:18-23. doi: 10.1016/j.msksp.2017.10.007. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s