Tests du ligament alaire


Les tests visant à recherche une instabilité cervicale supérieure sont des outils cliniques importants pour les thérapeutes manuels, mais les recherches concernant leur validité sont limitées.

Le ligament alaire stabilise la dent de l’axis avec les condyles occipitaux. Il s’appelait autrefois le ligament occipito-odontoïdien latéral. C’est une structure paire. 

Son test est proposé sujet en décubitus et sujet assis.

Principe des tests 

Lors d’une inclinaison latérale gauche ou une rotation gauche cervicale supérieure, il doit y avoir une translation latérale droite palpable du processus épineux de C2. Une absence de mouvement de C2 indique une atteinte du ligament alaire controlatéral.

1
Mise en tension du ligament alaire selon DVORAK, JIRI; PANJABI, MANOHAR M. Functional Anatomy of the Alar Ligaments. 1987 Spine

Procédure évaluée par Von Piekatz

Les tests sont décrits pour le ligament alaire gauche. 

Sujet assis, l’apophyse épineuse de C2 est palpée d’une main, tandis que la colonne cervicale supérieure est inclinée latéralement vers la droite. Le processus épineux doit se translater vers la gauche. L’absence de mouvement indiquerait un test positif. 

En décubitus, le processus épineux de C2 est fixé d’une main tandis que la tête est tournée de l’autre main vers la droite (test de rotation). La plage de rotation entre l’occiput et C2 doit être d’environ 20 ° de chaque côté. Une plage supérieure à 20 ° indique un test positif.

En décubitus, C2 est fixée sur le côté postéro-latéral gauche avec une main, tandis que l’occiput et C1 sont déplacés vers la gauche avec l’autre main (test de cisaillement latéral). La translation est perpendiculaire au cou. Tout mouvement indiquerait un test positif.

Variante en décubitus 

Le patient est en décubitus, le praticien à sa tête. La main crâniale soutien le crâne par une prise occipitale, la main caudale contrôle le mouvement du processus épineux de C2. 

Dans une rotation ou inclinaison latérale gauche on doit ressentir le mouvement de translation du processus de C2 du côté droit parce qu’un ligament alaire intact entraine une rotation homolatérale de C2.

Le test est positif quand il n’est pas possible de ressentir cette translation. Il doit être réalisé en différentes positions de flexion extension, du fait des variations anatomiques fréquentes concernant les insertions et la direction du ligament [Aspinall 1990].

Le processus épineux de l’axis étant stabilisé à l’aide d’une prise pouce-index, le maintien ferme de l’épineuse de C2 lors du mouvement est susceptible de créer une contrainte supplémentaire sur le ligament alaire.

Procédure proposée par Kaale

Elle est plus problématique dans le ressenti…

Sans titre

Le patient est assis, la tête stabilisée par l’abdomen du praticien. Le kinésithérapeute est controlatéral au ligament testé.

Les deux mains sont placées homolatéralement à la jonction crânio-cervicale. Index et médius de la main caudale stabilisent C2 par un appui caudal sur sa lame. 

Le test du ligament est réalisé par une traction de la main crâniale sur la masse latérale de l’atlas en rotation, le médius la contactant, l’index sur le processus mastoïde. Le test est réalisé dans différents degrés de rotation cervicale, de façon à localiser la position exacte dans laquelle un mouvement maximal est ressenti entre C1 et C2.

Fiabilités 

Von Piekartz indique des fiabilités moyennes à bonnes, retrouvées dans la littérature, avec des coefficient de kappa entre 0.6 et 0.8 (inter ? intra-opérateur ?). 

Validités 

BoussoleLes amplitudes de rotation de sujets sains, mesurées à l’IRM, en position neutre de flexion / extension varient entre 1.7° et 21.5°, pour une moyenne de 10.6° ± 5.1°. Cet examen IRM, d’une fiabilité excellente, montre une grande dispersion des valeurs ce qui pose le problème d’une valeur seuil en dessous de laquelle la rotation serait pathologique [Osmotherly 2013].

Un examinateur a évalué l’intégrité du ligament alaire selon la procédure de Piekatz,  sur un échantillon de sujets comprenant 7 sujets présentant des lésions du ligament alaire confirmées par IRM et 11 sujets sains. Tests comme IRM étaient réalisés par des évaluateurs en aveugle.

La comparaison des tests cliniques avec l’IRM est plutôt favorable à leur emploi.

Positions Références bibliographiques Comparé à Se Sp RV+ RV-
Assis  Kaale 2008 IRM 0,72 0,96 18,00 0,29
Assis  inclinaison Von Piekartz 2019 IRM 0,77 0,80 3,85 0,29
Dcus rotation Von Piekartz 2019 IRM 0,69 0,80 3,45 0,39
Dcus translation Von Piekartz 2019 IRM 0,77 0,80 3,85 0,29

Références bibliographiques 

Aspinall W. Clinical Testing for the Craniovertebral Hypermobility Syndrome. J Orthop Sports Phys Ther 1990;12(2):47-54 

Osmotherly PG et al. Toward Understanding Normal Craniocervical Rotation Occurring During the Rotation Stress Test for the Alar Ligaments. Phys Ther. 2013 Jul;93(7):986-92.

Kaale BR et al. Clinical assessment techniques for detecting ligament and membrane injuries in the upper cervical spine region— A comparison with MRI results. Manual Therapy 13 (2008) 397–403

Von Piekartz H, Maloul R, Hoffmann M, Hall T, Ruch MM, Ballenberger N. Diagnostic accuracy and validity of three manual examination tests to identify alar ligament lesions: results of a blinded case-control study. J Man Manip Ther. 2019 May;27(2):83-91. doi: 10.1080/10669817.2018.1539434

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s