Le massage du ventre, un plaisir cochon

close up of hand feeding on tree trunk
Photo de Leah Kelley sur Pexels.com

La réponse neurobiologique au toucher doux reste mal comprise. 

Une nouvelle approche a permis d’enregistrer l’électroencéphalogramme (EEG) d’un porc lors d’interactions positives avec un humain. 

Le frottement de l’abdomen du porc, appliquée de manière opportuniste, a provoqué une réponse comportementale distincte caractérisée par une mise en décubitus latéral, un étirement des membres, des grognements brefs et fréquents et une fermeture des yeux. 

La réactivité des porcs au frottement du ventre variait, mais tous les porcs le montraient. 

Leur EEG a été comparé à l’EEG enregistrée lors de la simple présence humaine ou d’autres interactions positives, à l’exception du frottement du ventre. Elle apparaît différente. 

Les effets du frottement du ventre sur la psychobiologie et le bien-être des animaux justifient des recherches plus approfondies en tant que modèle thérapeutique induisant un bien-être par le toucher.

Commentaires

  1. Le docteur es-sciences fourbu qui a passé la journée à gratter des ventres de porc a droit à toute notre sollicitude. C’est vrai que, lorsqu’il rentre chez lui et que sa compagne lui demande «et toi mon chéri, qu’as tu fait de beau aujourd’hui ?», ce doit être un moment de grande solitude.
  2. Le rédacteur de cette note dégage toute responsabilité quant aux tentatives de replication de cette étude sur l’humain lorsque vos patients se coucheront sur le côté en fermant les yeux. Vous seul pouvez vous assurer de la bonne largeur de table.   
  3. Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, c’est que vous êtes abonné à de drôles de lectures.
  4. Cette note est uniquement destinée à vérifier la fréquentation du blog, avec « massage AND ventre AND cochon AND plaisir » dans le titre.
    L’hypothèse nulle est que la fréquentation ne sera pas statistiquement différente de la note d’hier, avec un chat qui se caresse en photo.
    L’hypothèse alternative, c’est que vous êtes kiné diplômé, donc moins sensible aux chats depuis que vous avez du poil aux pattes.

Références bibliographiques 

X01664328Rault JL, Truong S, Hemsworth L, Le Chevoir M, Bauquier S, Lai A. Gentle abdominal stroking (‘belly rubbing’) of pigs by a human reduces EEG total power and increases EEG frequencies. Behav Brain Res. 2019 Apr 5:111892. doi: 10.1016/j.bbr.2019.04.006. Article en pré-publication.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s