Déterminer la prévalence des lombalgies spécifiques à l’IRM, un problème sociétal


photo of black and beige wooden chess pieces with white background
Photo de Skitterphoto sur Pexels.com

Dans de rares cas, des douleurs lombaires peuvent être causées par une pathologie grave sous-jacente telle qu’une fracture, une tumeur maligne, un syndrome de la queue de cheval ou une infection rachidienne. 

Le manque de preuves concernant la prévalence clinique ou l’incidence dans la population de pathologies rachidiennes graves rend difficile pour les cliniciens d’évaluer correctement le risque de lombalgie spécifique.

Objectifs de l’étude

Déterminer la prévalence de pathologies graves chez les patients souffrant de lombalgie ayant bénéficié d’une imagerie par résonance magnétique lombaire (IRM) et leur incidence au sud d’Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Type d’étude

Étude observationnelle rétrospective.

Les sujets

Patients ayant bénéficié d’une IRM lombaire sur une période de 10 mois, entre le 1er octobre 2013 et le 31 juillet 2014.

Méthode 

Les compte-rendus d’IRM éligibles ont été analysées et toute pathologie grave a été identifiée et enregistrée. La prévalence a été calculée en pourcentage de la population étudiée et en fonction du lieu (clinique privée, hôpital public).

L’incidence dans la région géographique du sud d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, a été déterminée à l’aide des données recueillies auprès des participants recrutés à l’hôpital public régional.

Résultats

Pathologies trouvées à l’IRM lombaire Prévalence totale (%) Prévalence dans le privé chez les «riches» (%) Prévalence dans le public chez les «pauvres» (%)
Tumeur  1.51  0.30  4.42 
Fracture vertébrale 3.52  2.20  6.70 
Syndrome de la queue de cheval 1.09  0.59  2.28 
Sepsis  1.09  0.12  3.42 
Autres pathologies graves  0.63  0.06  1.99 

Au total, 2 383 participants référés pour une IRM lombaire ont été inclus dans cette étude. 

La prévalence était significativement plus élevée dans le cadre des soins tertiaires publics que dans le cadre des soins secondaires privés pour toutes les pathologies étudiées dans cette étude. 

L’incidence totale spécifique à la pathologie était :

  • Pour les fractures, de 13 pour 100 000 années par personne 
  • Pour les tumeurs malignes, de 8.5 pour 100 000 années par personne
  • Pour  les syndromes de la queue de cheval de 4.4 pour 100 000 années par personne
  • Pour les infections rachidiennes, de 6.6 pour 100 000 années par personne.

Conclusion des auteurs

La prévalence des pathologies graves était significativement plus élevée dans les soins tertiaires (public) que dans les établissements de soins secondaires privés. 

Un patient sur 6.5 adressé pour une IRM en soins tertiaires a montré des anomalies structurelles associées à une pathologie grave, ce qui soulève la question de savoir si l’accès à l’IRM ne doit pas être réévalué.

Pas facile de déterminer une prévalence et une incidence des lombalgies spécifiques généralisable dans un même pays, lorsque l’Assurance-Maladie n’est pas universelle….

Pour une quasi même région, les patients plutôt plus riches vont plutôt plus dans le privé, ont plus d’IRM et sont soignés plus tôt. On leur trouve moins de pathologies lourdes et les médecins prescrivent plus d’IRM à des patients demandeurs.

Les « pauvres » vont plutôt dans le public et sont soignés plus tardivement. On leur trouve plus de pathologies lourdes et les médecins prescrivent moins d’IRM parce qu’ils sont plus respectueux des guides cliniques. 

Et vous trouverez dans l’article en plus des statistiques ethniques…

Quelques faits tirés de la littérature et de l’article 

Seulement 25% des patients référés pour une imagerie avancée répondaient aux recommandations de prescription.

L’éducation sur le dépistage des pathologies graves est utile pour améliorer la sensibilisation aux signaux d’alarme et aux signaux d’alarme. Ces pathologies sont souvent mal diagnostiquées, la majorité des fractures vertébrales et des infections de la colonne vertébrale sont initialement mal diagnostiquées ou complètement manquées.

Sepsis 

Dans cette étude, la prévalence de l’infection vertébrale était faible (0,1%) dans les cliniques privées, mais significativement plus élevée dans l’hôpital public avec un patient sur 30 patients auxquels on a prescrit une IRM ayant une infection vertébrale. 

Des études antérieures ont montré une faible prévalence de l’infection rachidienne dans les cliniques de soins primaires, allant de 0% chez les patients se présentant aux cliniques de soins primaires avec lombalgie, à 0,05% –0,2% s’ils étaient référés pour une imagerie standard, et jusqu’à 0,3% s’ils étaient référés pour une IRM par leur médecin généraliste. 

Il y a plus d’hommes pauvres suceptibles d’avoir une infection rachidienne dans cette étude (comportements à risque tels que la consommation de drogues).

Fractures vertébrales

L’incidence des fractures augmente avec l’âge et toutes les fractures dans le groupe d’âge des moins de 35 ans étaient de sexe masculin et étaient traumatiques (comportements à risque, participation à des sports aventureux).

Tumeurs 

La prévalence de la malignité rachidienne est faible (0% –0,7%) chez les patients souffrant de lombalgie se présentant aux soins primaires, et jusqu’à 5,9% dans le public (Amérique). 

Dans cette étude, les Maoris ont un risque significativement plus élevé de tumeurs malignes de la colonne vertébrale que tout autre groupe ethnique. Cette constatation selon laquelle la malignité rachidienne était plus courante chez les Maoris est étayée par des recherches antérieures montrant des taux de mortalité par cancer du poumon et des enregistrements de cancer significativement plus élevés chez les Maoris que chez les non-Maoris. 

Le syndrome de la queue de cheval (SQC)

Il est connu pour afficher des présentations cliniques variées, ce qui rend extrêmement difficile le diagnostic sans imagerie avancée. Un  diagnostic manqué ou retardé est susceptible d’entraîner des dommages neurologiques irréversibles, une qualité de vie réduite et d’énormes coûts d’indemnisation. 

Les guides cliniques ont renforcé que si des signes ou des symptômes précoces de SQC sont suspectés (lombalgie et / ou sciatique plus apparition de douleurs bilatérales aux membres inférieurs et / ou de troubles de la vessie ou des intestins et / ou de troubles de la selle ou des troubles sensoriels génitaux) le patient doit être référé en urgence pour une IRM. 

Une seule étude avait auparavant étudié la prévalence du SQC parmi les patients souffrant de lombalgie en soins primaires et a trouvé une prévalence plus faible de 0,1%. 

On sait que le SQC survient le plus souvent à la suite d’un prolapsus discal massif, et le prolapsus discal se produit généralement entre 30 et 50 ans. 


Références bibliographiques 

nouvellezelandeStreet KJ, White SG, Vandal AC. Clinical prevalence and population incidence of serious pathologies among patients undergoing magnetic resonance imaging for low back pain. Spine J. 2020 Jan;20(1):101-111. doi: 10.1016/j.spinee.2019.09.002.

(Article en accès libre) 

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s