Quand on reste assis longtemps, on a mal au bas du dos


chairs and tables in hotel
Fabrique de lombalgiques ? Photo de Quark Studio sur Pexels.com

Les auteurs de cette revue systématique ont constaté que rester assis pendant des durées allant de 1 heure à 6,96 h / jour pendant 5 jours est associé à une augmentation immédiate de la lombalgie chez les personnes avec ou sans antécédents cliniques de lombalgie, que les études soient faites en «laboratoire» ou sur le terrain.

Une étude aux conséquences socio-économiques redoutables, puisque les employeurs obligent leurs employés à s’asseoir des heures durant 🙂

Reste l’éternelle bataille entre liaison (ce que démontre cette étude) et causalité (ce qu’elle ne démontre pas). 

Sur 609 articles identifiés dans cette revue systématique, 10 satisfaisaient aux critères d’inclusion, dont la mesure effective du temps passé assis.

Dans 6 des 10 études, chez les lombalgiques (n=330), l’augmentation de la douleur liée à la station assise dépassait le seuil de différence minimale cliniquement importante (plus de 2 points sur une échelle de 10 points).

La moitié des études incluses ont été classées comme présentant un faible risque de biais et les autres ont été classées comme présentant un risque de biais modéré.

Une seule étude n’indique pas ce lien (odd-ratio inférieur à 1), mais sur une population de sujets obèses, ce qui peut expliquer la différence.

Tous douloureux 

Lorsque les études impliquaient des groupes asymptomatiques et symptomatiques, les participants ayant des antécédents de lombalgie ont rapporté des niveaux d’intensité de la douleur plus élevés que les témoins asymptomatiques après une exposition identique à une position assise en laboratoire.

Cependant, la réponse à la douleur, bien que plus faible, était évidente à la fois chez les personnes atteintes de lombalgie et les personnes sans lombalgie. 

On suppose généralement que la position assise aggrave les cas existants de lombalgie, mais les auteurs ont constaté que la position assise provoquait également des douleurs chez les individus sans antécédents de lombalgie. 

Les auteurs ne se prononcent pas sur le fait que cette douleur transitoire ressentie par les sujets sains soit prédictive d’une future lombalgie importante ou simplement une nuisance. 

Quel que soit le site de l’étude

Ces observations ne sont pas qu’expérimentales : 90 minutes de station assise, sur 5 jours ouvrables dans un véritable bureau sont préjudiciables.

La littérature n’est pas toujours d’accord avec ces conclusions. Pourquoi ?

La littérature regorge de rapports incohérents concernant l’association entre la position assise et la lombalgie, certaines études montrant une association positive, en particulier chez ceux qui conduisent, contrairement à d’autres.

  • De nombreuses études n’incluent pas de mesures objectives de l’exposition. Or le temps d’assise auto-déclarée peut sous-estimer le temps total assis.
  • Le biais de publication est toujours une menace (c.-à-d. lorsque seules les études constatant une augmentation significative de la lombalgie déclarée sont publiées), et il faut considérer que c’est la raison du manque d’études ne montrant aucune augmentation de la lombalgie. Cependant, la lombalgie n’était pas la principale mesure des résultats dans la plupart des études incluses dans cette revue : la probabilité de ce problème doit être faible.
  • Le fait que la position assise et la lombalgie soient si répandus dans la société, associés à la nature multifactorielle et complexe de la lombalgie, contribue probablement à la confusion. De plus, la relation peut être différente pour des sous-ensembles de la population générale (par exemple, pour des individus de masse corporelle, d’occupation ou d’antécédents cliniques différents). 

Solution ?

La généralisation des capteurs portables permettra des mesures d’activité plus précises pour suivre les postures, confirmer les durées d’assise et résoudre le problème de ces incohérences.

Conclusion 

Une position assise prolongée augmente la perception immédiate d’une lombalgie chez l’adulte, de son intensité chez le lombalgique.

On ne sait pas si cette perception douloureuse chez le non-lombalgique se limite à un inconfort passager ou si elle peut conduire à l’appartion d’une lombalgie. 


Références bibliographiques 

chinedanemarkcanadagrandebretagneaustralieDe Carvalho DE, de Luca K, Funabashi M et al. Association of Exposures to Seated Postures With Immediate Increases in Back Pain: A Systematic Review of Studies With Objectively Measured Sitting Time. J Manipulative Physiol Ther. 2020 Feb 17. pii: S0161-4754(19)30432-4. doi: 10.1016/j.jmpt.2019.10.001. Article en pré-publication.

(Article en accès libre)

Articles en rapport avec le sujet

Author information: 

1. Division of Community Health and Humanities, Faculty of Medicine, Memorial University of Newfoundland, St. John’s, Newfoundland and Labrador, Canada. Electronic address: Diana.decarvalho@med.mun.ca.

2. Department of Chiropractic, Faculty of Science and Engineering, Macquarie University, Sydney, New South Wales, Australia.

3. Division of Research, Canadian Memorial Chiropractic College, Toronto, Ontario, Canada.

4. Centre for Biomechanics Research, AECC University College, Bournemouth, United Kingdom.

5. Department of Rehabilitation Sciences, Faculty of Health and Social Sciences, The Hong Kong Polytechnic University, Hong Kong Special Administrative Region, China.

6. Department of Sports Science and Clinical Biomechanics, University of Southern Denmark, Odense, Denmark; Musculoskeletal Disorders and Physical Workload, The National Research Centre for the Working Environment, Copenhagen, Denmark.

7. Institute of Bone and Joint Research, The Kolling Institute, Northern Clinical School, Faculty of Medicine and Health, The University of Sydney, Sydney, New South Wales, Australia.

8. Health Science Library, Faculty of Medicine, Memorial University of Newfoundland, St. John’s, Newfoundland and Labrador, Canada.

9. Faculty of Rehabilitation Medicine, University of Alberta, Edmonton, Alberta, Canada.

10. Faculty of Health, University of Technology Sydney, Sydney, New South Wales, Australia.

11. Department of Sports Science and Clinical Biomechanics, University of Southern Denmark, Odense, Denmark; Nordic Institute of Chiropractic and Clinical Biomechanics, Odense, Denmark.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s