8 semaines pour améliorer la posture thoracique


Généralités

L’augmentation de la posture cyphotique a été associée à une faiblesse des muscles extenseurs de la colonne vertébrale, une diminution de la mobilité de l’extension de la colonne vertébrale, des douleurs lombo-pelviennes, des changements posturaux, un déficit sensoriel et des altérations de l’activation musculaire avec un positionnement scapulaire inapproprié

En résumé une bonne position du rachis thoracique évite de ressembler à Quasimodo.

Le rôle de la colonne thoracique par rapport à la colonne lombaire et à l’ensemble du corps a été signalé comme étant de maintenir une posture verticale et de fournir une conscience kinesthésique et une stabilité de la tête (1,2,3).

Les exercices de stabilisation du tronc, les exercices de renforcement des extenseurs dorsaux et les exercices d’équilibre ont été signalés comme ayant des effets positifs sur les systèmes de contrôle postural et modifiant le balancement postural général (4-7).

Etude contrôlée randomisée en simple aveugle

Population

53 participants (de 18 à 25 ans) répartis en : un groupe d’exercice (n : 28) et un groupe contrôle (n : 25)

Etudiants universitaires qui n’avaient pas pratiqué d’activité physique régulière (activités exercées 2 ou 3 jours par semaine pendant 8 à 12 semaines) pendant au moins un an

Outils de mesure

Evaluation liée :

  • douleur posturale avec EVA : Les sujets ont été examinés afin de déterminer s’ils souffraient de maux de dos en restant longtemps assis ou debout pendant leurs études, l’utilisation d’un ordinateur ou des activités liées au travail.
  • Spinal Mouse (Idiag, Volkerswill, Suisse) pour évaluer l’alignement de la colonne vertébrale. Chaque angle de cyphose thoracique (entre T1 et T12) et La lordose lombaire (entre T12 et S1) a été évaluée par le logiciel en degrés.
  • oscillation posturale des participants, évaluée à l’aide d’un système d’équilibrage SD (Biodex Medical Systems, Inc) : les yeux ouverts et fermés
  • Les tests d’endurance des muscles du tronc de McGill, utilisés pour évaluer l’endurance du tronc

Protocole

Le programme d’exercices a été réalisé 3 jours par semaine pendant 8 semaines.

Toutes les séances d’exercices étaient composées d’exercices d’échauffement de 10 minutes, d’exercices de stabilisation de 25 minutes, de récupération de 10 minutes et d’exercices d’étirement en groupe.

Les techniques utilisées :

  • Une technique d’immobilisation thoracique. Elle comprenait l’alignement postural et, dans le cadre de cette technique, une activation minimale des muscles multifidus avec orientation scapulaire
  • Des exercices de renforcement thoracique à des stades de développement neurologique (en décubitus dorsal, en décubitus ventral, en décubitus latéral, quadrupède et bipède). La contraction était maintenue pendant 10 s à chaque position pendant 3 séries de 10 répétitions
  • Des exercices d’amplitude de mouvement des membres supérieurs et inférieurs effectués tout en maintenant la stabilité de la colonne vertébrale dans les positions spécifiques. Toutes les répétitions d’exercices ont été augmentées progressivement de 6 à 15
  • Une phase dynamique pour enseigner le contrôle moteur conscient et maintenir une colonne vertébrale stable pendant les mouvements des membres à l’aide de bandes élastiques de résistance croissante. 3 séries de 10 répétitions, chacune avec un temps de maintien de 6 à 10 s. Lorsqu’ils arrivaient à réaliser 3 séries de 15 répétitions sans douleur ou fatigue importante, ils passaient à la résistance supérieure.
  • Une phase fonctionnelle avec une résistance élastique et des balles d’exercice sur des surfaces instables. Elle comportait 3 séries de 10 répétitions avec un temps de maintien de 10-15 s chacune.

Les exercices ne sont pas plus détaillés dans l’article.

Résultats

Statistiquement, l’échantillon composé d’au moins 42 sujets était nécessaire pour obtenir une puissance de 80 % avec d = 0,50 taille de l’effet, α = 0,05 erreur de type I, et β = 0,20 erreur de type II.

Une P-value inférieure à 0,05 a été considérée comme un résultat statistiquement significatif.

Les caractéristiques démographiques et physiques des 2 groupes étaient similaires  (P > 0,05).

Des différences significatives ont été observées pour les douleurs dorsales posturales, la courbure thoracique, la courbure lombaire, l’indice de stabilité globale les yeux fermés, les tests d’endurance dans le groupe d’exercice entre la première évaluation et à la 8ème semaine (P < 0,05), alors qu’aucune différence significative n’a été observée pour le groupe de contrôle (P > 0,05).

Le programme a diminué la douleur posturale, les courbures de la colonne vertébrale et le balancement postural, et a augmenté l’endurance de base chez les étudiants universitaires.

Cette étude reste limitée du fait qu’elle n’était effectué que sur des personnes jeunes en bonne santé. Les auteurs s’interrogent aussi sur le risque de diminution de la lordose lombaire qui pourrait être délétère pour les lombaires.

Références bibliographiques

turquie

Toprak Çelenay Ş, Özer Kaya D. An 8-week thoracic spine stabilization exercise program improves postural back pain, spine alignment, postural sway, and core endurance in university students:a randomized controlled study. Turk J Med Sci. 2017 Apr 18;47(2):504-513. doi: 10.3906/sag-1511-155. PMID: 28425239.

1.Sinaki M, Brey RH, Hughes CA, Larson DR, Kaufman KR. Balance disorder and increased risk of falls in osteoporosis and kyphosis: significance of kyphotic posture and muscle strength. Osteoporos Int 2005; 16: 1004-1010.

2. Moseley GL. Impaired trunk muscle function in sub-acute neck pain: etiologic in the subsequent development of low back pain? Man Ther 2004; 9: 157-163.

3. Lynn SG, Sinaki M, Westerlind KC. Balance characteristics of person with osteoporosis. Arch Phys Med Rehabil 1997; 78: 273- 276.

4. Granacher U, Lacroix A, Muehlbauer T, Roettger K, Gollhofer A. Effects of core instability strength training on trunk muscle strength, spinal mobility, dynamic balance and functional mobility in older adults. Gerontology 2013; 59: 105-113.

5. Kollmitzer J, Ebenbichler GR, Sabo A, Kerschan K, Bochdansky T. Effects of back extensor strength training versus balance training on postural control. Med Sci Sports Exerc 2000; 32: 1770-1776.

6. Nagy E, Feher-Kiss A, Barnai M, Domján-Preszner A, Angyan L, Horvath G. Postural control in elderly subjects participating in balance training. Eur J Appl Physiol 2007; 100: 97-104.

7. Kaya DO, Ergun N, Hayran M. Effects of different segmental spinal stabilization protocols on postural stability in asymptomatic subjects: randomized controlled trial. J Back Musculoskelet Rehabil 2012; 25: 109-116.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s