Arguments pour traiter les troubles cognitifs des employés de bureau en limitant leur station assise


bureau travailler interieur tables

La position assise prolongée (excessive) est associée de façon négative à la santé cardio-vasculaire, métabolique et mentale. 

De plus, elle a été associée à des fonctions exécutives, une mémoire, une attention et des compétences visuo-spatiales médiocres, qui sont des aspects cognitifs importants de la performance au travail. 

L’interruption de la position assise prolongée par des exercices debout ou d’intensité légère sur le lieu de travail est reconnue comme une mesure potentielle pour améliorer la cognition. 

Des preuves préliminaires, provenant principalement d’expériences en laboratoire, ont permis de formuler des hypothèses sur les mécanismes possibles. 

Objectif de cette revue

Rassembler les preuves préliminaires et étayer les mécanismes physiologiques possibles qui sous-tendent les effets supposés de la rupture de la position assise prolongée sur l’amélioration de la fonction cognitive chez les employés de bureau sédentaires.

Méthode : 

Une recherche dans quatre bases de données a identifié les études pertinentes qui ont :

1°- Exploré les effets de la position assise ininterrompue sur la fonction cognitive (les risques d’hyperglycémie, de stabilité autonome, d’inflammation, de changements hormonaux indésirables et de restrictions du débit sanguin cérébral -DSC- et les altérations de la fonction cognitive). 

2°- Analysé les effets directs et indirects d’une interruption de la position assise prolongée susceptible de prévenir un déclin des performances cognitives en influençant la variabilité glycémique, la stabilité autonome, les hormones (facteur neurotrophique dérivé du cerveau, dopamine, sérotonine), les fonctions vasculaires et le DSC. 

Conclusion : 

Les auteurs estiment que l’amélioration des fonctions cognitives par la rupture des périodes d’assise prolongées est biologiquement plausible avec la myriade de mécanismes physiologiques suggérés. 


Références bibliographiques 

indefinlandeBaskaran Chandrasekaran, Arto J Pesola, Chythra R Rao, Ashokan Arumugam. Does breaking up prolonged sitting improve cognitive functions in sedentary adults? A mapping review and hypothesis formulation on the potential physiological mechanisms. BMC Musculoskelet Disord. 2021 Mar 12;22(1):274. doi: 10.1186/s12891-021-04136-5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s