Plus de 50% des résultats thérapeutiques liés au contexte, même dans une étude contrôlée randomisée


 

Les effets contextuels (plus ou moins assimilables la réponse placebo) désignent tous les changements de santé résultant de l’administration d’un traitement apparemment inactif. 

Dans une étude contrôlée randomisée, l’effet global du traitement (c’est-à-dire l’effet post-traitement dans le groupe d’intervention) peut être considéré comme l’effet réel de l’intervention cumulé avec l’impact des effets contextuels. 

Une recherche a été menée pour examiner la proportion moyenne de l’effet global du traitement attribuable aux effets contextuels dans les études contrôlées randomisées (ECR) à travers les conditions cliniques et les traitements et pour explorer si elle varie avec les facteurs contextuels de l’essai.

Méthodes : 

Les données ont été extraites d’essais inclus dans la méta-analyse principale à partir de la dernière mise à jour de la revue Cochrane « Placebo interventions for all clinical conditions » (recherche de 1966 à mars 2008). 

Seuls les ECR rapportés en anglais et comportant un groupe d’intervention expérimentale, un groupe de comparaison avec un placebo et un groupe témoin sans traitement étaient admissibles.

Résultats : 

Au total, 186 essais (16 655 patients) ont été inclus. En moyenne, 54% (0,54 IC95%[0,46 à 0,64] de l’effet global du traitement était attribuable aux effets contextuels. 

Les effets contextuels étaient plus élevés dans les essais où l’évaluateur des résultats était en aveugle et où la répartition des patients dans les groupes était en aveugle. Ils semblaient être plus importants dans une population jeune et féminine. 

Conclusion : 

Environ la moitié de l’effet global des traitements dans les ECR semble attribuable aux effets contextuels plutôt qu’à l’effet spécifique des traitements. 

Comme l’étude n’a pas inclus tous les facteurs contextuels importants (par exemple, l’interaction patient-prestataire de soins), la proportion réelle des effets contextuels pourrait différer des résultats de l’étude. 

Quel type de placebo ?

L’intervention placebo pharmacologique typique était un comprimé de lactose. Le placebo physique typique impliquait une machine délivrant un flux sans intensité, par exemple une stimulation électrique transcutanée fictive. 

Le placebo psychologique typique était une discussion neutre et non dirigée entre le patient et le praticien, ce que l’on appelle un « placebo d’attention ». 

L’absence de traitement impliquait généralement une « observation seulement » ou une « thérapie standard ». Dans ce dernier cas, tous les patients ont reçu un traitement standard, et l’intervention placebo était un traitement supplémentaire.

C’est quoi la différence entre effets contextuels et placebo ?

Il y a une forte corrélation entre effets contextuels et placebo, mais ce dernier ne se limite pas aux effets contextuels : D’après leur diagramme, la régression à la moyenne et l’histoire naturelle de la maladie font partie du placebo mais non des effets contextuels.

Quels types de patients, pathologies ?

Les essais ont porté sur 60 conditions cliniques : abus d’alcool, allergie, anémie, anxiété, ulcères aphteux, asthme, trouble de déficit de l’attention/hyperactivité, infections bactériennes, hyperplasie bénigne de la prostate, réactions au don de sang, essoufflement, boulimie, syndrome du canal carpien, rongement compulsif des ongles, démence, dépression, dermatite, difficulté de coloscopie, diabète, œil sec, énurésie, épilepsie, souillures fécales, fatigue, réflexe nauséeux, infection à herpès simplex, syndrome du côlon irritable, hypercholestérolémie, hyperglycémie, hypertension, iléus, infertilité, insomnie, dilatation insuffisante du col de l’utérus, décalage horaire, travail, difficultés conjugales, ménopause, handicap mental, difficultés orgasmiques, surpoids, inconfort procédural pendant la bronchoscopie, infection des voies respiratoires supérieures, ulcères veineux, vitiligo, douleurs, nausées, maladie de Parkinson, participation du patient aux soins du diabète chez l’adolescent, phobie, activité physique, mauvaise hygiène buccale, maladie de Raynaud, schizophrénie, mal de mer, dysfonctionnement érectile secondaire, tabagisme, stress lié au traitement dentaire, adhésion au traitement ou affections non diagnostiquées. 


Références bibliographiques 

Hróbjartsson A, Gøtzsche PC. Placebo interventions for all clinical conditions. Cochrane Database Syst Rev. 2010;(1):CD003974. 10.1002/14651858.CD003974.pub3. [PMC free article]

Sigurlaug H Hafliðadóttir Carsten B Juhl, Sabrina M Nielsen, Marius Henriksen, Ian A Harris, Henning Bliddal, Robin Christensen.Placebo response and effect in randomized clinical trials: meta-research with focus on contextual effects. Trials. 2021 Jul 26;22(1):493. doi: 10.1186 s13063-021-05454-8.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s