Critique de la notion de lombalgie aiguë et chronique


Un mien ami considérait qu’il n’y avait que deux seuls types de patients franchissant la porte de son cabinet de kinésithérapie ; ceux qui guérissaient tous seuls et faisaient sa réputation, ceux qui ne guérissaient jamais et assuraient son chiffre d’affaires. 

Le guide clinique néerlandais sur la lombalgie [1] considère qu’il y a trois types de lombalgies : 

  • Celles qui sont résolues facilement en trois séances de thérapie manuelle 
  • Celles qui mettent un mois à se résoudre avec de l’actif en plus de la thérapie manuelle 
  • Celles qui ne se résolvent pas, à cause des facteurs psychosociaux dont souffre le patient. 

Alice Kongsted avait déjà planché sur le sujet [2] en interrogeant par SMS pendant un an des lombalgiques pour connaître l’évolution de leurs douleurs. Elle récidive [3] et simplifie les 8 profils particuliers trouvés par une classification un peu trop fouillée. 

Sans titre
Graphique provenant de l’article

En fait, en l’absence de classification, on arrive à une évolution quasiment traçée au cordeau , bien en accord avec les concepts d’aigu et chronique développés notamment par Butler et Moseley

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s