Massage & gonarthrose


100_0869

Il est de bon ton de déconsidérer le massage, mais les options de traitement actuelles de la gonarthrose ont une efficacité limitée et des effets secondaires potentiellement indésirables.

Le massage peut constituer un complément efficace et sans danger à la prise en charge de l’arthrose du genou. Il permet d’assurer le lien entre les techniques passives articulaires, d’étirement musculaire et de contracté-relâché, apportant une fluidité à l’intervention du praticien. 

Surtout, il démontre qu’un revêtement cutané peut être mobilisé et subir des irritations cutanées sans recréer les douleurs habituelles, ce qui fait prendre conscience au patient d’une intégrité fonctionnelle relative de son genou. 

Il est actuellement considéré comme l’une des quatre prises en charge en thérapie manuelle ayant fait la preuve de son efficacité au membre inférieur [French 2011].

Procédures

Ce sont souvent des prises en charge globales en massage suédois de l’ensemble du corps, même si les kinésithérapeutes sont invités à consacrer la moitié du temps au membre inférieur [Perlman 2006].

Rien de bien technologique par rapport aux TP massage de K1….

Posologies

Elles sont variables, mais on retrouve souvent une dizaine de séances d’une durée unitaire d’une heure par semaine : 

  • Douze séances d’une heure de massage suédois permettent une amélioration cliniquement importante, en complément des exercices actifs [Perlman 2006, Wang 2012].
  • 20 minutes d’auto-massage du quadriceps à raison de deux fois par semaine lors de 13 séances permettent aussi une amélioration en fin de traitement du score de WOMAC sans gain articulaire [Atkins 2013].
  • 8 traitements d’une heure à raison d’un traitement par semaine [Perlman 2018]. À la 10° semaine, une prise en charge à raison d’une séance tous les 15 jours.

Validité 

Un protocole [Perlman 2006] de 60 minutes de massage suédois (effleurages, frictions, tapotements, palper-rouler) par semaine, délivré sur 8 semaines à des patients gonarthrosiques, consacrant au moins la moitié du temps à la région du membre inférieur mais incluant aussi le tronc ne permet pas d’améliorer les amplitudes articulaires mais améliore à la fin du traitement le score global de WOMAC de 24 IC95%[15 – 32] points comparativement à une prise en charge en médecine générale qui ne permet qu’une amélioration de 6 IC95%[0 – 13] points. 

Les améliorations sont significatives sur l’EVA à cette date, bien qu’il n’y ait pas d’effets significatifs sur la mobilité articulaire. Les deux prises en charge n’apparaissent pas différentes à 24 semaines, mais la dose optimale reste d’une heure par semaine.

 Il est possible de mettre en évidence des améliorations plus durables lors de séances de massage Thaï avec liniments couplées avec des exercices, chez des patients gonarthrosiques thaïlandais [Peungsuwan 2014].

Dans l’étude venant de paraître [Perlman 2018], comparant les effets du massage sur l’ensemble du corps par rapport au contrôle actif (toucher léger) et aux soins habituels, à 8 semaines, le massage a considérablement amélioré les scores du WOMAC global par rapport au groupe contrôle et à l’absence de traitement. De plus, le massage améliorait la douleur, la raideur et la fonction physique, les scores de la sous-échelle de WOMAC comparés au autres groupes. 

Cinq cent cinquante et un sujets ont été sélectionnés, 222 adultes souffrant d’arthrose du genou ont été inscrits, 200 évaluations ont été terminées à 8 semaines et 175 évaluations terminées à 52 semaines.

À 52 semaines, le WOMAC ne montrait cependant pas de différence significative de entre les groupes. Les événements indésirables étaient minimes. L’analyse a été réalisée en intention de traiter.

Lire la planification de l’étude sur Clinicaltrials.gov


Références bibliographiques 

Atkins DV, Eichler DA. The effects of self-massage on osteoarthritis of the knee: a randomized, controlled trial. Int J Ther Massage Bodywork. 2013;6(1):4-14.

H.P. French, A. Brennan, B. White, T. Cusack. Manual therapy for osteoarthritis of the hip or knee – A systematic review. Manual Therapy Volume 16, Issue 2, Pages 109-117 (April 2011)

Perlman AI, Sabina A, Williams AL, Njike VY, Katz DL. Massage therapy for osteoarthritis of the knee: a randomized controlled trial. Archives of Internal Medicine 2006;166(22)

Peungsuwan et al. The Effectiveness of Thai Exercise with Traditional Massage on the Pain, Walking Ability and QOL of Older People with Knee Osteoarthritis: A Randomized Controlled Trial in the Community. J Phys Ther Sci. 2014 Jan;26(1):139-44. doi: 10.1589/jpts.26.139.

Wang SY et al. Physical therapy interventions for knee pain secondary to osteoarthritis: a systematic review. Ann Intern Med. 2012 Nov 6;157(9):632-44.

2.jpgPerlman A et al. Efficacy and Safety of Massage for Osteoarthritis of the Knee: a Randomized Clinical Trial. J Gen Intern Med. 2018 Dec 12. doi: 10.1007/s11606-018-4763-5. Article sous presse

Note établie à partir du seul résumé pour ce dernier article. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire. 

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s