Atrophie du multifide et lombalgie : le diable est dans les détails


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Je profite de l’été pour ce retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le dimanche 17 Novembre 2013.

Battié 2 / Hides, Hodges 1

Sans titre
Michele Crites-Battié

Depuis quelques temps, certains auteurs dont Battié remettent en cause le fait que les atrophies paraspinales puissent être franchement liées à la lombalgie [1]. 

The Twin Spine Study, soit l’étude des rachis de jumeaux [2], s’est faite à partir de la Finnish Twin Cohort, qui incluait tous les jumeaux de même sexe nés en Finlande avant 1958 et toujours en vie en 1975. 116 paires de jumeaux monozygotes initialement recrutés pour cette étude initiale ont été examinés pour l’étude transversale présente [3], qui a collecté à l’IRM les sections de leurs multifides et spinaux superficiels, ainsi que leur pourcentages d’infiltration graisseuse, en L3-L4 et L5-S1. La sélection de jumeaux permet de quantifier la part d’asymétrie paraspinale liée aux origines familiales. 

La première étude multivariée avait révélé que le facteur génétique pouvait expliquer, mieux que le facteur «port de charges lourdes», la présence d’une lombalgie en L5-S1, mais soulignait qu’une proportion prépondérante des causes était liée à des facteurs inconnus. 

Hypothèses : 

Le but de cette dernière étude cherche à savoir si il existe une association entre l’asymétrie et la composition du multifide et certains facteurs environnementaux, comportementaux ou constitutionnels. Est-ce que cette asymétrie est associée avec la lombalgie, la vieillesse, un disque dégénératif, des activités sportives, le travail ? Est-elle plutôt sur le multifide ou touche t’elle aussi les spinaux superficiels ? Est-elle plus marquée en L5-S1 ? 

Résultats : 

Multifide et activité : 

Dans la population étudiée, le pourcentage d’asymétries retrouvés était semblable à celui retrouvé dans d’autres études : moins de 60% des sujets avaient des spinaux superficiels avec une asymétrie de sections de plus de 10%. Les résultats suggèrent que les sujets ayant des activités physiques professionnelles ou sportives intenses ont moins d’asymétries et d’infiltrations graisseuses, mais il n’y a pas de relation entre l’asymétrie et la moyenne des heures à pratiquer des sports asymétriques, chez des sujets qui pratiquent un sport de loisir. 

Multifide et latéralité : 

La latéralité était par contre associée à une plus grande section unilatérale du multifide en L5-S1, des spinaux superficiels controlatéraux à tous les niveaux : la majorité des participants avaient un multifide plus développé à droite en L5-S1, mais des spinaux superficiels plus développés à gauche à tous les étages (de quel côté trouvez-vous majoritairement des postériorités vertébrales ? thrustez-vous autant à droite qu’à gauche les lombaires moyennes ?) 

A cause de ce dernier fait, il n’était pas surprenant que les spinaux superficiels soient majoritairement moins gras à gauche qu’à droite. Les multifides droits moins gras se retrouvaient aussi plus fréquemment chez des personnes actives. 

Multifide et lombalgie : 

Il n’y avait pas d’association significative entre la sévérité de la lombalgie ou des incapacités, hormis dans la composition des spinaux superficiels en L5-S1. Les antécédents lombalgiques n’était pas plus liés au multifide qu’aux spinaux superficiels, mais l’étude n’a pas distingué les lombalgies unilatérales et symptômes radiculaires des autres problèmes rachidiens (!). Or, la plupart des études ont fait part d’une association entre une asymétrie musculaire chez les patients souffrant de lombalgies unilatérales. 

La précision des mesures : 

L’étude est récente mais les données recueillies sont anciennes, obtenues avec des IRM des années 1990, qui ne permettent pas aussi bien qu’aujourd’hui de délimiter avec précision les muscles. 

La mesure est fiable en intra-opérateur, mais des asymétries discrètes peuvent se retrouver dans les incertitudes de mesures, diluant la force des associations. 

La mémoire des sujets interrogés des années après les mesures à propos de leurs activités et lombalgies peut montrer des faiblesses. 

L’auteur termine par « Finally, because of the large number of investigated factors, many comparisons were made in our analysis, increasing the probability of chance findings or making a type I error». Pfff…. 

Conclusion des auteurs : 

L’âge, l’IMC, la latéralité, les activités physiques, la dégénérescence discale, le passé lombalgique ne sont peu ou pas associés à l’asymétrie paraspinale dans cet échantillon. 

Les quelques associations identifiées sont généralement incompatibles entre les muscles et les étages rachidiens, à l’exception de la latéralité, et expliquent une partie des variations de taille et de composition des muscles spinaux. 

Comme dans la première étude, les caractères familiaux sont prépondérants, ce qui peut aussi expliquer une part des asymétries. 

Certains degrés d’asymétries paraspinales peuvent être un phénomène naturel, et les facteurs particuliers étudiés (comme ceux retrouvés dans un échantillon de la population générale) peuvent ne pas être prépondérants dans l’asymétrie observée cliniquement ou lors d’études. 

In fine, les associations modestes et inconsistantes entre les asymétries paraspinales et la lombalgie posent question quant à les considérer comme un aspect important de l’évaluation clinique et de la rééducation. 

Et en 2019 ?

Depuis l’étude de Battié, pas trop de nouvelles données apparaissent dans PubMed, sauf celle de Ranger & Rezazadeh…


Références bibliographiques : 

[1] Battié MC, Niemelainen R, Gibbons LE, Dhillon S. Is level- and side-specific multifidus asymmetry a marker for lumbar disc pathology? Spine J. 2012 Oct 17. pii: S1529-9430(12)00554-2. doi: 10.1016/j.spinee.2012.08.020. Article sous presse. 

Résumé de l’article disponible en ligne 

[2] Battie MC, Videman T, Kaprio J, et al. The Twin Spine Study: contributions to a changing view of disc degeneration. Spine J. 2009;9:47-59. http://dx.doi.org/10.1016/j.spinee.2008.11.011 

Résumé de l’article disponible en ligne 

[3] Maryse Fortin, Yan Yuan, Michele C. Battié. Factors Associated With Paraspinal Muscle Asymmetry in Size and Composition in a General Population Sample of Men. PHYS THER November 2013 93:1540-1550; published ahead of print June 27, 2013, doi:10.2522/ptj.20130051 

Résumé de l’article disponible en ligne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s