Le chocolat noir est un anti-dépresseur


woman biting brown chocolate
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Mais c’est évident ! on se demande pour quelle raison on fait encore des études là-dessus ! même mon épicière le sait…

Cette étude a recherché les associations entre la consommation de chocolat et les symptômes dépressifs dans un large échantillon représentatif d’adultes américains.

Méthodes

Les données provenaient de 13 626 adultes (de 20 ans & plus) ayant participé à une enquête nationale sur la santé et la nutrition entre 2007-08 et 2013-14.

La consommation quotidienne de chocolat était estimée à partir de deux rappels alimentaires de 24 heures.

Les symptômes dépressifs ont été évalués à l’aide du questionnaire sur la santé du patient (PHQ-9), les scores ≥ 10 indiquant la présence de symptômes cliniquement pertinents.

Les auteurs ont utilisé une analyse multivariée pour tester les associations de consommation de chocolat (pas de chocolat, chocolat au lait, chocolat noir) et la quantité de consommation de chocolat (grammes / jour) sur des sujets présentant des symptômes dépressifs cliniquement pertinents.

Les adultes diabétiques ont été exclus et les modèles ont été contrôlés pour les covariables socio-démographiques, de mode de vie, liées à la santé et diététiques pertinentes.

Résultats

Dans l’ensemble, 11,1% de la population a déclaré avoir consommé du chocolat et 1,4%, une consommation exclusive de chocolat noir.

Bien que la consommation de chocolat non noir ne soit pas associée de manière significative aux symptômes dépressifs cliniquement significatifs, une probabilité significativement plus faible de symptômes dépressifs cliniquement significatifs (OR = 0,30, IC 95% 0,21-0,72) a été observée chez les personnes ayant déclaré consommer du chocolat noir.

Des analyses stratifiées sur la quantité de chocolat consommée ont montré que les participants rapportant une consommation de chocolat dans le quartile le plus élevé (104 à 454 g / jour) présentaient une probabilité de symptômes dépressifs de 57% inférieure à celle des consommateurs ne déclarant aucune consommation de chocolat (OR = 0,43, IC 95% 0,96) après ajustement pour la consommation de chocolat noir.

Conclusions

Ces résultats fournissent certaines preuves que la consommation de chocolat, en particulier de chocolat noir, puisse être associée à une probabilité réduite de symptômes dépressifs cliniquement significatifs.

Des recherches supplémentaires sur la consommation de chocolat à long terme et une étude longitudinale sont nécessaires pour confirmer ces résultats et en clarifier la causalité.

Commentaire

Note établie à partir du seul résumé.

Quel rapport avec la kiné ? vous pourrez dorénavant, sur des bases factuelles, recommander aux patients de vous apporter en fin d’année un petit ballotin de chocolat, de préférence noir, s’ils ne veulent pas voir leur kiné préféré déprimer l’année suivante.

Et puis, avec tous ces patients empoisonnés aux statines, au Levothyrox nouvelle formule, aux ondes électro-magnético-énervantes, c’est bon des fois de revenir aux fondamentaux.


Références bibliographiques

Jackson SE, Smith L, Firth J , Grabovac I, Soysal P, Koyanagi A, Hu L, Stubbs B, Demurtas J, Veronese N, Zhu X, Yang L. Is there a relationship between chocolate consumption and symptoms of depression? A cross-sectional survey of 13,626 US adults. Depress Anxiety. 2019 Jul 29. doi: 10.1002/da.22950.

 

Articles en rapport avec le sujet

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s