Guide clinique du JOSPT sur le syndrome fémoro-patellaire II / Évaluations


Sans titre

Les scores

Il existe des scores quantifiant la douleur antérieure du genou (Anterior Knee Pain scale), une version du KOOS concernant le syndrome fémoro-patellaire ou plus classiquement l’EVA ou l’échelle numérique de la douleur. 

Comme je nous connais, vous ne risquez pas de vous enflammer pour la dernière version de ces scores, tant que l’avenant n°6 bis ne prévoit pas d’allouer un AMS 2,65 pour chaque remplissage d’un questionnaire à condition d’être Scoré à l’AMO dans un délai de 7 jours ouvrés, si vous travaillez dans une zone modérément sur-dotée.  

Enfin, si vous avez l’âme d’un chercheur ou d’un comptable, les auteurs recommandent d’utiliser un score validé dans votre propre langue, s’il existe. 

Les tests fonctionnels 

Ils semblent être les moins pires pour détecter la présence d’un syndrome fémoro-patellaire.

Sans titre

A quoi correspondent ces valeurs ?

Les auteurs indiquent que la probabilité qu’il y ait un syndrome fémoro-patellaire lorsque ces tests sont négatifs est modérément diminuée 🙂 🙂 🙂 

Eh ben mon gars, avec ça…

Les tests de mobilité patellaire

Perso, quand on m’avait demander de les enseigner, j’avais largement botté en touche. Faut dire qu’il s’agissait de déterminer si la rotule glissait bien ou pas dans une direction donnée. Mais même quand il s’agit de savoir si le sujet a mal quand on fait la manœuvre, on est loin du test parfait.

Ils sont comparés à la présence ou non d’un syndrome fémoro-patellaire chez un patient mutique examiné par un kinésithérapeute en aveugle ou à une radiographie (pour déterminer une patella alta).

Mention spéciale pour le Patellar Tilt test.

Quand le test est positif, on peut se dire qu’il y a de fortes chances qu’il y a un syndrome fémoro-patellaire. Quand il est négatif, on ne peut pas dire qu’il n’y en a pas.

Sans titre 3
Oops… Y n’a l’air positif le test

Validité des principaux tests

Sans titre 2

A quoi correspondent ces valeurs ?

Tester la force des muscles 

A côté de la mesure de force isométrique du quadriceps, désormais classique au capteur de force, les auteurs recommandent le Hip Stability Isometric Test (HipSIT), destiné à mesurer la force de l’éventail fessier postéro-latéral. Je dois avoir un truc qui ressemble à ça dans mes tiroirs, décrit comme le test de la palourde.

Rechercher l’extensibilité musculaire

Ça, ce sont de vieux nanards en kinésouille du genou. Du temps où l’on bâtissait un cours en imaginant que les patients avaient mal parce qu’ils étaient raides. Avec les rappels anat, on tenait bien deux heures. 

La fiabilité est souvent excellente, mais demandez à deux quidams de regarder l’horizon et de vous dire si la Terre est plate. Sans information préalable, ils auront une excellente fiabilité pour estimer qu’elle n’est pas ronde. Là, c’est quasi pareil : plutôt fiables mais sans aucune validité…

Fiabilité des principaux tests patellaires selon Piva, repris par le JOSPT

Test ICC
Extensibilité des ischio-jambiers  .92
Déplacement de la patella en dehors .71
Angle Q .70
Torsion tibiale .70
Extensibilité du quadriceps  .91
Antéversion fémorale .45
Extensibilité des gastrocnémiens .92
Extensibilité du soléaire .86
Force des rotateurs latéraux de hanche .79
Force des abducteurs .85
Ober test .97
Pronation du pied .93

Validité 

On n’a quasiment aucune avancée concernant la validité de ces tests (c’est pourtant facile, il suffit de voir si l’extensibilité est différente en présence d’un syndrome fémoro-patellaire), sauf pour le mollet : il y aurait une perte d’extensibilité du triceps plus fréquente en présence d’une syndrome fémoro-patellaire (comme si ces muscles tractaient le genou vers l’arrière pour éviter un trop grand recours à une contraction quadricipitale douloureuse ?).

En résumé

Pas grand chose de révolutionnaire dans ce guide clinique concernant les évaluations d’une douleur antérieure du genou. Parce que c’est bien de ça qu’on parle, in fine : de patients qui se plaignent et dont on incrimine la rotule comme étant à l’origine des douleurs. Il faut toujours un coupable.


Références bibliographiques 

Willy R. Hoglund L, Barton C et al. Clinical Practice Guidelines Linked to the International Classification of Functioning, Disability and Health From the Academy of Orthopaedic Physical Therapy of the American Physical Therapy Association. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 2019 Volume:49 Issue:9 Pages:CPG1–CPG95 DOI: 10.2519/jospt.2019.0302

Piva SR, Fitzgerald K, Irrgang JJ, et al. Reliability of measures of impairments associated with patellofemoral pain syndrome. BMC Musculoskelet Disord. 2006;7:33.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s