Le test neurodynamique du nerf vague


Franchement, si on m’avait demandé si ceci était possible, …. Je vous le laisse là comme çà, parce que c’est paru dans une revue indexée dans Medline, mais je ne sais pas quoi en penser. Ça fera au moins plaisir aux ostéopathes : pour une fois qu’on ne dit pas du mal de leurs tests ! À vous lire 😀

Anatomie 

Le nerf vague (VN), également appelé nerf pneumogastrique, relie le tronc cérébral aux organes contenus dans la poitrine et l’abdomen. Physiologiquement, la stimulation du VN peut affecter rapidement l’activité cardiaque et la fréquence cardiaque (FC). Il émerge de la moelle du tronc cérébral et atteint les plexus coeliaques et mésentériques dans l’abdomen en passant par le foramen jugulaire du crâne, entre l’artère carotide interne et la veine jugulaire dans le cou et entre les plexus cardiaques et pulmonaires dans le thorax.

Objectifs

Mettre en évidence une neuropathie du nerf vague. Les auteurs indiquent qu’elle peut augmenter le risque d’arythmie et de mort subite et que par conséquent, un test sélectif de sa fonction peut être très utile… J’espère qu’on a mieux que ça.

Procédure 

Le test a été développé en sélectionnant une combinaison de mouvements physiologiques qui induisent une tension mécanique plus élevée sur le nerf. Le patient est évalué en décubitus dorsal sur une table d’examen, le kinésithérapeute est debout et crânial au patient. Voir le test en illustration dans l’article.

Il y a 4 séquences :

  1. Position de départ avec la colonne cervicale supérieure en flexion. 
  2. Flexion latérale controlatérale. 
  3. Rotation ipsilatérale du cou. 
  4. La position finale du test se fait avec des mouvements doux sur la partie supérieure de l’abdomen caudalement et crânialement comme manœuvres de discrimination.

La flexion des hautes cervicales et la flexion latérale controlatérale ont été choisies pour mettre en tension la partie intracrânienne. Une rotation ipsilatérale du cou a été ajoutée pour mettre en tension le tractus cervical.

Considérant que le nerf possède des terminaisons mécano-sensibles, la discrimination entre le nerf et les autres tissus a été réalisée en maintenant la tête du sujet dans la pose finale, en poussant doucement la partie supérieure de l’abdomen caudalement et crânialement pour charger et décharger le tractus thoracique. 

Valeurs 

Le test est positif (indiquant des réponses anormales) si les manœuvres de discrimination modifient les symptômes du sujet, indiquant une source neurogène. 

La présence d’une allodynie mécanique, signe d’une sensibilisation centrale, a été évaluée en plaçant une pince à linge sur l’ongle du médius pendant 5 s et sur le lobe de l’oreille (pour évaluer la sensibilisation à distance de la  » zone évaluée « ) en bilatéral.

Indicateur 

La réponse autonome à court terme peut-être évaluée selon la méthode décrite par Devalle et ses collaborateurs, qui constitue un résultat fiable pour la réponse autonome à la douleur même chez les sujets présentant des troubles de la conscience, en comparant les valeurs de la FC (oxymètre de pouls portable au bout du doigt Intermed SAT-200) au repos (10 s après l’administration du test) et après une fenêtre de 10 s maintenant la position finale du test. 

Validité 

Dans cette étude transversale, en double aveugle et avec un équilibre entre les sexes, 30 participants (15 femmes) ont rempli une liste de contrôle des symptômes de dysfonctionnement autonome. Pendant l’administration du test, la FC et les symptômes (c’est-à-dire l’allodynie mécanique) ont été surveillés parallèlement à une imagerie ultra-sonographique en temps réel et à une analyse de capture de mouvement du cou. L’impact du test sur la FC et sa précision pour les symptômes autonomes rapportés au cours des 7 derniers jours ont été testés.

Le test a induit une réduction significative de la fréquence cardiaque d’environ 12 et 8 bpm chez les hommes et les femmes [t(1, 119) = 2,425, p < 0,017, ηp2 = 0,047, intervalle de confiance à 95 % (IC) : 0,93-9,18], respectivement. Il a été vérifié qu’aucune modification de la FC était induite par la seule compression abdominale. Pour éviter toute réponse placebo/nocebo, la FC a été lue en aveugle.

Aucun événement indésirable n’a été observé pendant la réalisation du test. 

Un accord substantiel entre les évaluateurs sur l’induction des symptômes par le test a été détecté [F(1, 119) = 0,540, p = 0,464, ηp2 = 0,005, effet faible]. Notamment, la précision de l’allodynie mécanique pour les dysfonctionnements gastro-intestinaux était excellente (p < 0,05, IC 95 % : 0,52-0,73, p < 0,001, IC 95 % : 0,81-0,96).


Références bibliographiques 

Giacomo Carta, Agnese Seregni, Andrea Casamassima, Manuela Galli, Stefano Geuna, Pasquale Pagliaro, Matteo Zago. Validation and Reliability of a Novel Vagus Nerve Neurodynamic Test and Its Effects on Heart Rate in Healthy Subjects: Little Differences Between Sexes. Front Neurosci. 2021 Sep 6,15:698470. doi: 10.3389/fnins.2021.698470. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s