Ergothérapie de l’épaule opérée


Un « critically appraised paper » (évaluation critique d’un article) du Journal of Physiotherapy [Chalmers 2021] aborde un sujet controversé sur les domaines de compétence partagés des différents métiers de la rééducation…

Quelques jours après la KINote sur le débat entre exercices spécifiques ou non-spécifiques pour traiter l’épaule, je sens que je vais finir lynché assis sur un rail enduit de goudron et de plumes. J’y peux rien moi si ça paraît à la même époque…

Notez que le texte du dessous sort directement de la traduction par DeepL. J’ai quasi rien changé à part une mise en forme et le descriptif succinct des prises en charge. Comme quoi, y’a pire que les kinés qui auraient du faire ergo, y’a aussi les traducteurs.

Question : 

Un programme de 12 semaines d’exercices orientés vers la tâche améliore-t-il l’invalidité, la douleur et la qualité de vie des patients souffrant de fractures de l’humérus proximal traitées chirurgicalement, par rapport à une physiothérapie générale ? 

Conception : 

Essai contrôlé randomisé avec allocation et évaluation des résultats en aveugle [Monticone 2021]. 

Cadre de l’étude : 

Un hôpital de rééducation en Italie. 

Participants : 

Adultes actifs âgés de 20 à 65 ans après traitement chirurgical d’une fracture proximale déplacée et instable de l’humérus. 

Les principaux critères d’exclusion étaient les suivants : troubles cognitifs, maladies cardiovasculaires et pulmonaires instables, maladies systémiques ou neuromusculaires, fractures isolées du tubercule majeur, fractures impliquant la cavité glénoïde, fractures doubles, lésions du plexus et du nerf axillaire, et personnes bénéficiant d’une indemnisation des travailleurs. 

La randomisation de 70 participants a permis de répartir 35 personnes dans le groupe expérimental et 35 dans le groupe témoin. 

Interventions : 

Les deux groupes ont reçu des exercices de mobilisation précoce pendant la première semaine. 

Les deux programmes ont été exécutés sous forme de trois séances individuelles d’une heure par semaine supervisées par un physiothérapeute (36 séances au total). 

Le groupe expérimental a suivi un programme d’exercices axés sur les tâches spécifiques aux activités professionnelles et aux activités de la vie quotidienne de la personne, et a bénéficié d’une ergothérapie (informations sur l’entretien du harnais et les principes ergonomiques une fois par semaine pendant 60 minutes). 

Le groupe témoin a suivi un programme de physiothérapie générale, comprenant des exercices de mobilité, de renforcement et d’étirement. À l’issue des deux programmes, les participants ont été invités à effectuer leurs exercices à domicile. 

Mesures des résultats : 

Le principal résultat était le handicap, mesuré par le questionnaire sur les handicaps du bras, de l’épaule et de la main (0 à 100), mesuré immédiatement après l’intervention (critère principal) et à 12 mois (critère secondaire). Les critères d’évaluation secondaires étaient la douleur et la qualité de vie. 

Kinésithérapie & ergothérapie

Après une mobilisation précoce (à la fin de la première semaine après l’opération), des exercices de base ont été introduits pour améliorer la mobilité gléno-humérale et le réveil musculaire des membres supérieurs ; les patients ont appris spécifiquement des techniques pour les muscles principalement impliqués, en augmentant progressivement la résistance, la vitesse, la puissance et la complexité des schémas de mouvement. 

En outre, le physiothérapeute a introduit des exercices axés sur la tâche, basés sur les activités professionnelles spécifiques des patients, que ces derniers ont décrites avec précision. 

Les exercices comprenaient : déplacer des objets de différentes formes et tailles dans différentes directions, ramasser des objets sur une table dans différentes positions, composer des objets complexes en fusionnant des composants placés sur une table, attraper des objets lancés à différentes hauteurs et vitesses. Ces mouvements physiques visaient à améliorer progressivement la mobilité et la force, à récupérer l’étirement segmentaire et à améliorer le contrôle neuro-moteur du membre supérieur dans son ensemble. 

Des exercices supplémentaires ont été introduits dans le but de retrouver la dextérité, l’équilibre et d’autres exigences fonctionnelles des activités de la vie quotidienne. Ils comprenaient : le passage du canapé à la position assise et de la chaise à la position debout, la marche et la rotation à la vitesse préférée, la montée et la descente d’escaliers et l’escalade d’obstacles. 

En outre, l’ergothérapeute a donné aux patients des informations sur l’entretien de la contention ainsi que des principes ergonomiques basés sur les activités professionnelles réellement effectuées avant la blessure.

Kinésithérapie isolée

Après une mobilisation précoce (à la fin de la première semaine après l’opération), ce programme comprenait des exercices segmentaires de mobilisation de l’humérus (y compris une mobilisation passive pour améliorer l’amplitude du mouvement gléno-huméral), de renforcement (impliquant les muscles de l’humérus et du membre supérieur), d’étirement musculaire segmentaire (incluant les muscles du membre supérieur et du dos) et de contrôle postural (impliquant des exercices pour développer le contrôle moteur du membre supérieur et de la colonne cervico-thoracique). En outre, dans ce cas, des informations sur le soin de la contention ont été fournies.

C’est normal, ils passent plus de temps en rééducation avec l’ergothérapie 

Les programmes ont été réalisés en acte individuel et ont duré douze semaines : les deux groupes ont participé à trois séances individuelles d’une heure par semaine d’entraînement physique (intensité moyenne), soit 36 séances au total ; en outre, le groupe expérimental a rencontré l’ergothérapeute une fois par semaine pour une séance de 60 minutes. 

À la fin, les participants étaient invités à effectuer activement les exercices appris à la maison. Au cours de chaque séance et à la fin des programmes, un contrôle de fidélité, basé sur un manuel de traitement pour l’administration de l’entraînement physique, a été effectué. Cette vérification était nécessaire pour contrôler la variabilité de l’administration du traitement tout au long de l’étude.

Résultats : 

  • Un total de 63 (90 %) participants ont terminé l’étude. 
  • Après l’intervention, la réduction du handicap était plus importante dans le groupe expérimental de 13 points (IC 95 % 5 à 22). 
  • Après 12 mois, la réduction du handicap était également plus importante dans le groupe expérimental, de 16 points (IC 95 % : 7 à 25). 
  • Les différences entre les groupes en ce qui concerne la douleur et la qualité de vie favorisaient le groupe expérimental aux deux points finaux. 

Conclusion : 

Un programme d’exercices spécifiques orientés vers la tâche a amélioré l’incapacité, la douleur et la qualité de vie par rapport aux soins de physiothérapie générale chez les patients souffrant de fractures proximale de l’humérus traitées chirurgicalement. 

Y’a même un commentaire [Bruder 2021]

Il argumente essentiellement sur le fait que les pratiques actuelles en matière de réadaptation après une fracture du membre supérieur ne permettent pas forcément de suivre une physiothérapie de 3 heures par semaine pendant 12 semaines. Peut-être pas faux en Italie ou en Australie. En France, on a encore des CRF qui prennent des patients quotidiennement en hospi de jour, et pas pour 16.13€ la journée…


Références bibliographiques 

Monticone M, Portoghese I, Cazzaniga D, Liquori V, Marongiu G, Capone A, et al. Task-oriented exercises improve disability of working patients with surgically-treated proximal humeral fractures. A randomised controlled trial with one-year follow-up. BMC Musculoskelet Disord. 2021;22:293.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Jane Chalmers. Critically appraised paper: Task-oriented exercise improved disability, pain and quality of life compared with general physiotherapy for surgically treated proximal humeral fractures [synopsis]. J Physiother. 2021 Dec 8,S1836-9553(21)00126-0. doi: 10.1016/j.jphys.2021.11.007. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Andrea Bruder. Critically appraised paper: Task-oriented exercise improved disability, pain and quality of life compared with general physiotherapy for surgically treated proximal humeral fractures [commentary].J Physiother. 2021 Dec 8,S1836-9553(21)00127-2. doi: 10.1016/j.jphys.2021.11.008. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s