Massage du cou et des épaules


man lying on bed

Vous connaissez ces patients qui vous parlent de bonnes douleurs lorsque vous leur massez les épaules et le cou ? Pas trop evidence-based-practice tout çà. Et vous continuez quand même à le faire ? Pas sérieux. Et pourtant… des modifications cliniques et physiologiques peuvent s’observer.

Objectifs 

Cette étude examine l’impact d’une séance de massage (les auteurs parlent de thérapie manuelle, mais nous n’allons pas relancer le débat…) sur des évaluations physiologiques comme l’excitabilité du motoneurone alpha (réflexe de Hoffman sur le fléchisseur radial du carpe**), l’activité musculaire du trapèze supérieur lors d’une activité maximale (levée d’une barre d’haltérophile, sujet assis), les amplitudes articulaires cervicales lorsqu’elle est comparée à un «touché léger» et une absence de prise en charge. 

Procédure

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s