Manipulation vertébrale lombaire à visée antalgique

Algomètre

Algomètre provenant du catalogue Axess (prix modiques)

Une autre façon de tester avant de manipuler la région lombaire, basée sur la réduction de la douleur à la pression et à la sensibilité cutanée consécutives à la manipulation vertébrale. Une façon simple, fiable et sans prise de tête pour déterminer l’étage et le sens à traiter ? 

34 sujets asymptomatiques ont été manipulés à droite ou à gauche et leurs seuils de douleur à la pression comme à la sensibilité superficielle ont été mesurés en différents endroits du corps. 

Population-cible : 

Sujets jeunes (22.6 ans ± 4.0 ans). 

Recherche du seuil de douleur à la pression : 

Il est recherché en bilatéral sur la région lombaire, la fesse, la scapula, le front, avant, immédiatement après, puis 10, 20, 30 minutes après la manipulation vertébrale. 

Il est écrit dans la discussion que l’inhibition centrale descendante agit sélectivement sur les fibres C, mais non sur les fibres Aδ. 

En conséquence, elle ne pourrait être contrôlée que par les seuils de douleur à la pression (C & Aδ) et non l’analyse de la sensibilité superficielle (Aδ). Yannick au secours ! 

Analyse de la sensibilité superficielle : 

Les auteurs utilisent le Neuropen (Owen Mumford, UK). Il est construit pour réaliser une pression ponctuelle perpendiculaire de 40 g sur la peau, maintenue une seconde. Le sujet est invité à coter entre 0 et 10 la douleur ressentie. Il est recherché en bilatéral sur la région lombaire, la fesse, la scapula, le front avant, immédiatement après, puis 10, 20, 30 minutes après la manipulation vertébrale. 

Une cotation par site est réalisée. 

Un exemplaire d’occasion est en vente sur le site du Bon coin, au Cap d’Agde. 

Procédure : 

Une manipulation vertébrale de faible amplitude et de grande vitesse a été ciblée sur le segment lombaire L5-S1. Le sujet est en position de rouleau lombaire. L’épaule supralatérale est stabilisée par la main crâniale, une poussée à l’aide de l’éminence hypothénar de la main caudale amène le bassin vers le procubitus. 

Le côté du latérocubitus est déterminé au hasard chez ces sujets sains. La manipulation vertébrale est reproduite une deuxième fois si le praticien ne juge pas le premier essai satisfaisant. L’article n’indique pas selon quel critère le praticien juge la manipulation vertébrale satisfaisante, d’autant que les auteurs ne considèrent pas la présence d’un bruit audible comme critère de réussite. 

Valeurs concernant les seuils de douleur à la pression : 

Selon les auteurs, toutes les nociceptions sont véhiculées par les fibres Aδ, les sensibilités à la pression impliquant aussi les fibres C. 

Une faible augmentation, de l’ordre de 1 kg/cm2 du seuil de la douleur à la pression est observée au niveau lombaire (passage d’une valeur de 6 ± 3 à 7 ± 3 kg/cm2) après traitement. Elle n’apparait pas immédiatement mais à partir de 10 minutes, et persiste après 30 minutes. 

Donc ne pas s’attendre à une réponse instantanée…et utiliser un outil précis pour la mesurer : l’amplitude du changement est faible, de l’ordre de 7.2 à 11.8 % ce qui serait en dessous du changement minimum détectable, trouvé….entre 35 et 50 %. A voir sur des patients et non des sujets sains. 

Cette augmentation est moins nette au niveau de la fesse, n’existe pas à la scapula comme au front. 

Noter qu’il existe une différence de seuil mesuré entre la droite et la gauche du sujet en lombaire et à la fesse (pas à la scapula ni au front). Le côté droit est moins sensible (seuils plus élevés) que le côté gauche. Biais lié à la position de l’examinateur ? À l’expérimentation ? (le côté G a toujours été mesuré avant le côté D), différence intrinsèque ? Toujours est-il qu’il ne devrait pas être pertinent de comparer les deux côtés d’un même étage…surtout si le cerveau du sujet peut modifier la perception entre deux mesures ! 

Valeur concernant la sensibilité cutanée : 

Là aussi, un effet significatif est retrouvé à la fesse, la région lombaire. Pas à la scapula mais au front ? La réponse pourrait être immédiate à la région lombaire, différée à partir de 10 minutes à la fesse. 

Là encore, la sensibilité mesurée à droite n’est pas la même que celle mesurée à gauche… 

Là encore, passer d’en gros 5 ± 2 à 4 ± 2 à l’EVA… 

Effets de la manipulation vertébrale ? 

Les auteurs indique qu’il existe une différence significative en fonction du côté de la manipulation vertébrale, le seuil augmentant légèrement du même côté que la manipulation. Mais du même côté que quoi ? Que le côté sur lequel est couché le patient ? Que le côté que thruste le praticien en divergence ? 

Pas d’effets de la manipulation vertébrale ? 

Il existe plusieurs études validant les effets de la manipulation vertébrale ou de la mobilisation passive sur une antalgie à distance, mais ici, comme il n’y a pas de groupe contrôle, testé mais non manipulé, comment affirmer quoique ce soit ? 

Il aurait fallu recourir à une expérimentation plus contraignante en testant sur le même sujet un traitement A (manipulation vertébrale) versus un traitement B (latérocubitus simple), mesurer avant et après chaque traitement en tirant au hasard l’ordre des traitements… 


Référence bibliographique : 

Dorron SL, Losco BE, Drummond PD, Walker BF. Effect of lumbar spinal manipulation on local and remote pressure pain threshold and pinprick sensitivity in asymptomatic individuals: a randomised trial. Chiropr Man Therap. 2016 Dec 5;24:47. 

Accès gratuit à l’article 

Lire les 99 articles en rapport avec le sujet…

Sans titre
Neuropen

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s