Conseiller un lombostat ?


Sans titre
Ceinture de flanelle qui n’a absolument pas été utilisée pour l’étude présente, et pour laquelle aucun conflit d’intérêt n’a pu être mis en évidence. Pour ceux qui travaillaient la terre (les scieurs de long de Haute-Corrèze étaient avant tout des paysans), elle était grise, bleue pour le travail du bois, rouge pour le travail du fer. Comme quoi, même avant l’invention du KinesioTaping, la couleur a un intérêt. Ou pas.

Mon docteur m’a dit que je ne devais pas m’y habituer parce que ça ferait fondre mes muscles du dos… Qui n’a jamais entendu ça d’un patient ? Cette revue systématique fait la part des croyances et des faits. En bonus, l’accès à un article de Spine récent sur les avantages du lombostat couplé à la kinésithérapie.

Le port de lombostat (LS) est l’un des traitements les plus courants prescrits dans le cadre de la lombalgie.

Bien que des essais contrôlés randomisés [1, 2] suggèrent une efficacité du LS dans la réduction de la douleur et de l’incapacité chez ces patients, la crainte d’une faiblesse musculaire rachidienne et d’une atrophie lors de son utilisation prolongée est répandue.

Objectif :

Cette revue systématique iranienne [3] visait à évaluer les preuves disponibles dans la littérature pour déterminer si cette crainte est justifiée.

Méthodes :

Une consultation systématique de bases de données électroniques, dont PubMed, Scopus, ScienceDirect, Medline via Ovid, suivie d’une recherche manuelle de revues a été effectuée.

Des études prospectives publiées dans des revues évaluées par des pairs, avec un texte intégral disponible en anglais, qui étudie l’effet du lombostat sur l’activité musculaire du tronc, le volume musculaire, la force, l’endurance, la pression intra-abdominale chez des sujets sains ou lombalgiques, ont été incluses.

La qualité méthodologique des études sélectionnées a été évaluée en utilisant la version modifiée de la checklist de Downs et Black.

Financement :

Cette recherche n’a pas de source de financement et les auteurs ne déclarent aucun biais lié aux conflits d’intérêts.

Résultats :

Trente-cinq études ont rempli les critères d’admissibilité. La moyenne et l’écart-type du score de qualité étaient de 64 ± 9,7%.

La plupart des études portant sur l’effet du lombostat sur l’activité électromyographique (EMG) des muscles du tronc ont montré une diminution ou une absence de changement dans les paramètres EMG.

Quelques études ont rapporté une augmentation de la force musculaire liée au port du lombostat, d’autres n’ont pas démontré cet effet.

Une seule étude, qui comprenait une évaluation échographique des stabilisateurs du tronc, a suggéré une réduction de l’épaisseur des muscles abdominaux et une réduction de la section transversale des muscles multifides.

Sur les huit études qui ont étudié les effets sur la compression rachidienne, quatre l’estiment réduite, trois inchangée.

Conclusion :

La présente étude a montré que les variations dans les résultats apparaissaient incohérents pour affirmer une liaison avec l’utilisation de lombostats.

Elle n’a pas trouvé de preuves scientifiques concluantes pour suggérer qu’un affaiblissement musculaire rachidien puisse être une complication du port d’un lombostat.

Jeter un oeil sur l’étude de Spine [1], pour une fois en accès libre, qui semble conforter l’idée d’utiliser le lombostat comme adjuvant du traitement de kinésithérapie, quel que soit ce type de traitement, avec un bénéfice thérapeutique après 15 jours de prise en charge.


Références bibliographiques :

[1] Morrisette DC, Cholewicki J, Logan S, et al. A randomized clinical trial comparing extensible and inextensible lumbosacral orthoses and standard care alone in the management of lower back pain. Spine 2014;39:1733.

Article disponible en ligne

[2] Calmels P, Queneau P, Hamonet C, et al. Effectiveness of a lumbar belt in subacute low back pain: An open, multicentric, and randomized clinical study. Spine. 2009;34:215–220.

Résumé disponible en ligne

[3] Azadinia F, Takamjani EE, Kamyab M, Parnianpour M, Cholewicki J, Maroufi N. Can lumbosacral orthoses cause trunk muscle weakness? A systematic review of literature. Spine J. 2016 Dec 14. pii: S1529-9430(16)31130-5. doi: 10.1016/j.spinee.2016.12.005. Article sous presse

Résumé disponible en ligne

Conseiller ou pas un lombostat ?

Le contexte de départ était : bien que des études précédentes suggèrent que les lombostats ou corsets puissent réduire la douleur de la lombalgie aiguë, aucune étude n’aurait, selon les auteurs, évalué par questionnaires et mesures objectives ces faits. 

Cette étude se propose d’étudier sur deux groupes (non lombalgique avec lombostat, lombalgiques avec lombostat) leur devenir après deux semaines de port continu sauf pour dormir et faire sa toilette, contrôlé par un groupe témoin (non lombalgique sans lombostat). La raideur lombaire moyenne, un score Oswestry et un test de Sorensen ont servi d’évaluateurs. 

Elle démontre que la fonction lombaire évaluée par des mesures autodéclarées et objectives ne se détériore pas lorsqu’un lombostat non rigide & inélastique est utilisé pour de courtes périodes de temps avec ou sans lombalgie, conformément aux données existantes sur le sujet. 


Note rédigée originellement dans ActuKiné le Samedi 24 Octobre 2015


En fait, le port se traduit par des améliorations statistiques chez les patients, mais elles sont mineures, infra-cliniques. 

Ces résultats sont en accord avec des études précédentes qui ont mesuré à l’IRM l’effet du repos sur la section des muscles spinaux : après environ 14 jours de repos complet au lit (une forme d’immobilisation), des changements mineurs dans le volume musculaire spinale peuvent être constatés, majorés en passant de 27 à 55 jours de repos : si la réduction volontaire totale de mouvement rachidien crée des changements minimes en 2 semaines, il est peu probable que le port d’un lombostat entraine une fonte musculaire, même s’il peut réduire les mouvements lombaires. 

Il existe certes des études qui démontrent l’atrophie musculaire chez les patients lombalgiques, mais il est plus probable que cette atrophie se retrouve du fait de la lombalgie et non du fait de son traitement. 

Cette étude ne traite pas des conséquences d’un port plus long de ce lombostat, mais il est peu probable pour les auteurs qu’elle soit délétère. 

Une enquête récente a montré qu’environ 50% des cliniciens (médecins, chiropraticiens, physiothérapeutes) considéraient que les lombostats étaient responsables de fonte musculaire, malgré une littérature abondante sur le sujet et une absence d’études retrouvant cette atrophie. 

Donc, comme l’écrivent les auteurs : «the most challenging barrier in this area may not be discerning the effect of bracing on spinal function in acute LBP patients, but the knowledge translation and uptake needed to inform clinical opinion». 

Buts de l’étude : 

Étonnamment, cette étude ne comporte pas de 4° groupe (lombalgiques sans lombostat). Il faut lire en petits caractères à la fin de l’article en accès libre chez Elsevier  : «Braces were provided at no cost by Aspen Medical Products as were funds to support data collection» pour comprendre pourquoi. 

Ils n’ont sûrement pas envie de se tirer une balle dans le pied chez Aspen, mais du coup, ils ne répondront pas au questionnement de départ, ce qui ne semble pas avoir choqué la rédaction du Spine Journal. 


Références bibliographiques : 

Kawchuk GN et al. A non-randomized clinical trial to assess the impact of nonrigid, inelastic corsets on spine function in low back pain participants and asymptomatic controls. Spine J. 2015 Oct 1;15(10):2222-7. 

Publi-information disponible en ligne 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s