Mesure de la souffrance des adducteurs du footballeur


action active athletes ball
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Chez le footballeur, l’association entre la douleur de l’aine et l’amplitude des mouvements coxaux reste à définir. Le but de cette étude était de développer un test pour mesurer l’amplitude d’un mouvement spécifique de ce sport, d’évaluer sa fiabilité et de décrire les résultats chez les joueurs de football non blessés (NI) comme blessés. 

Conception : 

Étude de cas contrôlée. 

Lieux de l’étude : 

6 clubs professionnels néerlandais, 6 clubs amateurs et une clinique de médecine du sport. 

Population-cible : 

103 professionnels NI, 83 amateurs NI et 57 joueurs de football souffrant d’une douleur unilatérale attribuée aux adducteurs. 

Indicateurs : 

Inclinométries des amplitudes d’extension de la hanche lors d’un mouvement spécifique du sport, de l’adduction, de l’abduction, de la rotation médiale et latérale des deux cuisses. 

Procédure : 

Il s’agit d’un ensemble de positions de test utilisant toutes le secteur d’extension correspondant à l’armé du membre inférieur (on dit comme ça ?) avant le shoot. 

Lire l’article pour une illustration plus explicite

Comme  la cuisse peut être en différentes positions d’adduction ou abduction, de rotation médiale comme de rotation latérale lorsque le joueur s’adapte à la cible, ces amplitudes sont aussi mesurées dans ces secteurs particuliers, toujours en extension de hanche et lombaire. 

Comme la tension du droit fémoral peut influer sur l’extension coxo-fémorale, les mesures se font arbitrairement en flexion du genou à 90°. 

En pratique, l’installation successive du sujet en différentes positions est sûrement difficilement compatible avec le temps imparti pour une séance (les auteurs évoquent 10 minutes par sujet, mais ce peut être une façon de déterminer précisément le secteur angulaire problématique ? 

Pour la mesure, les auteurs ont utilisé un inclinomètre aimanté (Wixey, Seattle, US) placé sur une règle métallique semi-rigide de 30 cm attachée à la jambe et à la cuisse avec des bandes Velcro. Il s’agit de celui-ci, qu’apparemment les chirurgiens utilisent aussi. 

 Résultats : 

Les sportifs non blessés, athlètes comme sportifs amateurs, présentent un SSROM symétrique au membre dominant comme au membre non-dominant (score entre 188° et190° ± 25°). 

Les blessés présentent un déficit moyen significatif avec un SSROM total à 187° ± 31° du côté sain et 135° ± 29° du côté blessé. 

Fiabilité : 

BoussoleLa fiabilité test-retest (ICC), l’erreur-type de mesure (SEM) et le changement minimal détectable (MDC) ont été calculés. Les joueurs non blessés ont été comparés au groupe blessé. La fiabilité apparaît acceptable, le coefficient de corrélation intra-classes en inter-examinateurs se situant entre 0.50 et 0.88. 

L’erreur standard de mesure est située entre 1.3 et 9.2°. Le changement minimal détectable se situe entre 3.7 et 25.6° pour un secteur d’amplitude isolé ou global. 


Références bibliographiques : 

Tak IJ, Langhout RF, Groters S, Weir A, Stubbe JH, Kerkhoffs GM. A new clinical test for measurement of lower limb specific range of motion in football players: Design, reliability and reference findings in non-injured players and those with long-standing adductor-related groin pain. Phys Ther Sport. 2017 Jan;23:67-74. doi: 10.1016/j.ptsp.2016.07.007. 

Article disponible en ligne 

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s