Ultrasons pulsés et genoux

Ultra-sons pulsés et genoux

Je ne voulais pas évoquer cette étude [1] apparemment non contrôlée, qui m’assure qu’en 5 séances d’ultra-sons les gonarthrosiques vont mieux. Pas de groupe témoin et en plus, ils n’ont même pas sacrifié les patients pour faire parler l’histologie. Ils jouent petit bras et en plus ils n’en ont qu’un seul.

Heureusement qu’on a de bonnes études bien solides [2], avec des sujets bien similaires, voire quasi-identiques, volontaires et grassement payés, pour contre-carrer ces fakes-studies.

J’ai quand même toujours une pensée pour le chercheur lorsqu’il rentre le soir fourbu de sa journée passée à insoniser des rats. C’est beau la Science, toutes ces heures trépidantes et aventureuses au bout de 25 ans de poursuite de thèse…

Mais au moins, lui, quand le patient lui empêche d’entendre Guillaume Meurice lorsqu’il passe les ultra-sons, il peut le zigouiller en toute légalité après.

But de l’étude :

Analyse histo-pathologique des effets des ultra-sons pulsés de faible intensité (US) sur les composants articulaires en utilisant un modèle de contracture de l’articulation du genou de rat (immobilisation par plâtre).

Sujets et Méthodes :

Dix-neuf rats mâles Wistar âgés de 9 semaines répartis en un groupe témoin (n = 6) et un groupe expérimental.

Les rats du groupe expérimental ont subi une immobilisation du membre postérieur droit pendant 8 semaines. Ils ont ensuite été divisés au hasard en un groupe non traité (n = 6), qui a été élevé dans des conditions normales pendant 4 semaines, et un groupe traité (n = 7), qui a bénéficié d’US pendant 4 semaines.

Les US étaient effectués à une fréquence de 3 MHz, une intensité de 30 mW / cm2 et pulsés à raison de 20% du cycle de travail. L’irradiation a été effectuée une fois par jour pendant 10 minutes, 5 jours par semaine.

A la fin de cette période, des échantillons de tissus dans lesquels le plan sagittal du genou a pu être observé ont été préparés et observés à l’aide d’un microscope optique.

Résultats :

La limitation de l’extension de l’articulation du genou était significativement moins importante dans le groupe US par rapport au groupe non-traité.

La capsule articulaire postérieure était significativement plus épaisse dans le groupe non traité, avec une densité (a cross-sectional area of the collagen fiber bundles measured as an index of the density of the posterior joint capsule) de 53,5 ± 7,5% pour le groupe témoin, 77,2 ± 5,7% pour le groupe non-traité, et 69,2 ± 2,9% pour le groupe traité, avec des différences significatives entre tous les groupes.

Pour les auteurs, les US diminuent l’épaisseur de la capsule articulaire et c’est pour ça qu’ils ont des vertus assouplissantes.

Commentaire :

Je n’ai pas vu si l’examinateur était en aveugle de la répartition des rats pour mesurer la densité et goniométrer les pattes de rat. Ca serait ballot s’il ne l’était pas…

Références bibliographiques :

[1] Rodríguez-Grande EI. Osma-Rueda JL, Serrano-Villar Y, Ramírez C. Effects of pulsed therapeutic ultrasound on the treatment of people with knee osteoarthritis. J Phys Ther Sci. 2017 Sep;29(9):1637-1643. doi: 10.1589/jpts.29.1637.

Accès à l’article

Articles en rapport avec le sujet

[2] Watanabe M, Kojima S, Hoso M. Effect of low-intensity pulsed ultrasound therapy on a rat knee joint contracture model. J Phys Ther Sci. 2017 Sep;29(9):1567-1572. doi: 10.1589/jpts.29.1567.

Accès à l’article

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s