L’atloïdo-axoïdienne est limitée


imagesObservations & signes cliniques

Test de mobilité atloïdo-axoïdienne en décubitus

Procédure

1

Le sujet est en décubitus, le kinésithérapeute à la tête du sujet, la tête du sujet, fléchie, repose sur le ventre ou le genou du kinésithérapeute. La tête du patient est amenée en rotation droite et gauche, le menton restant à proximité du thorax du patient. La pulpe de l’index de la main controlatérale à la rotation apprécie l’avancée du processus transverse de C1, par un appui postérieur. 

Le kinésithérapeute apprécie en comparatif la distance entre le menton et le pli thoraco-brachial et l’avancée du processus transverse de C1.

Valeur 

En présence d’un défaut de rotation gauche de C1 sur C2, la distance menton – pli thoraco-brachial est plus grande en rotation gauche qu’en rotation droite, le processus transverse de C1 à droite résiste à l’avancée comparativement au processus transverse de C1 à gauche. Le patient peut être gêné lorsqu’il se couche sur la joue droite en procubitus.

cropped-boussole-6.pngFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs de cet examen en position assise (déterminer une résistance en rotation de C1 par rapport à C2) est faible [21].

Test de rotation cervicale supérieure en flexion 

Procédure 

Le patient est en décubitus, les cervicales inférieures et les thoraciques supérieures fléchies. Le praticien est à la tête du patient, maintenant la flexion cervicale inférieure de son abdomen. A l’aplomb de la tête du patient, il compare les amplitudes, la présence de douleurs, la résistance au mouvement des rotations passives droite et gauche.

L’amplitude maximale est déterminée par l’apparition des douleurs ou de la résistance ressentie par le praticien. L’amplitude normale est donnée pour 45° en rotation unilatérale, une diminution de 10° de cette amplitude étant la valeur seuil pour déterminer un test positif.

cropped-boussole-6.pngValeurs 

Il a été retrouvé des amplitudes de 26,0 ± 7,4° pour les patients souffrant de céphalées cervicogènes et de 37,5 ± 5° pour ceux souffrant de cervicalgies. Le test apparaît positif essentiellement dans les céphalées cervicogènes, ce qui est un argument supplémentaire en faveur d’un test intéressant le rachis cervical supérieur.

Fiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs apparait très bonne chez des praticiens expérimentés [8], mais modérée à bonne en fonction des étages dans une autre étude du même auteur [9].

cropped-boussole-6.pngValidité

Le test de flexion rotation (FRT) est fréquemment positif dans les céphalées cervicogènes [8]. 

L’examen sous IRM montre qu’il est préférable d’utiliser la flexion du rachis cervical inférieur à la position neutre pour analyser la rotation cervicale supérieure, puisque le segment atloïdo-axoïdien est responsable des trois-quarts de la rotation cervicale totale en flexion [22].

Variante 

Un goniomètre boussole, attaché sur la tête du patient à l’aide d’un velcro permet de mesurer les amplitudes limitées par la douleur ou la raideur.

Techniques myotensives atloïdo-axoïdiennes

 

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s