L’atloïdo-axoïdienne est limitée


imagesObservations & signes cliniques

Test de mobilité atloïdo-axoïdienne en décubitus  

Procédure

1

Le sujet est en décubitus, le kinésithérapeute à la tête du sujet, la tête du sujet, fléchie, repose sur le ventre ou le genou du kinésithérapeute. La tête du patient est amenée en rotation droite et gauche, le menton restant à proximité du thorax du patient. La pulpe de l’index de la main controlatérale à la rotation apprécie l’avancée du processus transverse de C1, par un appui postérieur. 

Le kinésithérapeute apprécie en comparatif la distance entre le menton et le pli thoraco-brachial et l’avancée du processus transverse de C1.

Valeur 

En présence d’un défaut de rotation gauche de C1 sur C2, la distance menton – pli thoraco-brachial est plus grande en rotation gauche qu’en rotation droite, le processus transverse de C1 à droite résiste à l’avancée comparativement au processus transverse de C1 à gauche. Le patient peut être gêné lorsqu’il se couche sur la joue droite en procubitus.

cropped-boussole-6.pngFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs de cet examen en position assise (déterminer une résistance en rotation de C1 par rapport à C2) est faible [21].

Test de rotation cervicale supérieure en flexion 

Procédure 

Le patient est en décubitus, les cervicales inférieures et les thoraciques supérieures fléchies. Le praticien est à la tête du patient, maintenant la flexion cervicale inférieure de son abdomen. A l’aplomb de la tête du patient, il compare les amplitudes, la présence de douleurs, la résistance au mouvement des rotations passives droite et gauche.

L’amplitude maximale est déterminée par l’apparition des douleurs ou de la résistance ressentie par le praticien. L’amplitude normale est donnée pour 45° en rotation unilatérale, une diminution de 10° de cette amplitude étant la valeur seuil pour déterminer un test positif.

cropped-boussole-6.pngValeurs 

Il a été retrouvé des amplitudes de 26,0 ± 7,4° pour les patients souffrant de céphalées cervicogènes et de 37,5 ± 5° pour ceux souffrant de cervicalgies. Le test apparaît positif essentiellement dans les céphalées cervicogènes, ce qui est un argument supplémentaire en faveur d’un test intéressant le rachis cervical supérieur.

Fiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs apparait très bonne chez des praticiens expérimentés [8], mais modérée à bonne en fonction des étages dans une autre étude du même auteur [9].

cropped-boussole-6.pngValidité

Le test de flexion rotation (FRT) est fréquemment positif dans les céphalées cervicogènes [8]. 

L’examen sous IRM montre qu’il est préférable d’utiliser la flexion du rachis cervical inférieur à la position neutre pour analyser la rotation cervicale supérieure, puisque le segment atloïdo-axoïdien est responsable des trois-quarts de la rotation cervicale totale en flexion [22].

Variante 

Un goniomètre boussole, attaché sur la tête du patient à l’aide d’un velcro permet de mesurer les amplitudes limitées par la douleur ou la raideur.

Techniques myotensives atloïdo-axoïdiennes

Contracté-relâché en rotation cervicale supérieure

3

Procédure

Patient en décubitus, tête reposant sur l’abdomen du kinésithérapeute placé en bout de table. En présence d’une asymétrie d’antériorisation du processus transverse droit de C1 en rotation et d’un défaut de rotation gauche (distance menton-acromion asymétrique, plus grande à gauche qu’à droite), amener dans le mouvement limité jusqu’à la limite de rotation gauche et demander un contracté-relâché des muscles rotateurs droits à l’aide d’une main sur la joue du patient. 

Les doigts de l’autre main contrôlent la liberté de l’étage cervical haut en flexion-extension afin de ne pas entraîner le rachis cervical bas. 

Après relâchement, gagner en rotation gauche. La force demandée comme la force exercée doit être minime, comme lors d’un simple mouvement des yeux en direction opposée, afin de n’intervenir que sur les rotateurs courts du rachis cervical supérieur.

Mobilisation active dynamique des rotateurs agonistes à la rotation cervicale supérieure 

4a
Position de départ
4b
Position d’arrivée

Procédure 

Patient en décubitus, tête reposant sur l’abdomen du kinésithérapeute placé en bout de table. En présence d’une asymétrie d’antériorisation du processus transverse droit de C1 en rotation et d’un défaut de rotation gauche (distance menton-acromion asymétrique, plus grande à gauche qu’à droite), demander au sujet une rotation active dnamique concentrique en direction du secteur limité. Veiller à ce que le patient réalise un mouvement actif dans toute l’amplitude en adaptant la résistance, avec un maximum de flexion cervicale inférieure, menton glissant à la face antérieure du thorax.

Techniques activo-passives atloïdo-axoïdiennes

Auto-mobilisation passive cervicale supérieure

 

 

 

Objectifs

Il s’agit d’une mobilisation passive inspirée du concept Mulligan. Elle sert à améliorer les amplitudes de rotation cervicale supérieure limitées chez les patients souffrant de céphalées cervicogènes et à diminuer l’intensité des céphalées d’origine cervicale.

Procédure

Le patient, debout, utilise une sangle dédiée à cet usage (Cervical self-SNAG strap / Manual Concepts, Booragoon, Australia), positionnée sur l’arche postérieure de C1 et tractée horizontalement en avant du visage. Le but de la sangle est de faciliter la rotation entre C1 et C2 dans la direction retrouvée limitée lors du test FRT. 

Le patient applique à l’aide de la sangle une force en direction antérieure et tourne la tête en direction du côté limité, maintenant la pression en fin de mouvement durant 3 secondes. 

Le praticien assiste le patient dans la mise en position de la sangle et majore  la rotation en fin de mouvement. 3 essais sont indiqués au patient ; 2 répétitions sont réalisées devant le praticien.

Posologie 

Les patients sont invités à réaliser 2 répétitions du geste thérapeutique, deux fois par jour, durant les 12 mois à venir.

cropped-boussole-6.pngValidité 

Comparativement à un exercice placebo (même positionnement et consignes sans rotation cervicale), les céphalées sont substantiellement plus faibles dans le groupe expérimental à 4 semaines comme à un an, avec une réduction globale de plus de 50% des crises dans le groupe traité. Les amplitudes au test de FRT sont améliorées de l’ordre de 10° dans le groupe traité comparativement au groupe témoin [4].

Mobilisations en SNAG (Sustained Natural Apophyseal Glide) cervicale supérieure 

 

Objectifs

Elle est proposée à des patients souffrant de céphalées et vertiges chroniques d’origine cervicale présentant une limitation au FRT. 

Procédure 

Le patient est en position assise. Il doit tourner sa tête dans la direction produisant le vertige. Le kinésithérapeute est en arrière de lui. Lorsque le patient effectue le mouvement actif, le kinésithérapeute réalise un glissement maintenu de C1 ou C2.

Ces glissements apophysaires maintenus se font dans une amplitude physiologique.

Si le mouvement provoquant les symptômes est en flexion ou extension, un glissement antérieur est induit sur le processus épineux de C2.

Si le mouvement provoquant les symptômes est en rotation, un glissement antérieur est induit sur le processus transverse de C1.

Ce mouvement est réalisé 6 fois lors de la première séance ; il ne doit pas reproduire les symptômes. Le praticien peut réaliser un autre SNAG dans une autre direction s’il le juge cliniquement pertinent. Après la seconde séance, le patient est invité à réaliser l’auto-mobilisation passive cervicale supérieure à la sangle décrite précédemment.

cropped-boussole-6.pngValidité 

Cette approche n’apparait pas plus efficace qu’une mobilisation passive postéro-antérieure de type Maitland appliquée sur la même région, mais les deux approches  permettent, immédiatement et à 12 semaines, de diminuer l’intensité et la fréquence des crises, qui passent de de 1 à 4 par semaine à 1 à 4 par mois. 

L’intensité est aussi réduite au delà de 2 points sur 10 immmédiatement après traitement et à 12 semaines, ce qui n’est pas le cas d’un traitement factice [18]. 

Techniques passives atloïdo-axoïdiennes

Manipulations vertébrales 
Elles ne sont pas développées dans ce chapitre puisqu’elles n’ont fait la preuve ni de leur efficacité ni de leur innocuité.

Mobilisation passive postéro-antérieure cervicale supérieure

6

Procédure 

Le patient est en procubitus, la tête en position neutre, le kinésithérapeute est à la tête du patient. Il réalise des poussées postéro-antérieures à l’aide des pouces sur les articulations cervicales supérieures douloureuses ou jugées raides lors de l’examen clinique. L’intensité comme la durée des poussées sont estimées cliniquement. 

Habituellement, elles consistent en trois applications de 30 secondes de poussées sur chaque segment vertébral. Des exercices actifs complémentaires sont proposés après la deuxième séance. 

La posologie est de 2 à 6 séances selon le jugement du kinésithérapeute, délivrées sur 6 semaines.

cropped-boussole-6.pngValidité 

L’efficacité de cette technique est comparable à celle de la technique en SNAG précédente (résultats obtenus par un kinésithérapeute de plus de 30 ans d’expérience en thérapie manuelle orthopédique) [18].

Références bibliographiques

[1] Aquino RL et al. Applying Joint mobilization at Different Cervical vertebral Levels does not Influence Immediate Pain Reduction in Patients with Chronic Neck Pain: A Randomized Clinical Trial. The Journal of Manual & Manipulative Therapy 2009;17(2):95-100.

[2] Beyer B et al. 3D motion reliability of occipital condylar glide testing: From concept to kinematics evidence. Manual Therapy. Fevrier 2016. Vol 21. pages 159-164

[3] Buford J et al. Actions of the Scalene Muscles for Rotation of the Cervical Spine in Macaque and Human. J Orthop Sports Phys Ther 2002;32(10):488–496

[4] Chan HT et al. Efficacy of a C1-C2 Self-sustained Natural Apophyseal Glide (SNAG) in the Management of Cervicogenic Headache. J Orthop Sports Phys Ther. 2007;37(3):100-107

[5] Childs JD et al. Neck Pain: Clinical Practice Guidelines Linked to the International Classification of Functioning, Disability, and Health From the Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association. J Orthop Sports Phys Ther 2008;38(9):A1-A34.

[6] Dewitte V et al. Articular dysfunction patterns in patients with mechanical neck pain: A clinical algorithm to guide specific mobilization and manipulation techniques. Manual Therapy. Volume 19, Issue 1, February 2014, Pages 2–9

[7] Fernández-de-las-Peñas C et al. Validity of the Lateral Gliding Test as Tool for the Diagnosis of Intervertebral Joint Dysfunction in the Lower Cervical Spine Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics Volume 28, Issue 8, October 2005, Pages 610-616

[8] Hall T et al. The influence of lower cervical joint pain on range of motion and interpretation of the flexion-rotation test. Journal of Manual & Manipulative Therapy. Volume 18, N°3, 2010 , pp. 126-131(6)

[9] Hall T, Briffa K, Hopper D, Robinson K. Reliability of manual examination and frequency of symptomatic cervical motion segment dysfunction in cervicogenic headache. Man Ther. 2010 Dec;15(6):542-6

[10] Humphreys BK, Delahaye M, Peterson CK. An investigation into the validity of cervical spine motion palpation using subjects with congenital block vertebrae as a ‘gold standard’. BMC Musculoskelet Disord. 2004;5:5–19

[11] Kay TM et al. Exercises for mechanical neck disorders. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Aug 15;8:CD004250

[12] Chaitow L, Crenshaw K. Muscles Energy Techniques. Elsevier Health Sciences, 2006

[13] Lee R. Mac Gregor A. Dynamic response of the cervical spine to posteroanterior mobilisation. Clinical Biomechanics 20 (2004) pp 228-31

[14] Lluch E, et al., Immediate effects of active cranio-cervical flexion exercise versus passive mobilisation of the upper cervical spine on pain and performance on the cranio-cervical flexion test. Man Ther. 2014 Feb;19(1):25-31

[15] Manning D et al. Reliability of a seated three-dimensional passive intervertebral motion test for mobility, end-feel, and pain provocation in patients with cervicalgia. J Man Manip Ther. 2012 August; 20(3): 135–141

[16] Mitchell Jr F. The muscle energy manual. Cervical region evaluation and treatment. Volume one. MET Press. 2005

[17]  Pérez I et al. Is one better than another?: A randomized clinical trial of manual therapy for patients with chronic neck pain. Man Ther. 2014 Jun;19(3):215-21

[18] Reid SA et al. Comparison of Mulligan Sustained Natural Apophyseal Glides and Maitland Mobilizations for Treatment of Cervicogenic Dizziness: A Randomized Controlled Trial. Phys Ther. 2014 Apr;94(4):466-76

[19] Rey-Eiriz G et al. Validity of the Posterior-Anterior Middle Cervical Spine Gliding Test for the Examination of Intervertebral Joint Hypomobility in Mechanical Neck Pain. Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Volume 33, Issue 4, May 2010, Pages 279-285

[20] Schneider GM et al. Intrarater and interrater reliability of select clinical tests in patients referred for diagnostic facet joint blocks in the cervical spine. Arch Phys Med Rehabil. 2013 Aug;94(8):1628-34

[21] Smedmark V et al. Inter-examiner reliability in assessing passive intervertebral motion of the cervical spine. Manual Therapy. 2000. Volume 5, Issue 2, Pages 97-101

[22] Takasaki H et al. Normal kinematics of the upper cervical spine during the Flexion–Rotation Test – In vivo measurements using magnetic resonance imaging. Manual Therapy. 2011 Apr;16(2):167-71

[23] Yeganeh Lari A, et al., The effect of the combination of dry needling and MET on latent trigger point upper trapezius in females, Man Ther. 2016 Feb;21:204-9 

[24] Heredia Rizo A.M. et al. 2012. Immediate effects of the suboccipital muscle inhibition technique in craniocervical posture and greater occipital nerve mechanosensitivity in subjects with a history of orthodontia use: a randomized trial. J. Manipulative Physiol. Ther. 35 (6), 446–453.

[25] Kim BB, Lee JH, Jeong HJ, Cynn HS. Effects of suboccipital release with craniocervical flexion exercise on craniocervical alignment and extrinsic cervical muscle activity in subjects with forward head posture. J Electromyogr Kinesiol. 2016 Oct;30:31-7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s