10 – Limitations articulaires passives des doigts  


Évaluations & traitements de l’extension des doigts longs

Les facteurs de limitation sont soit extra-articulaires (peau, aponévrose, tendon fléchisseur dans sa gaine, ligament rétinaculaire), soit articulaires (rétraction ou adhérence de la plaque palmaire ou des ligaments latéraux). Il est logique de penser à jouer sur l’articulation proximale. 

Recherche des facteurs de limitation articulaires

En présence d’une limitation, certaines causes sont observables en jouant sur la position du poignet ou de la méta-carpo-phalangienne.

Position du poignet 

Lorsque l’augmentation d’extension du poignet augmente la limitation, rechercher une adhérence en amont des méta-carpo-phalangiennes (poignet, avant-bras) sur les fléchisseurs. 

Position de la méta-carpo-phalangienne 

Si la flexion de la MCP facilite l’extension des doigts et que son extension limite l’extension des doigts, il est logique de penser à un manque de jeu des tendons fléchisseurs en regard des métacarpiens.  S’il s’agit de la plaque palmaire ou des ligaments latéraux, la position de la MCP ne change rien à l’extension. 

Mise en évidence des bandelettes pré-tendineuses 

1

Les bandelettes pré-tendineuses sont des renforcements de l’aponévrose palmaire superficielle moyenne. Leur rétraction caractérise la maladie de Dupuytren. 

Elles peuvent être mises en évidence sur le sujet sain en réalisant une extension de la méta-carpo-phalangienne les inter-phalangiennes étant maintenues en extension. Trois dépressions doivent apparaitre en regard des trois doigts médiaux.

Appréciation de l’extensibilité des doigts longs 

2

Main à plat sur la table, il doit être possible de décoller passivement chaque doigt long, en l’absence de toute rétraction des bandelettes comme de toute limitation articulaire en extension.

Postures d’extension des inter-phalangiennes et méta-carpo-phalangiennes

La sensibilité de la main impose de réaliser des postures plutôt que des mobilisations passives répétées. Il faut donc se placer en limite d’amplitude et maintenir la position.

Afin de relâcher les fléchisseurs, il faut privilégier la flexion du poignet et de l’articulation proximale.

Pour les IPP et IPD comme pour la méta-carpo-phalangienne, il s’agit de mobiliser une surface concave sur une surface convexe. Le glissement se fait donc dans le sens du mouvement.

Évaluations et traitements de la flexion des doigts longs

Recherche des facteurs de limitation articulaires

En présence d’une limitation, certaines causes sont observables en jouant sur la position du poignet ou de la méta-carpo-phalangienne. 

Position du poignet 

Une adhérence au poignet des tendons de l’extenseur des doigts peut permettre la flexion passive des doigts le poignet maintenu en extension, la diminuer lorsque le poignet est maintenu en flexion. 

Position de la méta-carpo-phalangienne  

La méta-carpo-phalangienne en extension peut empêcher la flexion passive des IPP et IPD lors d’une rétraction des muscles intrinsèques. La placer en flexion détend les intrinsèques, la flexion pouvant se faire.

Lorsque la flexion passive des doigts est impossible en flexion de la MCP  mais possible en extension de la MCP, une adhérence au niveau de la face dorsale de la MCP peut être en cause.

Position de l’IPP 

Lorsque l’IPD ne peut se fléchir lors du maintien passif de l’IPP en extension, c’est qu’il existe une rétraction du ligament rétinaculaire. La flexion redevient possible lorsque l’IPP est placée en flexion. 

Test des ligaments latéraux des MCP 

Les ligaments latéraux sont détendus en extension et tendus en flexion. Une douleur latérale peut-être ressentie lors de leur étirement dans le plan frontal, la MCP étant en flexion.

Limitation de flexion passive des doigts par le fléchisseur superficiel (FSD) 

Maintenir les doigts de la main en extension de la méta-carpo-phalangienne et des inter-phalangiennes à l’exclusion du doigt examiné. Demander au sujet une flexion de l’IPP. Seul le fléchisseur superficiel des doigts peut effectuer cette manœuvre, le fléchisseur profond étant en insuffisance fonctionnelle active. L’absence de mouvement traduit l’atteinte du tendon.

Limitation de flexion passive des doigts par le fléchisseur profond des doigts (FPD) 

Maintenir la méta-carpo-phalangienne et l’IPP du doigt examiné en extension et demander une flexion de l’IPD. Seul le FPD peut réaliser ce mouvement. L’impossibilité est en faveur d’une atteinte du tendon voire d’une atteinte neurologique (le muscle dispose d’une innervation médiale par le nerf ulnaire, latérale par le nerf médian).

Postures des inter-phalangiennes et méta-carpo-phalangiennes 

Posture en flexion de la MCP

Afin de ne pas provoquer de douleurs trop vives, il est préférable de maintenir une posture en flexion plutôt qu’une alternance de flexion extension.

Posture en flexion de l’IPD 

Il s’agit de mobiliser une surface concave sur une surface convexe. Le glissement se fait donc dans le sens du mouvement. Le poignet est maintenu en extension de façon à détendre l’extenseur des doigts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s