La meilleure façon de mâcher, c’est bien la nôtre (air connu…)


high angle photography of two person walking beside road
Photo de Huy Phan sur Pexels.com

Les plus anciens d’entre nous se rappellent peut être de la blague racontée à propos de Gérald Ford, président des USA qui avait la fâcheuse tendance de tomber régulièrement : de mauvaises langues avancaient qu’il était de toute manière incapable de marcher en mangeant du chewing-gum.

Depuis, nous avons eu Georges Bush Jr et Trump, ce qui relativise les compétences nécessaires pour être président de la plus grande puissance mondiale…

Mâcher et marcher sont deux comportements oscillatoires quotidiens. Cette étude a examiné l’impact de la mastication à différentes vitesses (rapide, lente, préférée) sur la performance de marche de 15 jeunes adultes en bonne santé (23,2 ± 4,2 ans) et de 15 participants plus âgés en bonne santé (66,5 ± 3,2 ans). 

Les rythmes de mastication ont été obtenus à partir de l’activité EMG de surface du masséter. 

Pour la marche, des accéléromètres placés sur le rachis inférieur et le bas du membre inférieur ont été utilisés pour déterminer le moment choisi pour chaque pas. 

En outre, une plateforme sensible à la pression a également été utilisée pour collecter les mesures de la marche (vitesse, longueur du pas, durée de la marche). 

Résultats

Les résultats ont mis en évidence un lien étroit entre mastication et marche pour tous les participants, l’augmentation ou la diminution du taux de mastication d’une personne entraînant des modifications similaires de sa vitesse de marche. 

Le couplage entre le pas et la vitesse de mastication de tous les individus a été observé malgré le fait que les personnes âgées ont tendance à marcher plus lentement. 

Commentaire 

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire. 

Références bibliographiques 

X03043940Samulski B, Prebor J, Armitano C, Morrison S. Coupling of motor oscillators – What really happens when you chew gum and walk? Neurosci Lett. 2019 Jan 8;698:90-96. doi: 10.1016/j.neulet.2019.01.016. Article sous presse

 Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s