Les lunettes qui déshabillent 

fig-3-full
Photo provenant de l’article

Quel praticien n’a pas rêvé de pouvoir voir à travers les tissus, jeter un oeil sur les vertèbres touchées ? Plutôt qu’utiliser des crayons dermographiques pour dessiner sur la peau les reliefs osseux, quel enseignant n’aimerait pas utiliser des lunettes permettant montrer à l’étudiant les structures profondes ?

Depuis la découverte des rayonnements ionisants, les cliniciens ont évalué les images de rayons X séparément du patient. 

L’objectif de cette étude était d’étudier la précision et la répétabilité d’une nouvelle technologie qui cherche à résoudre cette limite historique en projetant des images radiographiques anatomiquement correctes sur la peau d’une personne.

Les méthodes

13 sujets ayant passé préalablement une radiographie lombaire antéro-postérieure ont participé à l’étude. 

L’image de chaque participant a été téléchargée dans le système de réalité Hololens qui, lorsqu’il a été porté, a permis à un seul examinateur de visualiser la radiographie du participant superposée sur son dos. 

L’image projetée a été corrigée topographiquement à l’aide des informations de profondeur obtenues par le système Hololens, puis alignée à l’aide de repères anatomiques existants. 

Quelle fiabilité ? 

En utilisant cette image superposée, les niveaux vertébraux ont été identifiés et validés par rapport aux localisations des processus épineux obtenues par échographie. Ce processus a été répété 1 à 5 jours plus tard. La projection de chaque vertèbre a été jugée « sur la cible » si elle s’inscrivait dans les dimensions morphologiques connues de l’apophyse épineuse pour ce niveau vertébral spécifique.

Résultats:

Le système de projection correspondait à la cible dans 73% des cas, sans différence significative entre les sessions de test. La répétabilité moyenne de tous les niveaux vertébraux entre les sessions de test était de 77%.

Conclusion:

Une précision relative mais pas ridicule. A améliorer.

Commentaire 

Parfaitement inutile, non ? J’attend de voir avec des lunettes en 3D l’IRM du patient avec possibilité de sélectionner les différents tissus. Pour mieux les soigner ? Pas sûr, on risque de leur faire croire encore à des hernies, arthroses, ruptures, déchirures, … responsables des douleurs. Mais ça sera super de faire une leçon d’anatomie avec çà.

Références bibliographiques 

Aaskov J, Kawchuk GN, Hamaluik KD, Boulanger P, Hartvigsen J. X-ray vision: the accuracy and repeatability of a technology that allows clinicians to see spinal X-rays superimposed on a person’s back. PeerJ. 2019 Feb 13;7:e6333. doi: 10.7717/peerj.6333.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s