Cervicalgie : extenseurs ou fléchisseurs profonds ? À quelle posologie ?


1a
Photos provenant de l’article

L’étude visait à comparer les effets de l’entraînement du semi-épineux du cou (extenseur), du fléchisseur cervical profond, comparativement à un groupe contrôle.

Indicateurs 

Le NDI, l’EVA, l’angle cranio-vertébral (CV) et la force musculaire cervico-thoracique. 

Mesures initiales, après 6 semaines de traitement, à 3 mois.

Méthode 

54 personnes souffrant de cervicalgie chronique réparties au hasard en trois groupes :

  • Travail des extenseurs, 
  • Travail des fléchisseurs,
  • Groupe contrôle. 

Procédure pour le semi-épineux du cou

Technique proposée par Jochen Schumacher, sujet assis, avec résistance appliquée sur le processus épineux de C2.

Posologie 

10 secondes de contraction isométrique indolore, répétées dix fois par série, à raison de 3 séries par séance et 30 secondes de repos entre chaque série. Deux séances par semaine sur 6 semaines. 

Procédure pour les fléchisseurs profonds

Technique classique proposée par Jull et al. 

Posologie 

Comparable en temps de présence du kinésithérapeute, mais avec sollicitation sans le coussin biofeedback à raison de deux fois par jour par le patient chez lui.

Résultats

Après six semaines d’entraînement et après un suivi de 1 et 3 mois, les scores du NDI s’amélioraient beaucoup plus dans les groupes actifs que dans le groupe contrôle, à la fois pour les extenseurs (p = 0,001) et les fléchisseurs (P = 0,003). 

La douleur, comme l’angle CV ont été significativement améliorés dans les deux groupes, avec une posture probablement améliorée de façon plus importante dans le groupe fléchisseur à un mois.

La force isométrique des deux groupes s’est aussi significativement améliorée. 

Fléchisseurs ou extenseurs ?

La différence de variation du score NDI entre les deux groupes était inférieure au changement minimal détectable (10% ) à un mois. Difficile de se faire une opinion référencée, donc.

Conclusion

Les exercices des deux groupes améliorent le NDI. Les résultats concordent avec ceux d’études antérieures.

Les muscles extenseurs cervicaux sont considérés comme tout aussi importants que les fléchisseurs dans la rééducation des personnes souffrant de cervicalgie chronique.

Les exercices de résistance isométrique au niveau de C2 sont électifs du semi-épineux cervical par rapport au splenius de la tête.

Ils permettent une augmentation significative de la force des extenseurs du cou par rapport au groupe témoin.

Commentaire 

Toujours à me demander si le travail proposé par Jull en décubitus ne correspond pas en fait à un travail des extenseurs, puisque le fléchisseur profond est surtout un muscle capable de fléchir le rachis cervical supérieur plus qu’un rempart convexitaire.

Quels muscles peuvent alors réellement plaquer le cou sur le coussin, à part le semi-épineux du cou et le multifide ?


Références bibliographiques 

Sans titreSuvarnnato T, Puntumetakul R, Uthaikhup S, Boucaut R. Effect of specific deep cervical muscle exercises on functional disability, pain intensity, craniovertebral angle, and neck-muscle strength in chronic mechanical neck pain: a randomized controlled trial. J Pain Res. 2019 Mar 7;12:915-925. doi: 10.2147/JPR.S190125.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s