L’entrainement robotisé du membre supérieur parétique ne tient pas ses promesses

photo of white and brown cardboard box toy figure
Photo de Matan Segev sur Pexels.com

Les preuves avant cette étude

La formation assistée par robot permet aux patients victimes d’un AVC présentant une déficience modérée ou sévère du membre supérieur d’effectuer des tâches répétitives de manière très cohérente et adaptée à leurs capacités motrices. 

Une analyse Cochrane effectuée en 2018 (45 essais, 1619 participants) a révélé que l’entraînement du membre supérieur assisté par robot améliorait la fonction et les activités quotidiennes. 

L’importance clinique de ces différences n’est pas claire et les résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de l’hétérogénéité des études et de la variation de la qualité des études incluses. Une autre étude n’a révélé aucune différence entre ces résultats lorsque la formation assistée par robot a été comparée à la même durée ou intensité du traitement conventionnel. 

Les théories de la neuroplasticité et de l’apprentissage moteur soutiennent une approche de la rééducation basée sur la pratique répétitive de tâches fonctionnelles. 

Une revue Cochrane de 2016 (33 essais, 1853 participants) a montré que la pratique de tâches répétitives pour les patients ayant subi un AVC était associée à une amélioration de la fonction du membre supérieur et de la main. Mais encore une fois, l’importance clinique de ces résultats n’est pas claire.

Valeur ajoutée de cette étude

RATULS est le premier essai multicentrique avec une puissance statistique suffisante pour comparer la formation assistée par robot à un programme de traitement factuel de la même fréquence et de la même durée (45 minutes de thérapie en face à face, trois fois par semaine pendant 12 semaines) et aux soins habituels. 

Les auteurs n’ont trouvé aucune différence significative dans leur résultat principal concernant la fonction du membre supérieur à 3 mois entre les patients ayant subi un AVC traités avec un entraînement assisté par robot, un programme de traitement renforcé du membre supérieur (EULT) ou des soins habituels.

Bien que certaines améliorations de l’entraînement assisté par robot aient été observées en ce qui concerne les déficiences des membres supérieurs par rapport aux soins habituels, elles ne se sont pas traduites par une amélioration de la fonction des membres supérieurs ou des activités de la vie quotidienne. 

La kinésithérapie individuelle classique a entraîné moins de déficiences des membres supérieurs, une meilleure mobilité et de meilleures activités de la vie quotidienne à 3 mois par rapport aux soins habituels. Elle était supérieure en efficacité à la formation assistée par robot pour les activités de la vie quotidienne à 3 mois.

Implications de toutes les preuves disponibles

Les résultats de l’essai RATULS ne soutiennent pas l’usage systématique de la formation assistée par robot (MIT-Manus robotic gym) chez les patients présentant une limitation fonctionnelle du membre supérieur modérée ou sévère résultant d’un AVC. 

Cet essai fournit par contre des preuves du bénéfice potentiel de la prise en charge individuelle, bien que, telle que présenté dans cet essai, elle apparaisse coûteuse. Des innovations sont nécessaires pour rendre les programmes de rééducation améliorée plus efficaces et plus rentables sur le plan clinique.

Commentaire

«Robot-assisted training cost £5387 per participant, EULT cost £4451 per participant, and usual care cost £3785 per participant».

Pour les inconvénients économiques de la rééducation individuelle, ils ont juste à payer les physios anglais au prix des kinésithérapeutes français. Vous avouerez que c’est quand même couillon de débourser l’équivalent de 93,33 € par séance de 30 minutes.


Références bibliographiques 

Sans titreProf Helen Rodgers, Helen Bosomworth, Hermano I Krebs, Prof Frederike van Wijck et al. Robot assisted training for the upper limb after stroke (RATULS): a multicentre randomised controlled trial. The Lancet. Open AccessPublished:May 22, 2019DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(19)31055-4

(Article en accès libre) 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s