Limitations articulaires coxo-fémorales & lombalgie


3

Le rachis lombo-sacré participe aux mouvements coxo-fémoraux, notamment dans le plan sagittal. Il est ainsi convenu qu’une limitation d’extension coxo-fémorale peut retentir sur l’extension lombaire. 

La perte de la rotation médiale faisait partie des règles de prédiction cliniques reconnues depuis l’étude de Childs, en 2004, dans l’intérêt d’une prise en charge manipulative de la lombalgie aiguë. Quand on interrogeait l’un des auteurs de cette règle sur le pourquoi de la rotation médiale limitée, il devenait plus évasif en avançant qu’il fallait rechercher plutôt une asymétrie dans les rotations plutôt qu’un secteur angulaire limité. 

Donc, en fait, où en est-on ?

Une revue systématique portant sur 24 études s’est penchée sur la question. 

L’amplitude de flexion de la hanche a été mesurée dans sept études, l’extension dans 13, la rotation médiale dans 14, la rotation latérale dans 13, l’abduction dans six et l’adduction dans deux études seulement. 

Parmi toutes les directions testées, la rotation médiale a été rapportée dans plusieurs études comme significativement réduite chez les sujets lombalgiques par rapport aux individus en bonne santé. 

Dans l’ensemble, la qualité des preuves était très faible. 

Les sources les plus communes de biais d’étude comprenaient l’absence de justification de la taille de l’échantillon, l’évaluation en aveugle des résultats, l’ajustement pour tenir compte des facteurs de confusion et les fausses déclarations (!).

Ce qu’il faut en retenir 

  • Il existe des preuves de très faible qualité pour soutenir une association entre les limitations articulaires de hanche et la lombalgie 
  • La rotation médiale est la principale direction pouvant être prise en compte pour l’évaluation chez les patients lombalgiques.
  • L’évaluation de l’extension de la hanche doit faire la distinction entre l’examen de l’extensibilité des fléchisseurs et le bilan articulaire.

Commentaires 

Ce qui peut expliquer cette apparente absence de résultats plus marqués, c’est :

  • Le fait que les limitations sont de faibles amplitudes, pouvant être en deça des capacités discriminatives des goniomètres et inclinomètres utilisés
  • Que tous les lombalgiques ne sont pas forcément limités au niveau coxo-fémoral
  • Qu’il y a une différence entre un défaut d’extensibilité d’un muscle poly-articulaire et un défaut de mobilité articulaire
  • Qu’il n’est pas bien possible de mesurer avec précision l’extension de hanche.

Vivement des études avec d’autres outils que nos pauvres goniomètres, …


Référence bibliographique 

X24687812Maya Abady Avman,  Peter G Osmotherly, Suzanne Snodgrass, Darren A.Rivett Is there an association between hip range of motion and nonspecific low back pain? A systematic review. Musculoskeletal Science and Practice. Volume 42, July 2019, Pages 38-51

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s