La différence de longueur des membres inférieurs après PTH

2

Les différences de longueur du membre inférieur sont courantes chez les patients ayant subi une arthroplastie totale de la hanche. 

Un chirurgien voulait savoir si la mesure de la longueur des membres inférieurs variait selon que le patient soit porteur ou non d’une PTH. Il a comparé les mesures de 99 patients porteurs de PTH à celle de 110 sujets sans PTH (appariés pour les facteurs anthropométriques).

Comme ils n’avaient pas tous une différence de longueur du membre inférieur « native », il leur a imposé une différence de longueur du membre inférieur expérimentale, incrémentée de 5, 10, 15, 20 et 30 mm sur une plateforme, et de façon bilatérale, pour analyser les comportements du bassin et du rachis.

Il a comparé une mesure au mètre-ruban à la radiographie pelvienne et à la rasterstéréographie.

Les allemands aiment bien les applications à partir de photographies moirées. Ici le système, c’est Formetric 4D (Diers International GmbH, Schlangenbad, Germany).

La mesure au mètre-ruban est réalisée entre EIAS / malléole médiale.

Les changements de position pelvienne (obliquité pelvienne et rotation pelvienne) et les effets sur la posture rachidienne (rotation et inclinaison latérale) ont été mesurés et analysés par topographie de surface. 

L’obliquité du bassin y correspond à l’obliquité des fossettes de Mikaelis (une fossette plus haute que l’autre). Le système permet aussi de déterminer la rotation pelvienne (une fossette plus antérieure que l’autre).

Valeurs 

Une moyenne de différence de longueur entre les membres inférieurs de 0,9 ± 14,8 mm est retrouvée au mètre-ruban. 

Une inclinaison pelvienne de l’ordre de 1,2 ± 11,6 mm est retrouvée à la radiographie. Elle est de 0,9 ± 7,9 mm en mesure topographique de surface. 

Validité 

Les auteurs ont utilisé le coefficient de corrélation de Pearson. La mesure au mètre-ruban est faiblement corrélée à la mesure rastéréographique (r = 0.304; p = 0.004), très faiblement avec la mesure radiographique (r = 0.285; p = 0.032). L’obliquité mesurée par rastéréographie est aussi faiblement corrélée à la radiographie (r = 0.494; p<0.001).

Discussion 

La différence de longueur du membre inférieur après la PTH est assez courante et doit souvent être traitée. Cette étude indique que les patients porteurs de PTH semblent plus sujets aux adaptations rachidiennes que les sujets sains. Cela qui conforte cette option thérapeutique, mais en gros, quelles sont les valeurs courantes ?

Selon la littérature, les différences de longueur du membre inférieur varient entre 3 et 17 mm après PTH. 

Manifestement, les outils permettant une mesure précise ne sont pas encore à la portée de la bourse du kinésithérapeute…

Conclusion des auteurs

Simuler une différence de longueur du membre inférieur entraine des changements significatifs de la position du bassin et du rachis avec ou sans PTH. Ils apparaissent plus importants avec PTH.


Références bibliographiques 

Betsch M, Michalik R, Graber M, Wild M, Krauspe R, Zilkens C. Influence of leg length inequalities on pelvis and spine in patients with total hip arthroplasty. PLoS One. 2019 Aug 27;14(8):e0221695. doi: 10.1371/journal.pone.0221695.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s