Le STarT Back Screening Tool


man old depressed headache
Photo de Gerd Altmann sur Pexels.com

Une mise à jour à la suite d’une dernière étude parue sur le sujet.

Le STarT Back Screening Tool permet de se prononcer sur le pronostic des lombalgies en classant les patients en trois groupes (faible risque, risque moyen, risque majeur de suites défavorables), à l’aide d’un score global et d’un sous-groupe mettant en évidence le caractère dépressif du patient [1].

Il ne comporte que 9 items, et permet de proposer une prise charge spécifique en fonction de ce risque (approche STarT Back) qui apparait pertinente [3]. Il a été traduit et validé en français [2], est d’une fiabilité excellente et présente une bonne corrélation avec le score Roland-Morris Disability Questionnaire.

Sur le sujet, voir les notes déjà anciennes sur AK de Christophe Demoulin et de Yannick

Les 9 items du STarT Back originel 

Items Cotations 
1- à un moment donné, au cours des 2 dernières semaines, mon mal de dos s’est propagé dans mon/mes membre(s) inférieur(s) D’accord 0 / pas d’accord 1
2- à un moment donné, au cours des 2 dernières semaines, j’ai eu mal à l’épaule ou au cou D’accord 0 / pas d’accord 1
3- je n’ai parcouru à pied que de courtes distances à cause de mon mal de dos D’accord 0 / pas d’accord 1
4- Au cours des 2 dernières semaines, je me suis habillé(e) plus lentement que d’habitude à cause de mon mal de dos D’accord 0 / pas d’accord 1
5- il n’est pas vraiment prudent pour une personne dans mon état d’être actif sur le plan physique D’accord 0 / pas d’accord 1
6- j’ai souvent été préoccupé(e) par mon mal de dos D’accord 0 / pas d’accord 1
7- Je considère que mon mal de dos est épouvantable et j’ai l’impression que cela ne s’améliorera jamais.  D’accord 0 / pas d’accord 1
8- de manière générale, je n’ai pas apprécié toutes les choses comme j’en avais l’habitude à cause de mon mal de dos D’accord 0 / pas d’accord 1
9- globalement, à quel point votre mal de dos vous a t-il gêné(e) au cours des deux dernières semaines ? Pas du tout 0 /  Un peu 0 / Modérément 0 / Beaucoup 1 / Extrêmement 1

Polyvalence 

L’objectif de cette étude [4] était de comparer une version modifiée du STarT (mSBT) et des mesures cliniques et psychologiques chez des personnes souffrant de douleurs lombaires, du cou, de l’épaule et du genou.
L’hypothèse était que les relations entre les scores de mSBT et les scores de mesures cliniques et psychologiques seraient similaires dans les conditions de douleur musculo-squelettique incluses et que par conséquent, le STarT pourrait être un outil employé pour d’autres souffrances que pour la région lombaire.

Conception :

Analyse secondaire transversale.

Méthodes :

Les participants ayant une lombalgie (n = 118), une cervicalgie (n = 92), une scapulalgie (n = 106) ou une gonalgie (n = 111) ont été recrutés et un mSBT a été développé.

Des modèles de régression linéaire ont été développés, les variables cliniques (état de santé, intensité de la douleur et incapacité) et psychologiques (kinesiophobie, catastrophisation, évitement de la peur, anxiété, symptômes dépressifs et auto-efficacité) comme variables dépendantes. Les variables de la région démographique et de la douleur ont été entrées dans la première étape, les scores de mSBT ont été entrés dans la deuxième étape et les interactions de la région de la douleur × mSBT ont été entrées dans la dernière étape (?).

Résultats :

Dans les modèles finaux, aucune interaction n’a été identifiée, ce qui suggère que les scores de mesure dépendants ne diffèrent pas selon la région de la douleur. Les scores les plus élevés de mSBT ont été associés à un état de santé et à un sentiment d’auto-efficacité inférieurs et à des niveaux plus élevés d’intensité de la douleur, d’incapacité, de kinésiophobie, de catastrophisation, d’évitement, de peur, d’anxiété et de symptômes dépressifs.

Limites :

L’étude était limitée aux patients douloureux venant consulter un physiothérapeute. Le mSBT utilisé dans cette étude n’est pas rigoureusement prêt pour une mise en œuvre clinique.

Conclusions :

Les résultats de cette étude soutiennent la faisabilité d’utiliser une mesure unique pour une évaluation précise des risques dans différentes souffrances musculo-squelettiques. D’autres études longitudinales sont nécessaires pour déterminer la validité du mSBT chez les personnes souffrant de douleurs lombaires, cervicales, à l’épaule et au genou.

Le but de cette étude était d’évaluer la validité prédictive du SBT pour la qualité de vie liée à la santé et à la capacité de travailler sur un suivi à long terme dans une population souffrant de lombalgie ou de cervicalgie aiguë ou subaiguë.

Utilité dans les cervicalgies

art back view black and white dark

Recueil des données 

Données prospectives de 35 centres de soins primaires dans le sud de la Suède en 2013.

Participants 

Les patients (n = 329) souffraient de douleurs au dos et / ou au cou, aiguë ou subaiguës. Il étaient âgés de 18 à 67 ans, non en arrêt de travail ou ayant moins de 60 jours de congé maladie. Ils ont été invité à remplir le SBT lorsqu’ils ont demandé un traitement de physiothérapie. 

Des mesures de suivi à long terme (médiane de 13 mois, extrêmes de 11 à 27 mois) de la qualité de vie (EQ-5D) et de l’aptitude au travail (indice d’aptitude au travail) ont été complétées par 238 patients (72%).

Résultats 

La capacité prédictive du SBT pour la qualité de vie et la capacité de travail ont été examinées à l’aide du test de Kruskal-Wallis, de la régression logistique et d’une courbe ROC. 

Résultats 

103 (43%), 107 (45%) et 28 (12%) patients ont été considérés comme étant à risque faible, moyen et élevé. 

Il y avait des différences statistiquement significatives dans la qualité de vie (p <0,001) et l’aptitude au travail (p <0,001) lors du suivi entre les trois groupes à risque. 

Les patients du groupe à risque élevé présentaient un risque significativement plus élevé d’avoir une faible qualité de vie (OR 6,16, IC95%[1,50 à 25,26]) et une capacité de travail médiocre (OR 5,08, IC95%[1,75 à 14,71]) par rapport au groupe considéré comme à risque faible. 

L’aire sous la courbe était de 0,73 IC95%[0,61 à 0,84] pour la qualité de vie et de 0,68 IC95%[0,61 à 0,76] pour la capacité de travail.

Start Back Screening Tool Références bibliographiques Comparaison Se Sp RV+ RV-
Discrimination d’un risque haut pour une médiocre qualité de vie Forsbrand 2018 Suivi sur le long terme 0,39 0,92 4,53 0,67
Discrimination d’un risque haut pour la difficulté à travailler Forsbrand 2018 Suivi sur le long terme 0,22 0,95 4,27 0,82

Conclusion des auteurs

Le SBT est un outil approprié pour identifier les patients présentant une qualité de vie médiocre sur le long terme et / ou des résultats au travail médiocres dans une population de cervicalgiques ou lombalgiques aiguës / subaiguës. 

Il peut-être un complément utile à l’évaluation et à la pratique de la physiothérapie en première intention.

Mon avis 

Cette étude [Forsbrand 2018] est plutôt mi-figue mi-raisin. Les courbes ROC ne sont pas extraordinaires, les ratios de vraisemblance non plus. Dommage, car les études précédentes semblaient être plus favorables à son emploi. C’est le fait de l’étude multicentrique ? Le fait de mélanger les cervicalgiques et les lombalgiques ? Le fait d’avoir choisi des valeurs seuils particulières ? Chuis déçu. 

Réactivité

Une étude [Medeiros 2019] vient de tester sa réactivité à six semaines et à six mois. Il s’agit d’une analyse secondaire de deux études précédentes incluant 348 participants souffrant de lombalgie non spécifique. Le SBST a été comparé à trois évaluations (GRoC, déficit et intensité de la douleur).

Il présente une réactivité élevée après six semaines à un risque moyen et élevé et une faible réactivité à un sous-groupe à faible risque, ce qui est un peu ce qu’on lui demande. Il présente une réactivité élevée à tous les sous-groupes à six mois.

Les cliniciens peuvent utiliser le SBST en toute confiance pour mesurer les changements dans le temps en termes de classification du risque.


Références bibliographiques :

[1] Bruyere O et al. ‘Translation validation of a new back pain screening questionnaire (the STarT Back Screening Tool) in French’ Archives of Public Health.The official journal of the Belgian Public Health Association 2012 70:12

Accès à l’article

[2] Bruyère O et al. Validity and Reliability of the French version of the STarT Back Screening Tool for patients with low back pain. Spine (Phila Pa 1976). 2013 Oct 9.

Forsbrand MH, Grahn B, Hill JC, Petersson IF, Post Sennehed C, Stigmar K. Can the STarT Back Tool predict health-related quality of life and work ability after an acute/subacute episode with back or neck pain? A psychometric validation study in primary care. BMJ Open. 2018 Dec 22;8(12):e021748. doi: 10.1136/bmjopen-2018-021748.

Articles en rapport avec le sujet

[3] Hill JC et al. Comparison of stratified primary care management for low back pain with current best practice (STarT Back): a randomised controlled trial. Lancet. 2011;378(9802):1560-71.

[4] Katie A. Butera; Trevor A. Lentz; Jason M. Beneciuk; Steven Z. George Preliminary Evaluation of a Modified STarT Back Screening Tool Across Different Musculoskeletal Pain Conditions. Physical Therapy, Volume 96, Issue 8, 1 August 2016, Pages 1251–1261.

Accès à l’article

Medeiros FC, Costa LOP, Oliveira IS, Costa LDCM. A Responsiveness Analysis of the STarT Back Screening Tool in Patients With Non-Specific Low Back Pain. J Orthop Sports Phys Ther. 2019 Aug 23:1-34. doi: 10.2519/jospt.2019.8776. Article en pré-publication.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s