Technique fonctionnelle lombo-sacrée


Une étude contrôlée randomisée pragmatique en simple-aveugle réalisée dans la clinique de physiothérapie d’un département de recherche de l’Université des Sciences de la Santé d’Almeiria (Espagne) s’est intéressée à une technique dite fonctionnelle lombo-sacrée. 

Population-cible : 

Patients de 45 ± 7 ans, souffrant de lombalgie chronique, dont 62% de sujets féminins. 

Procédure : 

3

Le patient est en décubitus, le praticien assis à son côté. Le praticien place son avant-bras sur la table, en supination, main ouverte. Le patient, jambes en crochet, laisse glisser la main du praticien sous son sacrum, en soulevant les fesses ; il se repose ensuite sur la main du praticien et allonge ses jambes. Les pulpes des doigts de la main dorsale sont en contact de l’articulation L5-S1. 

Alors que dans une technique passive classique, les mouvements sont imposés au patient, dans cette technique dite fonctionnelle, le praticien doit prendre en compte la réponse des tissus et adapter ses manoeuvres à son ressenti palpatoire. L’avant-bras ventral est posé en appui sur les rebords antérieurs des os coxaux ; le praticien peut ainsi réaliser une augmentation ou une diminution de la distance entre les EIAS à l’aide de l’avant-bras et de la main, tandis que la main dorsale tracte le sacrum en direction caudale, réalisant une décompression et une contre-nutation. 

Le patient respire normalement lors de la technique, qui dure de l’ordre de 9 à 10 cycles respiratoires. 

Posologie : 

Une séance par semaine pendant trois semaines, chaque séance durant moins de 5 minutes. 

Évaluateurs : 

Roland-Morris Disability Questionnaire (RMQ), Oswestry Low Back Pain Disability Index (ODI), EVA, Tampa Scale of Kinesiophobia (TSK),  questionnaire SF-36, force isométrique des abdominaux (McQuade test), distance doigt-sol en antérieur, recueillis avant l’expérimentation, immédiatement et un mois après, par un évaluateur en aveugle de l’allocation du patient. 

Validité : 

Boussole.pngComparativement à une prise en charge avec manipulation vertébrale thoracique inférieur et lombaire (rouleau lombaire en ouverture du côté douloureux), la technique est statistiquement moins efficace au RMQ comme à l’ODI, mais elle procure les mêmes bénéfices pour les autres évaluations. De fait, les avantages sur les déficits ne sont pas cliniquement significatifs sur le court-terme pour la technique fonctionnelle comme pour la manipulation vertébrale. 


Références bibliographiques : 

Adelaida María Castro-Sánchez, Inmaculada C. Lara-Palomo, Guillermo A. Matarán-Peñarrocha, César Fernández-de-las-Peñas, Manuel Saavedra-Hernández, Joshua Cleland, María Encarnación Aguilar-Ferrándiz, Short-term effectiveness of spinal manipulative therapy versus functional technique in patients with chronic non-specific low back pain: a pragmatic randomized controlled trial., The Spine Journal (2015), 

Résumé disponible en ligne 

Articles similaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s