Psycho-kinésithérapie de la cervicalgie attribuée à un fléau cervical


woman about to wear half face mask
Photo de VICTOR SANTOS sur Pexels.com

Il y a quelques années, Michele Sterling avait conçu un livret à l’usage des patients souffrant de whiplash. Une belle étude du Lancet utilisant ce livret en avait conclu que de faire une seule séance de kinésithérapie ou en faire 20 apportait les mêmes résultats sur un patient souffrant de cervicalgie attribuée à un fléau cervical. Damned !

Apparemment, Michele Sterling n’en est pas resté là puisqu’elle propose une prise en charge basée sur la gestion du stress en complément de la kinésithérapie [1]. 

Une première étude préliminaire parue dans le Journal Of Physiotherapy [2] décrivait par le menu ce type de traitement. Il ne s’agissait pas d’une prise en charge conjointe d’un psychologue et d’un kinésithérapeute mais de la seule intervention de ce dernier.

La conclusion vient de paraître dans le BJSM et semble nous encourager à délivrer ce type de message pour obtenir un bénéfice cliniquement significatif en lieu et place d’une absence d’efficacité…

108 sujets présentant une cervicalgie attribuée à un fléau cervical, moins de 4 semaines après le traumatisme et présentant un risque de récupération médiocre, ont participé au hasard à :

  • Un groupe expérimental qui comporte une prise en charge intitulée stress inoculation training (SIT) (difficile de traduire ça par exercice d’inoculation du stress…) couplé à une prise en charge basée sur des guides cliniques (n = 53) ou,
  • Cette dernière prise en charge isolée (n = 55). 

Les sujets ont été évalués à 6 semaines et à 6 et 12 mois après la randomisation. L’analyse a été faite en intention de traiter.

Procédure d’inoculation

L’intervention SIT comprenait des séances de reconnaissance de l’effet du stress sur la douleur, des stratégies de modulation du stress, la résolution de problèmes et l’adaptation à la résolution des problèmes, ainsi que le transfert de ces compétences à la vie quotidienne.

Posologie 

Les deux interventions comportaient 10 séances réparties sur 6 semaines. Chaque séance durait au maximum 50 minutes.

Résultats 

La combinaison du SIT et de l’exercice a été plus efficace que l’exercice seul à propos de l’indicateur principal (Neck Disability Index) à toutes les dates de suivi. 

Un avantage significatif du SIT et de l’exercice par rapport à l’exercice seul a également été trouvé pour certains indicateurs secondaires.

Commentaire 

Encore une étude qui démontre que ça va mieux quand le discours vient appuyer la technique. Même sur le long terme.

Moyennes du NDI et écarts-type Au départ 6 semaines 6 mois 12 mois
SIT 44.9 ± 13.9 25.5 ± 18.5 24.8 ± 19.9 23.6 ± 20.2
Groupe contrôle 41.7 ± 11.2 33.1 ± 16.4 27.9 ± 16.2 28.7 ± 17.1

Références bibliographiques 

[1] Sterling M, Smeets R, Keijzers G, Warren J, Kenardy J. Physiotherapist-delivered stress inoculation training integrated with exercise versus physiotherapy exercise alone for acute whiplash-associated disorder (StressModex): a randomised controlled trial of a combined psychological/physical intervention. Br J Sports Med. 2019 Oct;53(19):1240-1247. doi: 10.1136/bjsports-2018-100139.

Articles en rapport avec le sujet

[2] Ritchie C, Kenardy J, Smeets R, et al. StressModEx–Physiotherapist-led Stress Inoculation Training integrated with exercise for acute whiplash injury: study protocol for a randomised controlled trial. J Physiother 2015;61:157.