Posturologues recherchent paramètre utile


Le signal obtenu sur une plateforme de stabilométrie peut être interprété par une flopée de variables. La vitesse des oscillations semblait être le paramètre principal, mais on voit ça et là encore l’utilisation de la surface du stabilogramme, l’analyse des fréquences remarquables à partir de la transformée de Fourrier. Or même là, dans ce qu’il paraît aujourd’hui… 

L’ellipse de confiance

steel wool photography
Photo de Ivandrei Pretorius sur Pexels.com

Dans un article très technique dont je n’ai pas saisi toute la quintessence, les auteurs considèrent que l’ellipse de confiance doit désormais porter le nom d’ellipse prédictible (my own translation for prediction ellipse…), puisque l’ellipse de confiance est pour eux inappropriée pour mesurer les différentes positions prises par le centre de pression. 

Rappelons que l’ellipse de confiance est la surface recouvrant habituellement 95% des positions instantanées du centre de pression lors de l’examen stabilométrique. 

Adieu la surface du stabilogramme ? 


Références bibliographiques : 

Schubert P, Kirchner M. Ellipse area calculations and their applicability in posturography. Gait Posture. 2014 Jan;39(1):518-22. doi: 10.1016/j.gaitpost.2013.09.001. 

Résumé disponible en ligne 

Articles en rapport avec le sujet 


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Vendredi 24 Janvier 2014


L’analyse par ondelettes

beach
Photo de brenoanp sur Pexels.com

La transformée de Fourier était un outil mathématique permettant de mettre en évidence des fréquences d’oscillations du patient debout dès lors qu’elle étaient répétitives et remarquables. L’exemple le plus simple en est la respiration qui, à raison de 12 cycles par minutes en situation calme, peut être représentée sur le signal recueilli par la plateforme par une fréquence remarquable de 0,2 Hz normalement dans le plan sagittal. On peut imaginer qu’une plateforme performante pourrait recueillir aussi les oscillations cycliques liées aux battements cardiaques. 

En pratique, elle a vocation de mettre en évidence des fréquences «pathologiques», en rapport avec la souffrance d’un individu. 

Cette étude prône l’utilisation de l’analyse par ondelettes à la place des transformées de Fourier. 

C’est bien compliqué, tout ça… 

Les auteurs de cette étude ont analysé la fatigue des muscles cervicaux de sujets sains et concluent qu’il existe un impact de cette fatigue sur la trace stabilométrique pour certaines fréquences, mises en évidence à l’aide de cette analyse par ondelettes. Adieu les transformées de Fourier ? 


Références bibliographiques : 

Liang Z, Clark R, Bryant A, Quek J, Pua YH. Neck musculature fatigue affects specific frequency bands of postural dynamics during quiet standing. Gait Posture. 2014 Jan;39(1):397-403. doi: 10.1016/j.gaitpost.2013.08.007. 

Résumé disponible en ligne 

Articles en rapport avec le sujet 

Commentaire : 

Lorsque ma voiture a des ratés, je vais voir le mécanicien qui fouille sous le capot, éventuellement maintenant en branchant son ordinateur de tests sur la prise de mon auto et, de façon assurée et rassurante, il relève au bout d’un moment la tête pour émettre un charabia du style «c’est le clapet de la pompe du calorstat qui chauffe sur le régulateur du delco, ça le fait souvent sur les modèles diesel de cette série». Mon intervention s’est juste limitée à lui indiquer mes symptômes, ma plainte. 

De même que je n’imagine pas les confrères adeptes de rééducation uro-gynécologique relever la tête de dessous les jupes de leurs patientes pour proférer doctement «c’est le noyau fibreux central du périnée qui repousse le cul de sac de Douglas à cause de la traction des bandes sacro-recto-génito-pubiennes, ça le fait souvent sur les berrichonnes du Cher passé la quarantaine», il semble difficile d’imaginer aujourd’hui qu’un kinésithérapeute puisse avoir une action technique sans aucune concertation avec le patient. 

Or c’est ce qui me pose problème avec cette plateforme : à moins de faire un cours de posturologie clinique à chaque patient (impossible !), ce dernier ne peut s’impliquer dans son traitement, relier les variables avec son état de santé, comprendre. Il peut juste avoir l’impression que je maîtrise un outil compliqué, parce que je suis celui qui détient la connaissance,  jonglant avec le compte-rendu de posturo comme un pilote en finale analyse les données de son Airbus. 

A la vue des écrits présents, s’il savait…