Mise en tension globale neuro-méningée de type Mézières et cervicalgies


La rééducation posturale globale (RPG) a montré des résultats positifs pour les patients atteints de troubles musculo-squelettiques, mais aucun essai contrôlé randomisé préalable n’a étudié son efficacité comme seule procédure pour les patients adultes atteints de douleur cervicale chronique non spécifique. 

Objectif : 

Le but de cette étude italienne était d’évaluer l’efficacité de l’application de RPG par rapport à une intervention de thérapie manuelle chez les patients atteints de cervicalgie chronique non spécifique. 

Conception : 

Étude contrôlée randomisée. 

Les patients : 

Quatre-vingt-quatorze patients atteints de cervicalgie chronique non spécifique (72 femmes et 22 hommes, âge moyen = 47,5 ans, écart-type = 11,3) ont été assignés au hasard pour recevoir une intervention RPG ou une intervention de thérapie manuelle. 

Mesures de résultat : 

L’intensité de la douleur (échelle analogique visuelle), l’invalidité (Neck Disability Index), amplitudes de mouvement du cou et la kinesiophobie (Tampa Scale of Kinesiophobia) ont été évalués. 

Méthodes : 

Le groupe expérimental a bénéficié de RPG, et le groupe de référence de thérapie manuelle. Les deux groupes ont bénéficié de neuf séances de 60 minutes en acte individuel. 

Tous les participants ont été invités à suivre des conseils ergonomiques et à effectuer des exercices à domicile. Les mesures ont été évaluées avant le traitement, après le traitement et à 6 mois. 

Procédures : 

Sans titre
Photo provenant de l’article

Dans cette étude, seulement 2 postures en décubitus ont été utilisées parmi les 8 postures thérapeutiques différentes de la méthode RPG, destinées à étirer les chaînes antérieure et postérieure. Elles sont décrites par le menu dans l’article. 

Sans titre
Moelle épinière cervicale lors de l’extension et de la flexion du cou (d’après Breig)

Pour la thérapie manuelle, le programme comprenait traction cervicale axiale et mise en tension musculo-aponévrotiques (scalènes élévateurs de la scapula, trapèze supérieure, SCM, petit pectoral) pendant au moins 30 minutes. Puis, une mobilisation passive postéro-antérieure de type Maitland, mouvements lents de grade II de C0-C1 à C7-T1 pendant environ 1 minute pour chaque niveau cervical. Le massage du cou et de l’épaule à l’huile d’amandes douces terminait la séance pendant environ 15 minutes. 

Résultats : 

Aucune différence de base importante n’a été trouvée entre les groupes. Le groupe expérimental a présenté une réduction statistiquement significative de la douleur suite au traitement et au handicap 6 mois après l’intervention par rapport au groupe de référence. 

Limites : 

La randomisation n’a pas conduit à des groupes complètement homogènes. Il a également été noté que le temps passé à intégrer, en routine quotidienne, les mouvements pratiqués pendant la séance, a été demandé uniquement aux participants du groupe GPR, ce qui peut avoir eu un impact sur l’adhésion du patient et contribuer à un meilleur résultat. 

Conclusions : 

Les résultats suggèrent que la RPG était plus efficace que la thérapie manuelle pour réduire la douleur après le traitement et pour réduire l’incapacité au suivi de 6 mois chez les patients atteints de cervicalgie chronique non spécifique. 


Oldies but goldies, quelques études passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Lundi 11 Septembre 2017


Commentaire : 

Cette étude à la sauce bolognaise n’a pas l’air d’être trop mal foutue. Les thuriféraires de Françoise M. vont pouvoir se réjouir, les «Maitlandistes» discuteront les conclusions, mais à la vue de la posture ici en photo, il y a bien une explication de l’intérêt de la rééducation globale posturale dans les rachialgies, qui ne passe pas par les muscles, mais par la mise en tension des chaînes neuro-méningées. Les méziéristes pourront continuer à appliquer leur méthode désormais labellisée « evidence based practice« . Il leur suffira juste de cesser de cibler le muscle et ses aponévroses. 

 


Référence bibliographique :

Paolo Pillastrini, Fernanda de Lima e Sá Resende, Federico Banchelli, Anna Burioli, Emanuele Di Ciaccio, Andrew A. Guccione, Jorge Hugo Villafañe, Carla Vanti. Effectiveness of Global Postural Re-education in Patients With Chronic Nonspecific Neck Pain: Randomized Controlled Trial. Physical Therapy, Volume 96, Issue 9, 1 September 2016, Pages 1408–1416

Article disponible en ligne