Courir une fois par semaine, c’est bien et ça suffit


man wearing black tank top and running on seashore
Photo de Leandro Estock sur Pexels.com

Les auteurs de cette revue systématique avec méta-analyse se sont penchés sur les bienfaits supposés de la course à pied. Ils voulaient :

  1. Connaitre l’impact de cette activité sur la mortalité en général, celle liée à des pathologies cardio-vasculaires ou au cancer.
  2. Savoir s’il y a une relation dose-effet sur cette pratique et ses avantages thérapeutiques.

Quatorze études provenant de 6 études prospectives (232 149 sujets en tout) ont été incluses. 

25 951 morts ont été enregistrées lors des suivis portant sur des durées de 5.5 à 35 ans. 

Le fait de courir est associé respectivement à une diminution de 27% du risque de mortalité globale, de 30% lié à des troubles cardio-vasculaires, de 23% lié au cancer. 

Le hazard ratio** cumulé et ajusté est respectivement de 0.73 IC95%[0.68 à 0.79], 0.70 IC95%[0.49 à 0.98], 0.77 IC95%[0.68 à 0.87], comparativement au fait de ne pas pratiquer la course à pied. 

Il n’a pas été retrouvé de relation dose-réponse

Même les plus petites doses de course examinées dans les études disponibles (≤ 1 fois par semaine, moins de 50 minutes par semaine, à moins de 9 km/h et avec une dépense inférieure à 500 MET / min / semaine) se sont avérées conférer des avantages significatifs en termes de mortalité, toutes causes confondues. 

Il n’y a aucune preuve que les avantages sur la mortalité augmentent en courant plus. 

Commentaire interrogatif

Parmi les sujets, il y a :

  • Des sujets incapables de courir,
  • Des sujets capables de le faire mais ne le faisant pas,
  • Des sujets courant régulièrement.

Je serais curieux de savoir si les conclusions auraient été les mêmes sur une étude portant sur les capacités à courir (témoignage d’une bonne santé) plutôt que sur le fait de le faire régulièrement.

Autrement dit, est-ce que le fait de courir a un effet protecteur ou que tout simplement ceux qui ne peuvent pas le faire jouissent d’une moins bonne santé ? Puisqu’il n’y a pas de relation dose-effet, peut être que les auteurs ont simplement recensé qu’une partie des sujets en bonne santé, ceux qui courent…

** sur le sujet lire cet article de pour savoir quelles auraient été vos chances de survie sur le Titanic.


Références bibliographiques 

Zeljko Pedisic, Nipun Shrestha, Stephanie Kovalchik et al. Is running associated with a lower risk of all-cause, cardiovascular and cancer mortality, and is the more the better? A systematic review and meta-analysis. Br J Sports Med 2019;0:1–9. doi:10.1136/bjsports-2018-100493 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s