Il faut arrêter de parler de sciatique L5 ou de sciatique S1


Sciatique transparent

Les cliniciens désignent la distribution de la douleur à la jambe comme un élément important dans le diagnostic de l’atteinte des racines nerveuses. 

Cette étude visait à identifier : 

  • Si les douleurs radiculaires correspondaient à un dermatome précis
  • Si elles permettaient au clinicien de déterminer la racine nerveuse impliquée

Méthodes 

Une étude transversale sur la précision du diagnostic chez des patients adultes souffrant de névralgie sciatique a été réalisée dans un hôpital danois. 

Tous les patients présentaient des signes neurologiques positifs ( une moyenne de 2,8 signes – hypoalgésie, réflexes diminués, faiblesse musculaire, straight leg raising test). 

Dans une premier temps, les diagrammes de douleur de 93 patients avec une IRM et une hernie discale à un niveau confirmée cliniquement avec compression des racines nerveuses ont été numérisés et superposés pour former une image composite des modèles radiculaires des racines nerveuses L5 et S1, qui ont ensuite été comparés aux dermatomes publiés. 

Dans le deuxième temps, les auteurs ont mesuré de manière prospective le pouvoir discriminant des schémas de douleur identifiés. 

La précision a été calculée pour trois groupes de six cliniciens lors de la classification de la racine nerveuse affectée selon une séquence randomisée de 53 patients, lorsque les schémas de douleur composites n’étaient pas montrés, montrés brièvement ou continuellement. 

Dans chaque groupe se trouvaient deux chiropraticiens, deux médecins et deux physiothérapeutes.

Résultats 

Les schémas de douleur des racines nerveuses L5 et S1 se chevauchent largement, mais présentent certaines caractéristiques distinctives. 

Ces profils de douleur présentaient un chevauchement d’environ 50 à 80% avec les dermatomes publiés. Les cliniciens n’ont pas été en mesure de déterminer avec une exactitude supérieure à la chance si le dessin d’une douleur individuelle provenait d’une personne dont la racine nerveuse était compromise. L’utilisation des dessins de douleur composites n’a pas amélioré cette précision.

Conclusions

Bien que la distribution de la douleur puisse indiquer une radiculopathie, la compression de la racine nerveuse L5 ou S1 ne présentait qu’une approximation de celle des dermatomes sensoriels, et les connaissances spécifiques au niveau de la douleur radiculaire n’aidaient pas la précision diagnostique de la racine nerveuse touchée par les cliniciens. 

Ces résultats indiquent que, seuls, les schémas douloureux fournissent des informations diagnostiques supplémentaires très limitées sur la racine nerveuse individuelle affectée.


Références bibliographiques 

danemarkaustralie

Albert HB, Hansen JK, Søgaard H, Kent P. Where do patients with MRI-confirmed single-level radiculopathy experience pain, and what is the clinical interpretability of these pain patterns? A cross-sectional diagnostic accuracy study. Chiropr Man Therap. 2019 Oct 7;27:50. doi: 10.1186/s12998-019-0273-8.

(Article en accès libre) 

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s