Le coût des troubles musculo-squelettiques aux USA : une problématique de blancs friqués


abundance bank banking banknotes
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Dans ce pays, les douleurs musculo-squelettiques y entraînent des coûts élevés et des conséquences importantes en santé publique, notamment pour les invalidités et la mortalité liée aux opioïdes. 

L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs associés à une utilisation persistante à coût élevé chez les personnes recherchant des soins de santé pour des douleurs musculo-squelettiques.

Méthodes 

Il s’agissait d’une étude de cohorte rétrospective des données de l’enquête sur les dépenses médicales (2008-2013) qui comprenait un échantillon de 12 985 sujets non placés en institution, «consommateurs» de soins de santé pour une douleur musculo-squelettique. 

Les dépenses associées aux troubles musculo-squelettiques sur deux années consécutives ont été analysées à partir des médicaments prescrits, des visites chez le médecin, des consultations externes, des visites aux urgences, des séjours à l’hôpital et des visites à domicile. 

L’utilisation à coût élevé persistante a été définie comme se situant dans le 15ème centile supérieur pour les dépenses annuelles liées à la douleur musculo-squelettique sur 2 années consécutives. 

Une analyse multivariée à servi à déterminer quelles variables socio-démographiques, sanitaires et liées à la douleur modifiables et non modifiables étaient associées à une utilisation persistante à coût élevé.

Résultats

Sans titre
Tableau issu de l’article

Environ 35% des coûts directs des douleurs musculo-squelettiques étaient concentrés parmi 4% d’utilisateurs réguliers à coût élevé. 

Les variables non modifiables associées à la classification des groupes de dépenses comprenaient l’âge, la race (sic transit), le niveau de pauvreté, la région géographique, le type d’assurance-maladie, le type de diagnostic et le nombre total de diagnostics de douleurs musculo-squelettiques. 

Les variables modifiables associées à un risque accru de classification des dépenses élevées étaient un nombre plus élevé de jours d’arrêt de travail, une plus grande interférence de la douleur et une utilisation accrue de médicaments antalgiques sur ordonnance, tandis qu’une meilleure santé physique et mentale autodéclarée était associée à un risque plus faible de classification des dépenses élevées.

Conclusion des auteurs

Les modèles de prestation de soins de santé qui identifient de manière prospective ces facteurs potentiellement modifiables peuvent améliorer les coûts et la valeur des soins pour les personnes souffrant de douleurs musculo-squelettiques sujettes à risque d’épisodes de soins coûteux.

Commentaire 

Pour un français, toujours étonnant de faire des statistiques basées sur la «race» des gens, leur ethnie.

L’avantage, pas indiqué dans le résumé, c’est que celà décrit bien les gabegies au pays du dollar. Les hommes comme les femmes, ceux du Sud comme ceux du Nord, les fumeurs et les non-fumeurs sont de consommations équivalentes, mais :

… les blancs coûtent plus chers que les noirs (race) et les hispanisants (ethnie), d’autant que leurs assurances maladie sont privées. 

Dans la discussion, les auteurs estiment qu’ils ne peuvent pas affirmer que ceux dont les coûts sont constamment élevés devraient utiliser moins de services, pourraient éviter de dépenser autant. 

Ils indiquent qu’une utilisation élevée d’antalgiques est associée à des dépenses plus élevées et mériterait une étude plus approfondie pour déterminer la causalité de cette liaison. 

Rien sur les variables liées à l’origine ethnique ou raciale (pour reprendre leur terme)… puisque l’étude porte sur les populations consommant de trop et non sur celles qui pourraient ne pas consommer assez parce qu’il faut payer.

Donc les très pauvres souffrent de troubles musculo-squelettiques et sont pris en charge par Medicare, les très riches dépensent sans compter, les autres font comme ils peuvent.

Nous passons notre temps à puiser la connaissance sur les études nord-américaines, mais il y a de fortes différences quant aux choix de sociétés de part et d’autre de l’Atlantique. On peut vouloir être payé au delà de 50 $ la séance, mais nous ne soignerons pas tout le monde et pas toujours des patients ayant rééllement besoin de nous.


Références bibliographiques 

usaLentz TA, Harman JS, Marlow NM, Beneciuk JM, Fillingim RB, George SZ. Factors associated with persistently high-cost health care utilization for musculoskeletal pain. PLoS One. 2019 Nov 11;14(11):e0225125. doi: 10.1371/journal.pone.0225125.

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s