Vous ne trouvez pas qu’il est plus gros, mon genou douloureux ?


brown and white bear plush toy
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Je ne sais pas quoi répondre à ces patients persuadés que leur genou douloureux est franchement plus gros, alors que je n’en ai pas l’impression, même une fois le flessum réduit…

Des recherches expérimentales et cliniques récentes ont mis en évidence des liens étonnants entre les représentations corporelles et la douleur. 

Des preuves expérimentales soutiennent la présence d’une analgésie induite par la vue, c’est-à-dire que le simple fait d’avoir une vision de son propre corps comparativement à un objet de référence, réduit la douleur. 

A l’heure actuelle, on peut dire qu’il peut y avoir une relation entre l’estimation du volume d’une articulation sensibilisée et l’intensité de la douleur perçue, mais guère plus, parce qu’on ne sait pas dans quel sens se produit l’illusion :

  • Le fait de faire paraître une main entière plus grande qu’elle n’est en réalité augmente l’étendue de l’analgésie dans une douleur provoquée expérimentalement, 
  • L’effet est inverse dans la douleur pathologique de la main 
  • Il n’est pas possible de déterminer quel effet se retrouve sur la douleur des mains liée à l’arthrose :

Dans ce dernier contexte pathologique, jouer à la fois sur la sensibilité tactile et la manipulation visuelle en créant une illusion visuo-tactile (augmenter visuellement la taille de la main tout en tirant doucement sur les doigts) est analgésique. Cependant, selon les auteurs, ces effets conduisent parfois à une sensation de main «plus grande» et d’autres fois de «main rétrécie», ce qui suggère que l’interprétation diffère en fonction du cerveau sollicité, ou à des différences méthodologiques selon les études.

Est-ce qu’on peut utiliser ces illusions visuelles à des fins thérapeutiques ?

La plupart des études n’évaluaient que de très petites expositions aux illusions visuo-tactiles (c’est-à-dire l’effet d’une seule intervention d’illusion), sans prendre en compte le potentiel bénéfice cumulatif d’illusions répétées ou prolongées.

Cette étude réalisée auprès de gonarthrosiques visait à déterminer si : 

  • Modifier l’aspect du genou à l’aide d’illusions avait un effet sur la douleur 
  • La répétition de ces illusions permettait un effet antalgique durable.

Elle est en accès libre et les données précédentes de ma note y sont référencées. 

Je n’en sais pas plus. Peut être simplement utiliser un mètre-ruban pour faire constater au patient que non, ce genou n’est pas plus gros que l’autre, pourrait avoir un effet thérapeutique sur l’image qu’il se fait de sa région douloureuse ?


Références bibliographiques 

australiegrandebretagneStanton TR, Gilpin HR, Edwards L, Moseley GL, Newport R. 2018. Illusory resizing of the painful knee is analgesic in symptomatic knee osteoarthritis. PeerJ 6:e5206 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s