La dégénérescence graisseuse du multifide après fléau cervical est plutôt localisée à cette région


steak meat raw herbs
Photo de mali maeder sur Pexels.com

L’infiltration graisseuse (IG) des muscles profonds du cou est avancée dans les conséquences d’une cervicalgie attribuée à un fléau cervical. 

La difficulté de mesurer avec précision cette dégénérescence sur de petits muscles, le fait que l’IG soit aussi une conséquence de l’avancée en âge, le fait que des patients peuvent être naturellement plus «gras des muscles» que d’autres induisent des études avec des conclusions contradictoires. 

L’objectif de cette étude était d’étudier à l’IRM la relation entre l’IG dans le multifide cervical et dans les membres inférieurs sur :

  • 31 sujets atteints de troubles chroniques associés au coup de fouet cervical (stratifiés en un groupe avec des souffrances légères / modérées et un groupe avec des souffrances sévères), 
  • 31 sujets témoins appariés selon l’âge et le sexe. 

Le multifide cervical a été utilisé pour représenter les muscles censés être les premiers exposés au traumatisme cervical et tous les muscles en dessous de l’articulation de la hanche représentaient des muscles éloignés du site du traumatisme. 

L’IG a été déterminée par la mesure de la fraction de graisse dans les coupes musculaires. 

Il y avait une corrélation linéaire entre l’IG locale et distale (p <0,001, r2 = 0,28). 

La corrélation est restée significative lors de l’ajustement pour l’âge et le groupe cervicalgie attribuée à un fléau cervical (p = 0,009) ainsi que lors de la correction pour l’âge, le groupe cervicalgie attribuée à un fléau cervical et l’IMC (p = 0,002). 

Il y avait une corrélation entre l’IG locale et distale dans le groupe cervicalgie sévère (p = 0.0016, r2 = 0,69) et dans le groupe sain (p = 0.022, r2 = 0,17) mais pas dans le groupe cervicalgie légère / modérée (p = 0.29, r2 = 0,06). 

Aucune différence significative (p = 0,11) n’a été retrouvée dans l’IG des membres inférieurs entre les différents groupes n’a été trouvée. 

L’absence de différences entre les groupes en termes d’IG des membres inférieurs indique que, dans cette population particulière, le traumatisme du coup de fouet cervical a plutôt un effet local sur la dégénérescence graisseuse musculaire plutôt qu’un effet général.

Ce qui est avancé dans la discussion 

L’âge et l’IMC agissent comme facteurs de confusion potentiels dans l’IG rencontrée dans la cervicalgie attribuée à un fléau cervical. 

Une atteinte sévère montre une forte corrélation entre les observations du multifide et des muscles distaux, une atteinte légère ou modérée n’en montre pas. 

Le temps écoulé depuis le traumatisme n’est pas corrélé à l’atteinte du multifide. Peut être parce que des individus ont déjà une IG plus élevée avant le traumatisme. 

Bien que l’on ignore en grande partie si et comment les changements à l’IRM sont associés à une mauvaise récupération fonctionnelle après un coup de fouet cervical, ceux-ci pourraient aider à pronostiquer l’évolution de ces cervicalgies. 

Bref, ces résultats indiquent que ce n’est pas si simple, ni systématique…, même si ces dégénérescences graisseuses de muscles profonds sont retrouvées dans d’autres pathologies (lombalgie, scapulalgie). Ainsi, les auteurs mentionnent qu’une étude portant sur la fibromyalgie a trouvé des valeurs d’IG significativement plus élevées dans les muscles quadriceps par rapport à des témoins sains.

Alors que les possibilités de mesurer l’IG dans les petits muscles du cou avec l’IRM à haute résolution continuent d’évoluer, la littérature bénéficierait d’une définition claire et largement acceptée de l’IG, de façon que les mesures soient reproductibles et insensibles aux différents scanners, aux différents laboratoires et exécutées en utilisant des méthodologies consensuelles.

Comme toujours, des échantillons plus importants permettraient d’éviter l’écueil de la perte de puissance statistique, mais on ne fait pas systématiquement d’IRM corps entier quand un patient vient se plaindre d’une cervicalgie attribuée à un fléau cervical… 

Pour conclure, puisqu’il n’y avait pas de différence significative entre les trois groupes dans l’IG distale, les résultats indiquent que la réponse au traumatisme du coup de fouet cervical reflète un processus physiologique local chez les patients atteints de cervicalgie chronique de forte intensité attribuée à un fléau cervical. 

Comme le temps écoulé depuis le traumatisme n’est pas corrélé significativement avec l’IG des multifides, ce n’est pas l’inactivité physique après le traumatisme qui est en cause (ce qui ne fait pas l’affaire du kiné coach de salle de sport 🙂

La forte association entre IG des multifides et des membres inférieurs uniquement dans le groupe avec cervicalgie sévère n’exclut pas la possibilité qu’une IG généralisée avant l’accident puisse être liée au développement de cette cervicalgie sévère (patients à risque d’hypersensibilité d’origine centrale ?) 

Commentaire 

Dis-moi pas que c’est pas vrai : il y a des patients positifs, actifs, et des patients qui broient du noir. Seuls les seconds transforment leurs muscles en graisse. Ils peuvent déjà avoir débuté cette transformation avant même le traumatisme cervical, pour d’autres raisons, pathologies, traumas, … 

Rien de bien nouveau, vu sous cet angle. Juste la piste de tamalous sidérant plus fréquemment leurs muscles profonds jusqu’à ce qu’ils dégénèrent en graisse ?


Références bibliographiques 

suedeusaKarlsson A, Peolsson A, Elliott J, Romu T, Ljunggren H, Borga M, Dahlqvist Leinhard O. The relation between local and distal muscle fat infiltration in chronic whiplash using magnetic resonance imaging. PLoS One. 2019 Dec 5;14(12):e0226037. doi: 10.1371/journal.pone.0226037. eCollection 2019.

(Article en accès libre) 

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s