Les opiacées et le microbiote ne font pas bon ménage


adorable animal bebe singe bouchee
Photo de Jimmy Chan sur Pexels.com

Je me garderais bien d’avoir une opinion sur cet article, donc vous n’en avez que la traduction du résumé (mais l’article est en accès libre). Je le pose là juste parce qu’il me semble que l’on devrait communiquer un peu plus sur la nutrition auprès de nos patients. Quand on voit des gamins de 25 ans obèses avec des genoux battant la breloque, on se dit qu’il y a peut être quelque chose à faire pour éviter la PTG à 40 ans. Et pas qu’eux…


Les médicaments opioïdes sont largement utilisés pour traiter la douleur chronique, mais leur mauvais usage peut entraîner une dépendance et une accoutumance et a créé un problème de santé publique important. 

En outre, il a été démontré que les peptides opioïdes d’origine alimentaire, appelés exorphines, comme les exorphines de gluten, ont des effets nocifs dans certaines pathologies comme la maladie cœliaque, par exemple. 

Plusieurs études soutiennent l’implication du système opioïde dans le développement de troubles tels que le syndrome du spectre autistique. 

De plus, il a été démontré que la communication bidirectionnelle entre l’intestin et le cerveau est altérée dans diverses maladies neurodégénératives, dont les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. 

La présence de récepteurs opioïdes dans le tube digestif et le système nerveux central suggère que les médicaments opioïdes et les exorphines peuvent moduler l’axe intestin-cerveau. 

La morphine, par exemple, a montré un effet dysbiotique sur le microbiote bactérien en plus d’induire une augmentation de la perméabilité intestinale facilitant la translocation bactérienne. 

En outre, certains composants des bactéries peuvent modifier l’expression des récepteurs opioïdes au niveau central, augmentant ainsi la sensibilité à la douleur. 

Des stratégies basées sur l’utilisation de probiotiques ont permis d’améliorer les symptômes de l’autisme et de la maladie de Parkinson. 

Cet article examine le rôle du système opioïde dans les troubles et les pathologies du SNC et l’implication de l’axe intestin-cerveau.


Références bibliographiques 

espagneLola Rueda-Ruzafa, Francisco Cruz, Diana Cardona Arik J Hone, Guadalupe Molina-Torres, Nuria Sánchez-Labraca, Pablo Roman. Opioid System Influences Gut-Brain Axis: Dysbiosis and Related Alterations. Pharmacol Res. 2020 Jun 3;159:104928. doi: 10.1016/j.phrs.2020.104928. 

(Article en accès libre) 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s