Les risques de biais (1) 


arriere plan art artistique brillant
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Les revues systématiques sont de plus en plus fréquentes, mais leurs résultats ne peuvent pas être valides si les études sur lesquelles elles sont basées ne sont pas de bonne qualité. 

Le biais est une déviation systématique des résultats réels d’une étude de recherche qui peut se manifester en raison de limitations dans la conception, la conduite ou l’analyse de l’étude. 

Il est important que les auteurs de revues systématiques évaluent le biais de manière à pouvoir juger si un résultat de revue risque d’être biaisé en raison de limitations méthodologiques dans les études incluses. 

Ce guide pédagogique en deux parties se concentre sur la manière dont les auteurs d’analyses systématiques peuvent effectuer et interpréter les évaluations du risque de biais afin d’éviter les conclusions trompeuses des analyses systématiques. 

Dans cette première partie, les auteurs ont introduit le concept du risque de biais et les principes de son évaluation.

Risque de partialité (risk of bias)

La partialité est une déviation systématique de la vérité dans les résultats d’une étude de recherche. 

Le biais peut être dû à des limitations dans la conception, la conduite, l’analyse ou le compte rendu de l’étude. 

Le biais est associé à une sous-estimation ou à une surestimation des résultats de l’étude.

Il existe de multiples sources de biais, et les différents biais peuvent varier en direction et en ampleur. 

L’évaluation des biais ne peut jamais déterminer de manière concluante si les résultats d’une étude sous-estiment ou surestiment un résultat réel, car les résultats d’une étude peuvent être impartiaux malgré les limites méthodologiques. 

C’est pourquoi le risque de biais, plutôt que le biais, est évalué afin de déterminer la probabilité qu’un biais soit présent. 

Le risque de biais est synonyme du terme de validité interne.

Qualité de l’étude 

La qualité de l’étude est la mesure permettant de déterminer si une étude est menée selon les normes méthodologiques les plus élevées possibles. La qualité d’une étude évalue de multiples aspects de la méthodologie de l’étude, notamment l’exhaustivité des comptes-rendus, l’approbation éthique, la puissance statistique, la précision et la validité interne et externe.

Risque de partialité et qualité des études

Les termes « risque de partialité » et « qualité de l’étude » sont souvent utilisés de manière interchangeable. Cependant, ces deux termes sont des constructions distinctes. 

Les divergences entre la qualité de l’étude et le risque de biais sont mises en évidence lors de l’évaluation du risque de biais. 

Il peut être difficile, voire impossible, de placer en aveugle les participants à des études contrôlées randomisées dans le cadre d’une recherche (par exemple, en randomisant des joueurs de football professionnels pour qu’ils suivent ou non un programme d’exercice). 

Une étude contrôlée randomisée qui ne peut pas rendre les participants en aveugle du groupe peut être considérée comme de haute qualité car il ne peut être possible de faire autrement. Toutefois, le risque de biais concerne la mesure dans laquelle les résultats de l’étude doivent être pris en compte, indépendamment de la capacité ou non des chercheurs à prévenir les lacunes méthodologiques qui peuvent affecter les résultats de l’étude. 

Comme les participants ne peuvent pas être rendus en aveugle du groupe, le résultat de l’essai présente un risque « élevé » de biais. Ce fait est incontournable.

Qualités des comptes-rendus (Reporting quality)

La qualité des comptes-rendus désigne la mesure dans laquelle un article de recherche original fournit des informations complètes et transparentes sur la conception, la conduite, l’analyse et les résultats d’une étude. 

Un rapport complet facilite l’évaluation complète de la validité interne et externe d’une étude (des lignes directrices spécifiques à la conception de l’étude existent pour guider les rapports d’une revue systématique). 

Un rapport de bonne ou de mauvaise qualité dans une étude n’implique pas que les résultats de l’étude présentent un risque « faible » ou « élevé » de biais, respectivement.

Par exemple, il y a une différence entre : 

  • Signaler si une procédure méthodologique, telle que la randomisation, a été effectuée, et
  • Indiquer si elle a été effectuée de manière appropriée pour minimiser suffisamment le risque de biais (par exemple, en utilisant une randomisation simple à partir d’une table de nombres aléatoires générée par ordinateur, avec un rapport d’attribution égal). 

Références bibliographiques 

danemarkgrandebretagnehollandeirelandeqatarsuedecanadaFionn Büttner, Marinus Winters, Eamonn Delahunt, Roy Elbers, Carolina B Lura, Karim M Khan, Adam Weir, Clare L Ardern. Identifying the ‘Incredible’! Part 1: Assessing the Risk of Bias in Outcomes Included in Systematic Reviews. Br J Sports Med. 2020 Jul;54(13):798-800. doi: 10.1136/bjsports-2019-100806. 

(article en accès libre) 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s