Surtout, ne pas croiser les jambes. Pourquoi ?


mains femme bureau relation
Photo de cottonbro sur Pexels.com

Il y a toujours un voisin, la concierge, un kiné, un médecin qui, ne sachant pas quoi dire et ne connaissant pas les avantages de se taire quand on ne sait pas, invente des interdits condamnant les patients à suivre parfois à vie des recommandations issues d’un jus de crâne intense. «Pour éviter d’avoir mal au dos, il ne faut pas s’asseoir les jambes croisées» en est une.

Trois solutions : 

  1. c’est peut être vrai
  2. c’est peut être faux
  3. que ça soit vrai ou faux, ça n’a peut être aucune importance

Le but de cette étude était d’étudier les effets de l’assise en jambes croisées sur l’angle de flexion du tronc, l’obliquité pelvienne et la pression fessière des sujets avec et sans lombalgie. 

Les sujets de l’étude étaient 30 patients souffrant de lombalgie et 30 personnes en bonne santé. Ils ont été invités à s’asseoir sur une chaise dont la hauteur était réglable, de sorte que leurs articulations des genoux et des hanches étaient fléchies à 90°. 

Tous les sujets ont été invités à adopter deux positions assises : assise droite et assise jambes croisées. 

L’angle de flexion du tronc et l’obliquité pelvienne ont été mesurés à l’aide d’un système de capture de mouvement tridimensionnel, et la pression fessière a été mesurée à l’aide d’un capteur de force. 

Par rapport à la position assise droite, la position assise croisée a montré un angle de flexion du tronc significativement plus faible et une plus grande obliquité pelvienne dans les deux groupes. 

Par rapport aux sujets sains, les patients souffrant de lombalgie présentaient des angles de flexion du tronc plus faibles et une plus grande asymétrie de la pression fessière en position assise jambe croisée. 

L’obliquité pelvienne était plus importante dans la position assise jambes croisées que dans la position assise droite, mais il n’y avait pas de différence entre les groupes. 

Les auteurs ont constaté que le tronc s’affaissait davantage en position assise jambe croisée qu’en position assise droite, et cette tendance était plus prononcée chez les patients souffrant de lombalgie.

Commentaire 

Les auteurs ont arbitrairement toujours demandé que le membre dominant soit croisé sur l’autre membre. Je serais curieux de lire une étude analysant la symétrie des croisements (droite sur gauche versus gauche sur droite). 


Références bibliographiques 

coreedusudKyoung-Sim Jung, Jin-Hwa Jung, Tae-Sung In. The Effects of Cross-Legged Sitting on the Trunk and Pelvic Angles and Gluteal Pressure in People With and Without Low Back Pain. Int J Environ Res Public Health. 2020 Jun 27;17(13):E4621. doi: 10.3390/ijerph17134621.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s